Cameroun - Redevances Forestières: La forêt de Yokadouma (Région de l’Est) a rapporté plus de 855 millions de FCFA en 2017

Par Lore E. SOUHE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Jan-2018 - 18h10   3813                      
7
Exploitation du bois au Cameroun Archives
Au total, les communes forestières les plus riches ont bénéficié de plus de 2 milliards FCFA de RFA l’année dernière.

Avec 9533 km2, la commune forestière de Yokadouma dans la région de l’Est est la plus riche du Cameroun, si l’on s’en tient aux statistiques issues de la répartition de la Redevance Forestière Annuelle (RFA). Et pour cause, au cours de l’année qui vient de s’achever, cette commune a rapporté plus de 855 millions FCFA en matière de RFA, indique Le Quotidien de l’Economie du jeudi 11 janvier 2018.

Crée en 1955, cette forêt communale, estimée à plus de 42 000 hectares a reçu, intervalle 2000-2011, une somme cumulée de 9,295 milliards FCFA comme compensation à l’exploitation forestière. Même si, souligne le journal, le développement qui devrait en découler ne suit presque pas.

Par ailleurs, dans la liste des grands bénéficiaires de la RFA, la commune de Yokadouma est suivie par celle de Mindourou, toujours dans la région de l’Est. Des chiffres font état de ce qu’elle a bénéficié de 406 millions FCFA, au terme du processus de répartition. En troisième position de ce classement, vient la commune de Mbang, qui a obtenu plus de 300 millions FCFA, après la coupe des arbres dans son espace forestier. La quatrième commune la plus riche du Cameroun, s’étale sur 13 000 km2. Il s’agit de Lomié, qui a perçu 246 millions FCFA au terme de la répartition de la RFA. Pour clore ce classement, vient la commune de Bétaré Oya, la cinquième plus riche sur le plan national. Au cours du dernier exercice budgétaire, cette mairie a tiré 230 millions FCFA de l’exploitation forestière, détaille le journal.

Si l’on s’en tient à ce qui précède, les cinq communes forestières les plus riches ont bénéficié de plus de 2 milliards FCFA de RFA l’année dernière. Il faut tout de même souligner que ces chiffres pourraient être revus à la hausse, si les autorités locales et administratives enrayaient l’exploitation illégale qui semble avoir fait son nid dans la région de l’Est en particulier.

 

Auteur:
Lore E. SOUHE
 contact@cameroon-info.net
 @loresouheCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique