Cameroun - Régionales 2020/Investiture des candidats du RDPC: Le ministre Amadou Ali accusé d’avoir torpillé les listes RDPC dans le Diamaré (Extrême-Nord)

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 25-Sep-2020 - 16h38   3473                      
1
Amadou Ali, ancien Ministre de la Justice Archives
Des militants affirment que le président de la Commission départementale d'investiture a favorisé des manœuvres visant à écarter certains candidats.

Il y a quelques jours, le ministre Amadou Ali, président de la Commission départementale de contrôle et d’analyse des dossiers de candidature du RDPC pour le Diamaré, région de l’Extrême-Nord, s’est félicité du bon déroulement de l’opération dans cette circonscription. «C’est la première fois que le parti décide de repartir dans chaque circonscription, tel nombre de femmes, tel nombre de jeunes et autres. Le parti a pris en compte tous les aspects», avait-il affirmé.

Des candidats mis à l’écart au cours de ces opérations, qui se sont confiés sous couvert de l’anonymat dans les colonnes du quotidien Le Messager édition en kiosque ce 25 septembre 2020, battent en brèche ces propos.

Ces derniers accusent le ministre Amadou Ali d’avoir favorisé des manœuvres visant à écarter certains candidats au détriment d’autres. «L’ambiance qui a régné durant nos échanges n’était pas bonne. Je crois que la commission n’est pas crédible, elle est partiale. Car les dossiers de candidature de certains soumis au niveau de la commission ont été rejetés à l’avance à tort. Il en ressort que toutes les candidatures qui ont retenu l’attention du groupe de travail, ne répondent pas clairement aux critères énoncés par la hiérarchie de notre parti…Nous ne comprenons pas que le ministre Yaouba Abdoulaye, qui est mandaté par le parti pour présider la commission départementale dans le Mayo-Danay, vienne s’immiscer pour des manœuvres dans le Diamaré. Avec le directeur général de la Mipromalo, Aboubakar Likiby, ils continuent à tripatouiller le parti pour placer les leurs comme ils l’ont fait lors de l’élection de l’exécutif communal de la commune de Maroua III», dénonce un candidat recalé dans les colonnes du journal.

Le président de la Commission départementale de contrôle et d’analyse des dossiers de candidature du RDPC pour le Diamaré est également accusé de n’avoir pas tenu compte des sensibilités ethniques. «Dans le département du Diamaré, plusieurs sensibilités ethniques et religieuses se côtoient. Mais les dossiers des Kirdis reçus ont eu peu de chance de prospérer. Sur les 14 à retenir, on peut à peine voir des Guizigas et Moufous. C’est dommage que des leaders comme Bakari Yawaré, l’ex délégué du gouvernement, Samatana Marc, ancien DG de la Semry, des poids lourds du parti ne puissent pas faire partie. Leurs fautes, c'est d'être politiquement épais et ils constituent une véritable menace pour le camp d'en face. Il y a bien d’autres dans cette nasse», regrette un autre militant du RDPC.

Quant à un jeune militant du parti qui a requis l’anonymat, il affirme que les jeunes sont «déçus de voir que nos efforts ne sont pas récompensés et que les jeunes gens de l’ombre soient retenus. On a été débouté des listes lors des municipales et législatives et cette fois ce sont les mêmes agissements. Ce parti est pris en otage et on en a assez», fustige-t-il.

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique