Cameroun - Sérail: Inès Laure Kamto (militante du RDPC) révèle que le ministre Jean de Dieu Momo a engagé une procédure d’obtention d’une carte de résidant et de séjour en France

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 28-Feb-2020 - 09h18   12752                      
21
Jean De DIEU Momo à Equinoxe Télévision capture d'écran
Ces documents devraient lui permettre de travailler en France.

C’est une affaire qui était, jusqu’ici, gardée bien secrète  entre le ministre délégué  auprès du ministre de la Justice, Jean De Dieu Momo et  Cyrille Inès Laure Nounamo Kamto, militante du RDPC.

La rencontre  entre  le membre de la sous-commission nationale intendance et logistique et vice-présidente communale de la campagne présidentielle pour la localité de Baham (Ouest) et le président du PADDEC a lieu le 6 novembre 2018, lors d’un cocktail organisé pour célébrer la victoire du candidat du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais  à l’élection présidentielle du 7 octobre 2018.

Ce jour-là, «le Président nouvellement élu, lors de son traditionnel bain de foule au Palais de l’Unité, marque quelques secondes d’arrêt à la hauteur de dame Nounamo Kamto. Question de lui dire, de vive voix, ses félicitations pour le score obtenu dans la circonscription de Baham réputée pour être la région d’origine de Maurice Kamto, principal adversaire du candidat Biya lors de cette élection. Les deux acteurs politiques gardent le contact. D’autant que dame Inès Laure Kamto possède une résidence permanente au 11, rue Jean Toulet à Paris. Une posture qui suscite un intérêt chez Jean De Dieu Momo», rapporte le quotidien Le Messager dans son édition du 28 février 2020.

Devenu ministre, Jean de Dieu Momo  sollicite de son amie qu’elle l’aide à obtenir un titre de résidant permanent en France. C’est que, ce statut est exigé par le barreau de Paris pour y être admis. «Un deal est alors passé entre les deux amis. Dame Nounamo s’engage à être la caution du ministre Jean De Dieu Momo auprès des autorités locales. Pour sa part, le ministre s’engage à verser la somme d’un million et 500 mille Francs CFA couvrant la première partie de l’entente», peut-on lire dans les colonnes du journal.

«C’est ainsi qu’une demande d’une carte de résidant est adressée par Momo Jean De Dieu au préfet de Paris. A la même date, une demande d’une carte de séjour est également adressée au préfet de la préfecture de Paris par Momo Jean De Dieu. Objectif: obtenir des documents qui lui permettraient de travailler en France. Des correspondances qui s’adossent à l’adresse de madame Nounamou Kamto Cyrille Inès Laure à la 11, rue Jean Toulet à Paris. Le contrat prévoit que dame Nounamo Kamto s’occupe régulièrement du courrier adressé à Jean De Dieu Momo à cette adresse», poursuit le journal.

Seulement, les relations entre les deux  se lézardent  lorsque que dame Nounamo Kamto exprime son ambition de briguer un poste dans l’exécutif de la commune d’arrondissement de Baham. «Une circonscription dans laquelle elle fait face à des acteurs réputés politiquement proches du ministre Jean De Dieu Momo».

Retenue dans la liste des candidats du RDPC pour les élections municipales dans la circonscription de Baham, Ines Laure Kamto doit faire face à une procédure judiciaire initiée par l’éditorialiste et opérateur économique, Blaise Pascal Talla. L’homme d’affaires l’accuse de lui avoir subtilisé la somme de 45 millions de FCFA. Le 9 décembre 2019, le procès ouvert à cet effet aboutit à la condamnation d’Inès Laure Kamto à trois ans de prison. Elle devra aussi reverser 47 millions de FCFA à l’homme d’affaires.

D’après notre confrère, au cours de cette audience, le procureur de la République affirme avoir reçu un coup de fil du ministre Momo. «Echange téléphonique au cours duquel le ministre lui aurait sommé de condamner dame Nounamo, accusée par le ministre de lui avoir dérobé la somme d’un million 500 mille Francs CFA dans son bureau».

Condamnée malgré les protestations de ses conseils qui plaident non coupable et crient à l’instrumentalisation de la justice à son encontre, dame Nounamo décide de mettre le secret dehors. Question pour elle de démanteler la procédure en cours à Paris et dénoncer la démarche d’obtention de statut de résidant permanent du ministre Momo toujours en fonction. Contacté, le ministre délégué auprès du ministre de la Justice s’est refusé à tout commentaire sur cette affaire, révèle le journal.

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique