Cameroun - Santé/Pr Pierre Marie Teube (gynécologue, obstétricien): «Environ 20.000 femmes souffrent des fistules obstétricales au Cameroun»

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 25-Nov-2020 - 16h04   3931                      
0
Pr Marie Teube archives
L’expert en la matière s’est exprimé dans les colonnes du quotidien d’État Cameroon Tribune.

Le 20 novembre 2020, une campagne nationale de lutte contre les fistules obstétricales a été lancée à Yaoundé. Dans le cadre de cette campagne, le Pr Pierre Marie Teube, gynécologue, obstétricien a accordé une interview au quotidien d’Etat Cameroon Tribune en kiosque ce 25 novembre 2020.

Pour justifier cette campagne, l’expert a affirmé que «sur le plan de l’existence de la maladie, nous estimons à environ 20.000, le nombre de femmes qui souffrent de fistules obstétricales au Cameroun. Nous estimons également qu’il y aurait 750 femmes, voir 1000 nouveaux cas qui surviennent chaque année dans notre pays», lit-on.

Causée par l’accouchement difficile ou prolongée, la fistule obstétricale se matérialise par la création d’un passage anormal entre le vagin et la vessie qui laisse couler de manière incontrôlée les urines et les selles. Comme autres facteurs favorisant cette maladie, le journal parle de «la taille de la femme, les grossesses précoces et la non scolarisation».

Comme conséquences de cette maladie, le gynécologue, obstétricien déclare que: «sur le plan social, plusieurs malades sont abandonnées par leurs familles. Et 15% des femmes souffrant de ce mal avouent qu’elles ont pensé à s’ôter la vie… Sur le plan économique, si elle avait une activité commerciale, personne ne voudra  plus approcher son commerce. Sur le plan clinique, il y a souvent des irruptions cutanées dues au fait d’avoir des urines et les selles en permanence sur la peau. Cela cause aussi des irritations, des plaies voire des infections», peut-on lire.

Il est donc nécessaire d’après le médecin, «d’organiser cette campagne de levée de fonds afin d’avoir des moyens pour pouvoir opérer  les femmes souffrant de ce mal et qui ont peu de moyens financiers pour pouvoir accéder aux soins médicaux», note le journal.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique