Cameroun - Réflexion: Face au COVID-19, le sociologue Claude Abe propose à l’Afrique de créer sa propre monnaie

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Apr-2020 - 08h24   2905                      
9
Pr Claude Abe Archives
L’universitaire pense que le continent doit absolument se «désoccidentaliser».

Nombre d’intellectuels africains estiment que la pandémie du COVID-19 constitue une opportunité pour le continent de s’autodéterminer. C’est le cas du sociopolitiste Claude Abe.

L’universitaire a publié sur sa page Facebook, un texte intitulé «De la nécessité de désoccidentaliser les réponses aux problèmes de développement sans sombrer dans le provincialisme».

Cela, soutient l’enseignant à l’Université catholique d’Afrique Centrale, passe nécessairement par la création d’une monnaie propre aux africains.

«... l'Afrique est  appelée à faire face à son destin, c'est-à-dire à se prendre en main dans tous les sens du terme. L'idée de battre monnaie est un des chantiers qui n'a que trop duré. La lucidité voudrait de prendre courageusement cette décision pour sortir de la servitude économique et s'imposer une discipline de gouvernance à la chinoise», écrit l’expert en sociologie politique.

Voici son texte:

Par Claude Abé

«De la nécessité de désoccidentaliser les réponses aux problèmes de développement sans sombrer dans le provincialisme»

L'une des conséquences de l'épidémie de la Covid-19 c'est la désoccidentalisation du regard pour trouver des solutions pertinentes.

Pour faire face au Coronavirus l'Italie s'est tournée vers la Chine et Cuba pendant que la France et les USA se disputaient les caches-nez  à Pékin. La solution du confinement adoptée en masse par la plupart des pays est venue de Chine.

Ce qui montre un changement de repère et atteste de l'efficacité de l'auto-discipline par une société comme solution aux problèmes que charrient le développement.

La conclusion la évidente qui transparaît symboliquement de tous ces choix c'est un processus de désoccidentalisation de son regard par l'Occident lui-même. C'est donc en toute cohérence qu'aujourd'hui l'Afrique est  appelée à faire face à son destin, c'est-à-dire à se prendre en main dans tous les sens du terme. L'idée de battre monnaie est un des chantiers qui n'a que trop duré. La lucidité voudrait de prendre courageusement cette décision pour sortir de la servitude économique et s'imposer une discipline de gouvernance à la chinoise.

Ce qui ne veut pas dire faire un développement à l'africaine en cédant aux clairons du provincialisme de la pensée. S'il s'agit pour l'Afrique de provincialiser les pays occidentaux à l'instar de la France qui entend vivre à son crochet, il ne faut cependant pas céder au provincialisme de l'anthropologisation de la pensée en parlant d'une gouvernance à l'africaine. C'est à ce niveau qu'il s'avère nécessaire d'apprendre des autres notamment de leur rapport à la disciplination de leurs sociétés.

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique