Cameroun – Sénatoriales 2018/ Emmanuel Kwa Dicka, Elecam Littoral : « le nécessaire est fait pour réaliser ce scrutin

Par Marie Louise SIMO | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Mar-2018 - 00h40   1310                      
0
A quelques jours des élections des sénateurs, le directeur régional d’Elections Cameroon (Elecam) pour le Littoral, apporte des précisons sur la préparation au niveau local, au cours d’une interview accordée à Radio Equinoxe. Ce scrutin qui se tiendra le 25 mars prochain sur l’ensemble du territoire national, mettra aux prises dans le Littoral, six partis politiques, notamment le Rdpc, l’Upc, le Sdf, l’Udc, l’Andp et l’Undp.

Comment se prépare  Elecam dans la région du Littoral en prélude aux Sénatoriales ?

Depuis la convocation du corps électoral, nous sommes,  sur le plan local, consacrés à la préparation du scrutin. Maintenant que les listes ont été validées, nous nous  préparons à recevoir les supports de communication pour la campagne électorale, pour qu’ils soient validés, s’ils viennent à notre niveau, parce qu’ils peuvent passer directement au niveau de la direction générale des élections. Bien attendu, on recevra les premiers en attendant que le conseil constitutionnel décide en dernier ressort pour les contentieux. A  côté de cela, nous attendons la désignation par les partis politiques de leurs mandataires dans les commissions locales et aussi dans la commission régionale de supervision. Ces commissions qui seront  être constituées, doivent subir quelques formations avant le jour du scrutin. Les centres de vote sont déjà connus et disposent chacun deux bureaux de vote. Pour le Wouri, c’est le centre unique du collège Alfred Saker, le Lycée bilingue d’Edéa  dans la Sanaga Maritime,  le Lycée de Yabassi dans le Nkam et puis le lycée de Manengouba dans la Moungo. Les électeurs sénatoriaux passent déjà retirer leurs cartes dans nos différents démembrements, les   listes d’émargement sont déjà produites. Donc, je pense que le nécessaire est fait pour réaliser ce scrutin.

Ya-t-il une certitude sur le toilettage du fichier électoral, avec tous  les décès   enregistrés chez les conseils municipaux ?

Dès la convocation du corps électoral, le toilettage est fait. Nous devons tenir dans les délais, pour la publication des listes définitives et la production des cartes. Si nous avions déjà produit les cartes, c’est parce que les listes sont déjà définitives.

Les  élections sénatoriales malgré leur importance ne semblent pas être aussi stressantes  dans la gestion pour Elecam ?

Le volume n’étant pas le même que les élections générales, nous sommes un peu plus à l’aise dans leur  organisation. Maintenant, ce sont des grands élections, ils ont droit à certains égards, nous mettons le minimum de caution qu’il faut,  pour que tout se passe bien.

Au-delà de ces élections sénatoriales, le Cameroun à d’autres échéances électorales en vue. Les partis politiques, particulièrement de l’opposition, ont souvent  accusés Elecam de faire preuve de  certains manquements…

Elecam a organisé ses premières élections, en 2011. Je pense que de bonne foi, les acteurs du processus électoral ou politique, et même les citoyens, peuvent constater que de 2011 à 2013, il y a eu de nette amélioration. Nous continuons dans cette logique, pour que de 2013 à 2018, on observe des avancées. Ce ne sera certainement pas la perfection, mais que les choses se passent de mieux en mieux et c’est notre  but.

Elecam est prêt à  affronter ces échéances électorales ?

Absolument. Avec l’expérience que nous avons pu engranger,   nous ne pouvons pas penser que 2018 nous surprendra. Déjà en interne, on savait que 2018 sera une année fournie avec plusieurs élections. Nous attendons tout simplement que les corps soient convoqués et  de connaître  exactement les dates. Mais, nous  sommes prêts pour tous ces scrutins. 

Réalisé par M.L.S.

 

 

 

  

 

     

Auteur:
Marie Louise SIMO
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique