Cameroun - Réaction/Benjamin Zébazé (journaliste): «Jean-Jacques Ekindi représente un côté hideux de la politique»

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 09-May-2020 - 15h56   8301                      
27
Benjamin Zébazé Archives
Le directeur de la publication du journal Ouest-Littoral analyse le ralliement de l’ex leader du MP au RDPC par un désir de «positionnement» au sein de l’appareil dirigeant camerounais.

Benjamin Zébazé n’aime pas le nouveau choix politique de Jean-Jacques Ekindi. Le journaliste et directeur de la publication a exprimé sa désapprobation le 5 mai 2020 sur l’antenne d'ABK Radio, émettant partir de Douala.

Pour lui, l’ancien Coordonnateur national du Mouvement Progressiste (MP) sert un mauvais exemple à la jeunesse qui voyait en lui un homme politique sérieux. 

«Jean-Jacques Ekindi représente, je peux me tromper, un côté hideux de la politique. Il représente exactement ce qu’un homme politique ne doit pas être. Comme je vous ai expliqué tout à l’heure j’ai eu une chance terrible, c’est que tout le personnel politique que vous voyez là, ce sont des gens que j’ai côtoyés pendant longtemps. Quand vous avez quelqu’un comme Jean-Jacques Ekindi, polytechnicien qui raisonne comme un illettré des montagnes afghanes, c’est particulièrement choquant. Parce que Jean-Jacques Ekindi a fait rêver beaucoup de Camerounais», tacle notre confrère. 

Le fondateur du défunt journal Challenge Hebdo cherche à comprendre l’acte de l’ingénieur de haut vol, mais ne trouve qu’une explication: la soif de pouvoir. «Aujourd’hui, citez-moi un seul argument qui peut militer pour son retour dans le RDPC autrement que par ce qu’on appelle au quartier le '' positionnement''. Je ne comprends pas. Quand ils font ça je ne sais pas si vous vous rendez compte quel mal ils font à la politique. Comment voulez-vous adhérer à un parti politique quand vous imaginez que le fondateur de ce parti peut se lever un beau matin, vous abandonne pour se retrouver au RDPC», se demande le patron de presse.  Qui fait savoir qu’il aurait préféré une entente entre le MP et le RDPC.  

«Si Monsieur Ekindi avait négocié un accord de parti à parti avec le RDPC, on pouvait encore comprendre, mais ce qu’il fait est très mal. Un jeune n’a plus confiance à un homme politique», réagit-il.

«Séverin Tchounkeu (PDG du Groupe Équinoxe, NDLR) et moi sommes allés rencontrer Jean-Jacques Ekindi à la gendarmerie. Il avait été frappé au pied. Je ne sais pas si vous regardez Jean-Jacques Ekindi. Je ne crois pas qu’il porte des chaussures fermées. Je crois qu’il porte des chaussures ouvertes. Il avait été bousillé complètement. Si je vous cite tout ce que j’ai vu pendant cette période-là… Je ne sais pas comment quelqu’un peut défendre le régime actuel. Je ne sais pas», dit Benjamin Zébazé.    

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique