Cameroun - Réaction/Samuel Moth (député RDPC) à propos de l’affaire du chef du village Minkan: «J’aurais été à la place du sous-préfet que je n’aurais pas réagi comme ça»

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 21-May-2020 - 14h39   9324                      
10
Samuel Moth à ABK Radio ABK Radio
L’élu issu du département du Nkam n’épargne pas non plus le chef du village Minkan. Il dénonce l’attitude de Sa Majesté Ango Banbang qu’il taxe de «mauvaise éducation».

L’affaire du don du Président de la République, boudé par un chef traditionnel de la région du Sud il y a quelques jours, était au menu de l’interview du député Samuel Moth sur ABK Radio le 21 mai 2020. L'élu, originaire du département du Nkam (Littoral), a renvoyé dos à dos l’autorité administrative et le chef du village Minkan. Il a estimé que le second aurait dû accepter le don de Paul Biya, même s'il le trouvait insignifiant.

«Mais pourquoi il est venu (au lieu des cérémonies) ? Quand je vous raconte mon histoire de la générosité humaine… Vous prenez 10 francs qui vous ont été offerts par quelqu’un. Vous pouvez le fructifier jusqu’à devenir des milliardaires après. Ce que vous retiendrez ce sont les 10 francs qu’on vous a donnés», suggère le parlementaire.

Il  voit dans l’attitude du chef Ango Banbang, le reflet d’une éducation au rabais. «Cette histoire-là de cracher sur un don qu’on reçoit n’augure pas d’une bonne éducation, d’un bon esprit, de la sainteté de l’esprit. On prend d’abord. Puis on voit  après ce qu’on peut en faire. Vous savez, il y a des gens qui ont le bonheur de recevoir des autres beaucoup de bienfaits. A partir du moment où vous n’êtes pas saint d’esprit et que vous ne pouvez réussir à les transformer pour  pouvoir en faire de l’or, effectivement vous allez être ce mauvais élève-là. C’était un discours totalement  inadapté, inopportun à cette occasion-là. Ça fait rire des gens comme moi», s’amuse l’élu du RDPC.

Il désapprouve aussi le sous-préfet intimidateur. Car pense-t-il,  l’administrateur civil n’aurait pas dû perdre son sang-froid. «Pour être honnête, j’aurais été à la place du sous-préfet que je n’aurais pas réagi comme ça. Tout simplement. Parce que cette histoire, à la limite on voit bien qu’elle n’est pas opportune, pas digne d’un chef. Le sous-préfet a certainement réagi sous le coup de l’émotion». Il lui suggère de se retenir à l’avenir car, «quand on parle du Chef de l’Etat, il faut prendre du recul. Si le Chef de l’Etat avait été confronté à une situation comme celle-là, je crois qu’il l’aurait tournée en dérision», dit-il.

 

   

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique