Cameroun – Revirement : L’universitaire Fridolin Nké retire la plainte qu’il avait déposée contre son collègue Aboya Manassé Endong

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Jan-2021 - 01h22   6214                      
9
Fridolin Nké Facebook
L’enseignant de philosophie explique que ce sont les conseils d’aînés dont le professeur Mono Ndjana et la médiation du journaliste David Atemkeng qui l’ont amené à renoncer à l’action judiciaire qu’il avait enclenchée.

Le professeur Aboya Manassé Endong peut souffler. La plainte qui le visait a été retirée par celui qui l’avait déposée en l’occurrence son collègue Fridolin Nké. L’enseignant de philosophie avait en date du 6 Janvier 2011 servi une citation directe à son aîné. Il lui avait porté plainte au Tribunal de Première Instance de Yaoundé pour « dénonciations calomnieuses et diffamation ». Le bouillant universitaire s’élevait ainsi contre des accusations de harcèlement sexuel portées au cours d’une récente émission de Canal 2 International. Aboya Manassé devait comparaître le 2 Février prochain.

Fridolin Nké a annoncé le retrait de sa plainte à travers un communiqué publié dans la soirée du 12 Janvier 2021.   « Suite à mon communiqué d’hier, où j’annonçais une «attaque violente» contre les responsables de la cabale engagée contre ma modeste personne, j’ai reçu beaucoup de conseils des aînés, dont mon père Hubert MONO NDJANA et M. Dieudonné Penda. Mais j’ai surtout été approché par un frère et ami, à savoir le journaliste David ATEMKENG qui a engagé une médiation entre mon ainé Manassé Aboya ENDONG et moi-même. Après plusieurs échanges et réunions de réconciliation, j’ai décidé, sans contrepartie, de retirer, unilatéralement, ma plainte déposée au Tribunal de Première Instance de Yaoundé (Centre Administratif) contre le grand-frère Aboya Manassé », a-t-il écrit.

Il a tenu à remercier tous ceux qui, durant ces dernières semaines, lui ont apporté leur soutien et leur affection. Il remercie particulièrement, « très sincèrement, M. David Atemkeng, pour la sollicitude, l’abnégation, l’esprit pacifiste et les vertus multiculturalistes dont il a su magistralement faire preuve dans le cadre de cette délicate médiation ».  Il loue également « la sincérité dont aura fait preuve M. Aboya tout au long de ces échanges ».

Fridolin Nké tient cependant à souligner que ce dénouement « n'a rien à voir avec la mission de dénonciation des travers de la gouvernance du pouvoir en place et de reconstruction de nos repères historiques et de nos nobles aspirations en tant que peuple libre ». Il compte poursuivre cette mission qu’il dit s’être  « librement assignée », avec « une inébranlable détermination ».

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique