Cameroun - Samuel Eto’o partage sa vision de l’Afrique après le coronavirus sur la radio RFI: «Il faut permettre aux africains qui veulent investir dans notre continent d’avoir la priorité sur certaines choses et d’avoir des avantages aussi»

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 04-May-2020 - 16h34   3230                      
1
Samuel Eto'o Fils lors de son interview à Jeune Afrique Facebook
Le double vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations de Football estime que ce n’est qu’à ce prix que l’Afrique pourra se développer.

«L’Afrique est le continent le plus riche, mais paradoxalement c’est également la partie du monde où l’on dénombre le plus de pauvreté». Au fil des époques, cette assertion a été incessamment entendue dans les discours  des panafricanistes, des anticolonialistes et des pourfendeurs du néo-colonialisme. Le plus souvent, elle précédait une exhortation. Une de celles qui invite les africains à prendre leur destin en main,  afin de transformer la manne sur laquelle ils sont assis en des biens qui peuvent améliorer les conditions de vie des populations.  

Si le discours  sus-évoqué peut sembler redondant, il n’est pas pour autant désuet. De nos jours il y a des africains qui y croient encore dur comme fer. C’est notamment le cas de Samuel Eto’o. Invité par RFI ce lundi 4 mai 2020, le quadruple ballon d’or  a partagé avec les auditeurs de la radio française sa vision de l’Afrique après la pandémie du Covid-19.

«Il faut que les gens comprennent que nous sommes tous des êtres humains. Noirs, blancs, rouges, jaunes, notre préoccupation était de sauver nos vies. Face à la vie, on a bien compris que nous restons tous les mêmes. Mêmes ceux qui sont très riches étaient bloqués, étaient confinés chez eux.

Moi, mon rêve après tout cela, c’est que cette Afrique change vraiment et qu’on soit conscient de la chance que nous ayons de vivre dans ce beau continent aussi riche. En Afrique, on a une belle histoire, mais je crois qu’on peut faire beaucoup mieux sans compter sur les autres parce que, si vous regardez, nous sommes le continent le plus riche, mais paradoxalement le plus pauvre aussi. Il faut un sursaut d’orgueil, il faut qu’on sache se mettre ensemble. On ne sera jamais d’accord, mais l’intérêt général c’est l’intérêt général ! L’intérêt de notre continent doit primer sur tout. Il faut créer beaucoup plus d’emplois, donner la possibilité à cette jeunesse-là de pouvoir travailler. Je pense que c’est ce qu’il faut faire. Il faut permettre aux Africains qui veulent investir dans notre continent d’avoir la priorité sur certaines choses et d’avoir des avantages aussi, parce que nous sommes nés dans ce continent-là et il est normal qu’on revienne et que l’on ait certains avantages pour pouvoir investir dans notre continent», a-t-il déclaré.

 

 

 

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique