Cameroun - Réaction/L’animateur Yves de Mbella explique les raisons de son départ du Cameroun: «J’ai été chassé du Cameroun»

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 25-Nov-2020 - 16h32   11854                      
4
Yves de Mbella CIN/Archives
Installé depuis plusieurs années en Côte D’ivoire, l’animateur explique qu’il a été la malheureuse victime de l’aigreur de ses anciens collègues de l’Office national de radiodiffusion.

Comme Consty Eka, Robert Brazza, ou Claudy Siar, Yves de Mbella est une valeur sure de l’Entertainment en Afrique. Son nom, qui à force d’être associé aux évènements les plus prestigieux est devenu presqu’un label. Installé depuis des années en Côte D’Ivoire, il est devenu une figure incontournable du showbiz local. Toutefois, notre compatriote n’a pas toujours roulé sur l’or. L’animateur a connu beaucoup de moments difficiles, notamment à l’époque où il officiait encore à la CRTV, l’office national de Radiodiffusion. Il affirme avoir été la malheureuse victime de l’aigreur de ses collègues, ce qui l’a d’ailleurs poussé à quitter le pays qui l’a vu naitre. Du moins c’est ce qu’il a confié à certains de nos confrères ivoiriens, dans le cadre de l’émission Peoplemik.

«On m’a chassé du Cameroun. Je présentais le Lotto à la télévision. À cette époque je ne travaillais pas encore pour la radio. Un jour, J’ai fait un spot radio pour un animateur. Les patrons de la radio se sont dit, mais qui a fait ce spot ? C’est comme ça qu’on m’amène à la radio. J’arrive on me donne une émission qui marchait plus ou moins mal, puisqu’il y avait de la difficulté à trouver des invités tous les jours. Ça s’appelait [A vous la parole] de 10 heures à 10h30. En deux mois, j’avais un carnet d’invités rempli sur deux semaines. À la télévision j’étais employé par la loterie. Qui dit loterie, dit salaire, dit argent qui rentre, donc ils veulent un présentateur qui s’habille bien, donc ils mettaient les moyens. Quand il a fallu faire le casting du millionnaire, j’ai refait le casting avec mes collègues, c’est moi qui ait été choisi», a-t-il déclaré.

Sauf qu’à ce moment ce fut le début de ses ennuis. Certains de ses collègues jaloux qu’il ait été choisi ont décidé de lui mettre les bâtons dans les roues. «On vient rappeler que le spot que j’avais fait comportait des éléments blasphématoires. Pourtant moi j’ai vécu en Italie, et là-bas ce spot passait. Dans un pays que l’on dit puritain. J’ai compris que c’était une cabale. Un matin je suis arrivé à la radio pour faire mon émission, la police à l’entrée, me dit que je n’ai droit d’entrer parce que le directeur général a laissé une note qui m’interdit d’antenne radio et télé. J’ai attendu un mois, j’ai vu que les choses ne bougeaient pas. J’étais déjà venu ici [Cote D’Ivoire, Ndlr] en vacances quelques mois auparavant. Yves Zogbo et Consty Eka m’ont dit que c’est ici que ça se passe. Je suis revenu, je me suis inscrit dans une école de communication. Deux mois après, je reçois une invitation du Cameroun, où l’on me dit tu peux revenir. J’ai dit j’arrive (rires)».

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique