Cameroun - Rétro: Il y a un an, le Cameroun organisait l'élection présidentielle

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Oct-2019 - 17h17   1296                      
5
Le président du Cameroun Paul Biya vote le 7 octobre 2018 en compagnie de son épouse Chantal AFP/ALEXIS HUGUET
Le Cameroun a traversé plusieurs situations depuis la tenue du dernier scrutin présidentiel.

Ce 7 octobre 2019, cela fait un an jour pour jour, que s’est tenue au Cameroun la dernière élection présidentielle. Un scrutin, selon les résultats officiels, largement remportée par le Paul Biya (71,28%) devant Maurice Kamto (14,23%) et Cabral Libii (6,28%).

A l’occasion de cet anniversaire, Cameroon-Info.Net vous propose de revenir sur quelques faits ayant marqué la vie de la Nation camerounaise les 12 derniers mois.

Retrait de la CAN 2019: Juste après l’élection présidentielle et le plébiscite de Paul Biya, le Cameroun enregistrait la première défaite de ce nouveau septennat. Le 30 novembre 2018, notre pays se voyait retirer l’organisation de la CAN 2019 pour impréparation. La CAF attribue la compétition à l’Egypte et donne une deuxième chance au Cameroun en 2021.

Remaniement ministériel: Paul Biya a nommé son 37è gouvernement le 4 janvier 2019. Une nouvelle équipe gouvernementale conduite par Joseph Dion Ngute, jusque-là ministre chargé de mission à la Présidence.

Arrestation  de Maurice Kamto et ses partisans: Le 26 janvier 2019, le leader du MRC, Maurice Kamto et les alliés et militants organisent des marches dites pacifiques dans plusieurs villes du pays. Ils dénoncent la mal gouvernance et ce qu’ils considèrent comme le vol de la victoire de leur champion à l’élection présidentielle. Ce même jour, les ambassades du Cameroun à Paris et Berlin son vandalisées. Les premiers militants du MRC seront arrêtés dans la foulée. M. Kamto et ses alliés suivront à partir du 28 janvier. 

Incarcération de l’ex-ministre Mebe Ngo’o: Soupçonné de détournement de de plusieurs milliards de FCFA dans la cadre d’achat de matériels militaires, l’ancien ministre de la Défense, Edgar Alain Mebe Ngo’o est écroué à la prison centrale de Kondengui dans la nuit du 5 au 6 mars 2019. Son épouse Bernadette et ses anciens collaborateurs et partenaires, le colonel Joël Mboutou, Maxime Mbangue et Victor Emmanuel Menye, directeur général adjoint de la banque SCB seront aussi placés en détention provisoire.

Manifestations de la BAS contre Paul Biya à Genève: Après neuf au pays, Paul Biya et son épouse Chantal, décident d’aller se reposer à Genève et quittent Yaoundé le 23 juin 2019. Un séjour de 12 jours gâché par plusieurs manifestations des membres de la Brigade Anti-Sardinards (BAS), opposés à la politique de Yaoundé. Le retour précipité du couple présidentiel au Cameroun va donner lieu à une démonstration de force du RDPC, le parti au pouvoir. A travers de grands rassemblements, les cadres de ce parti soutiennent que Paul Biya est soutenu par son peuple.

Déroute à la CAN: Tenant du titre, le Cameroun est éliminé de la CAN 2019 à l’étape des huitièmes de finale. Tous les torts sont rejetés sur le sélectionneur Clarence Seedorf, limogé quelques jours plus tard et remplacé par le portugais Antonio Conceiçao.

Escalade de la violence au NOSO: Entre temps, les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ne connaissent pas d’accalmie. Les enlèvements et les crimes odieux se multiplient. L’armée et les groupes séparatistes se rejettent le tort. A ce jour, environ 3000 personnes ont été tuées selon International Crisis Group. La crise a poussé au déplacement plusieurs centaines de milliers de ressortissants de ces zones alors que plus de 270 milliards de FCFA sont partis en fumée.

Grand Dialogue National: Face à l’ampleur de la crise, Paul Biya convoque un dialogue inclusif du 30 septembre au 4 octobre 2019. Si les assises sont boycottées par les principaux leaders des mouvements séparatistes. Elles réunissent à Yaoundé, plus d’un millier de personnes, avec en bonne place les opposants et acteurs de la société civile, mais aussi des autorités religieuses et des membres du gouvernement. La principale recommandation est le statut spécial pour les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Libération de 435 prisonniers: En signe d’apaisement, Paul Biya ordonne l’arrêt de poursuites contre 333 personnes détenues dans la cadre de la crise anglophones et de 102 militants du MRC, dont Maurice Kamto et ses alliés. Ils sortent de prison le 5 octobre 2019.

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique