Cameroun - Réaction/Naseri Paul Bea (Gouverneur de la région du Centre): «Yaoundé ne connaît pas de problèmes sécuritaires majeurs»

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 26-Nov-2020 - 14h15   6287                      
0
Paul Naseri Bea Archives
Le gouverneur a accordé une interview au quotidien national bilingue Cameroon Tribune.

Le gouverneur de la région du Centre, Naseri Paul Bea, a accordé une interview au quotidien national bilingue Cameroon Tribune en kiosque ce 26 novembre 2020. Dans les colonnes du journal, le boss de la région fait le point sur la situation sécuritaire dans la région du Centre et précisément de la sécurité dans la ville de Yaoundé, à quelques jours de l’élection du 6 décembre 2020 et des fêtes de fin d’année.

«Nous pouvons dire globalement qu’au niveau de la sécurité, comme dans toute la région, Yaoundé ne connaît pas de problèmes sécuritaires majeurs. Les établissements hôteliers et de commerce soucieux d’attirer les clients et de conserver ceux qu’ils ont déjà, respectent effectivement ces mesures. Donc, pour les grands établissements, il y a moins de soucis à se mettre au pas. On sait qu’ils disposent de caméras de surveillance, de scanners, de détecteurs de métaux pour suffisamment écarter la menace», a-t-il déclaré chez nos confrères.

«Pour le moment, nous sommes dans la phase de sensibilisation. Après, nous procéderons aux contrôles. Ceux-ci seront systématiques et permanents, surtout aux heures de forte fréquentation. En début de soirée, en l’occurrence. Nous allons contrôler avec rigueur, les heures de fermeture de ces établissements. L’autre objectif est de lutter contre le tapage nocturne. Il faut que les populations se tiennent en état d’alerte. Voilà pourquoi nous invitons également l’association des tenanciers des ventes-à-emporter à sensibiliser et à éduquer leurs collègues qui ne sont pas encore au courant de cet arrêté», a-t-il poursuivi.

Par rapport aux bars qui ne peuvent pas assurer la sécurité de leurs clients, Naseri Paul Bea déclare que: «la sécurité n’a pas de prix. Et pour cela, si un petit bar n’a pas les moyens d’assurer la sécurité de sa clientèle, on sera obligé de le fermer pour préserver les vies des Camerounais. .. On ne compare pas les moyens de subsistance ou de plaisir avec la sécurité des hommes», lit-on.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique