Cameroun - Région: L’ancien vice-premier ministre, Amadou Ali, cité parmi les candidats à la présidence du Conseil régional dans l’Extrême-Nord

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Apr-2019 - 12h08   3832                      
6
Amadou Ali, ancien Ministre de la Justice Archives
Dans son édition en kiosque ce 17 avril, le journal L’œil du Sahel dévoile une liste de sérieux prétendants a la tête des régions de l’Extrême-Nord, du Nord et de l’Adamaoua.

La loi portant élection des conseillers régionaux adoptée par le Parlement au cours de la session du mois de mars n’a pas encore été promulguée par le président de la République, Paul Biya. La date des premières élections régionales n’est pas encore connue. Mais déjà, les prétendants au poste de président du Conseil régional se bousculent dans les régions septentrionales du pays.

Selon le trihebdomadaire, L’œil Du Sahel édition du 17 avril 2019, dans la région de l’Extrême-Nord, de nombreux cadres du RDPC ne cachent pas leurs ambitions. C’est le cas de Haman Gilbert, ex-préfet, ex-adjoint au délégué du gouvernement de la communauté urbaine de Yaoundé et ex-haut fonctionnaire de la Commission du bassin du Lac Tchad.  «Je suis disponible pour relever ce défi. J’ai travaillé dans la territoriale, j’ai l’expérience des villes…Je ferai assurément un bon président de la région de l’Extrême-Nord», a déclaré l’ex-préfet à notre confrère.

Le journal cite également, l’ancien ministre et actuel président du conseil d’administration de la Société immobilière du Cameroun (SIC), Adji Abdoulaye,  Zacharie Perevet, ex-ministre éjecté récemment du gouvernement après un bail de 27 ans; et l’actuel délégué du gouvernement de la communauté urbaine de Maroua, Bakary Robert, parmi les sérieux candidats à la présidence du Conseil régional dans l’Extrême-Nord.

Si L’œil Du Sahel relève qu’aucun visage n’émerge pour l’instant du lot dans la population, un proche de l’ancien vice-premier ministre, Amadou Ali soutient que,  «c’est encore la vieille garde du RDPC qui est dans les starting-blocks. Tant qu’à faire, que le RDPC confie la présidence de la région à Amadou Ali. Lui au moins pourrait frapper du poing sur la table, la défendre avec son franc parler».

Dans la région de l’Adamaoua, les supputations tournent autour de trois personnalités. L’ex-ministre du Tourisme, Baba Hamadou, fait ici figure de favori.  «Ses partisans affirment, confiants, et laissent entendre qu’il a été éjecté du Sénat pour être propulsé à la tête de cette région», peut-on lire dans le journal.

Dans la région du Nord «où le manque de leadership politique se fait cruellement ressentir malgré les ambitions affichées du lamido de Rey-Bouba, l’affaire pourrait finalement se plier entre l’actuel délégué du gouvernement de la ville de Garoua, El hadji Hamadou Bouba, le secrétaire général du ministère du Développement urbain et de l’Habitat (MINDUH), Ahmadou Sardaouna, le député Mamouda Ali ou dans une moindre mesure Abdoulaye Serno, Directeur général de la Mission d’étude pour l’aménagement et le développement du Nord (MEADEN)», soutient le trihebdomadaire.

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique