Cameroun : Réaction du parti de Maurice Kamto après l’arrestation d’au moins 200 manifestants le 08 juin 2019 à Yaoundé.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 10-Jun-2019 - 06h01   951                      
0
« La Résistance nationale pacifique met en garde le régime illégitime contre la détention arbitraire, les tortures et les mauvais traitements de ses militants, sympathisants, voire toute personne arbitrairement arrêtée ce samedi 8 juin 2019 » prévient dans un communiqué, Olivier Bibou Nissack, porte-parole de Maurice Kamto, le président national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC).

 

A l’appel du MRC, parti politique d’opposition, des personnes mécontentes de la gestion du pays par le régime de Paul Biya, sont encore descendues hier samedi 8 juin 2019 dans les rues de Yaoundé pour réclamer « la libération des prisonniers politiques, la fin de la guerre dans les régions anglophones, la réforme du code électoral, l’arrestation des personnes à l’origine du scandale de la CAN 2019, etc. ».

A l’heure du bilan, le porte-parole du président du MRC, Olivier Bibou Nissack, fait savoir qu’au moins 200 personnes ont été arrêtées. « C’est en masse que les militants et sympathisants du MRC et de la coalition gagnante ont fait mouvement pour converger vers la place de la poste centrale de Yaoundé. Cependant, celle-ci, ayant été bouclée et quasiment isolée par les policiers et les gendarmes, les marcheurs pacifiques ont premièrement été redéployés ailleurs dans la ville, le temps d’impulser une nouvelle approche. Or ayant été dans ce mouvement de redéploiement infiltrés et repérés, vu leur nombre impressionnant et difficile à dissimuler y compris en petits groupes distincts, le dispositif sécuritaire les a pris pour cible. Deux cent personnes au moins, sous réserve du décompte final en cours, ont ainsi été arbitrairement et brutalement arrêtées sur divers sites de la ville. Ces personnes ont été ensuite conduites vers des lieux secrets. Ce nombre élevé de personnes arrêtées renseigne d’ailleurs suffisamment sur la très forte mobilisation de ce 8 juin 2019 ». Ainsi relate Olivier Bibou Nissack dans un communiqué, les circonstances de l’arrestation des manifestants à Yaoundé.

Il dénonce par la suite la violation « des droits politiques fondamentaux des camerounais par un régime tyrannique et illégitime », avant de conclure par un avertissement. « La Résistance nationale pacifique met en garde le régime illégitime contre la détention arbitraire, les tortures et les mauvais traitements de ses militants, sympathisants, voire toute personne arbitrairement arrêtée ce samedi 8 juin 2019 ».

Après les marches blanches du 26 janvier, 1er juin et 08 juin 2019, interdites et réprimées par les pouvoirs publics, le MRC fait savoir dans son communiqué que « la Résistance nationale pacifique communiquera en temps opportun, sur la suite du Plan national de résistance ».

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique