Cameroun - Récession: Une baisse de la croissance de 3% envisagée en 2020 à cause du Coronavirus

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 27-Mar-2020 - 18h36   1483                      
2
Port de Douala capture d'écran
La Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale l’a indiqué dans son analyse des impacts économiques et financiers de cette pandémie qui plombe l’ensemble des économies mondiales.

L’Economie camerounaise s’apprête à subir de plein fouet les effets de la pandémie de Coronavirus, au même titre que les autres Etats de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEMAC), en l’occurrence le Congo, le Gabon, le Tchad, la République Centrafricaine et la Guinée Equatoriale.

C’est du moins ce qu’indique la Commission de la CEMAC, à travers le Secrétariat permanent du Programme des Réformes Economiques et Financières de la CEMAC, à l’analyse des données macro-économiques en sa possession au 22 mars 2020.

Cette instance envisage deux scénarios : «l’un qui suppose que la crise serait transitoire et rapidement maîtrisée, se traduisant notamment par un cours du baril de pétrole de 39,1 dollars (scénario transitoire), l’autre prévoyant une propagation rapide et à grande ampleur de la crise avec, entre autres, pour effet de faire baisser le cours moyen du baril de pétrole à 20 dollars en 2020 (scénario pessimiste) », peut-on lire dans un article publié dans le quotidien « Le Jour » de ce vendredi 27 mars 2020.

Par conséquent, ajoute ce canard, « en cas de crise transitoire du Coronavirus dans cet espace communautaire, la croissance économique au Cameroun chutera modérément, de 0,2% en 2020 (…) Mais, au cas où le scénario pessimiste viendrait à se réaliser, la locomotive économique de la zone CEMAC verra sa croissance chuter de 3% à fin 2020 ».

La Commission de la CEMAC invite par ailleurs les pays membres de la communauté à lutter efficacement contre le COVID-19, pour limiter les conséquences économiques et financières qu’occasionneraient la pandémie.

 

 

 

 

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique