Cameroun - Sérail: L’ancien ministre de la Défense, Edgar Alain Mebe Ngo’o, accusé par certaines pontes du régime de financer le MRC de Maurice Kamto

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Feb-2020 - 09h56   12047                      
26
Edgard Alain Mebe Ngo'o archives
Cette accusation serait à l’origine des déboires de l’ancien MINDEF, incarcéré depuis 11 mois à la prison centrale de Kondengui.

L’ancien ministre de la Défense (2009-2015), Edgar Alain Mebe Ngo’o, est incarcéré depuis bientôt un an à la prison centrale de Kondengui. Officiellement, l’ex MINDEF et  ses trois coaccusés, Mbangue Maxime Léopold, Mboutou Elle Ghislain Victor et Menye Victor Emmanuel, sont poursuivis pour  une affaire de détournement présumé de fonds publics, dans le cadre de l’achat de matériels militaires pour l’armée camerounaise.

En réalité, révèle le quotidien Le Messager dans son édition du jeudi 13 février 2020, ses détracteurs  ont juré d’en découdre avec l’ex patron membre du gouvernement. «Certains de ses bourreaux recrutés dans les rangs du Comité central du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) et non moins des pontes du régime, manœuvrent sous cape pour enfoncer leur camarade placé sous mandat de dépôt au quartier spécial 14 à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé», peut-on lire dans les colonnes du journal.

Pour exécuter «la sale besogne», ses «frères» du Sud se sont payé les services de certains «soldats» de l’intox. Parmi ces «soldats», le journal cite une certaine Modestine Carole Tchatchouang Yonzou «qui va envoyer les premières boules puantes sur les réseaux sociaux».

Dans une tribune libre, cette dernière déclare que l’ex membre du gouvernement qui se voyait déjà Président de la République, ne compte pas abandonner son rêve. Puisque, même en prison, explique-t-elle, il continue de peaufiner son plan. «Pour y arriver, il va faire main basse sur Kamto qu’il manipule désormais à sa guise, écrit celle qui tente malaisément à prouver que le leader du MRC est aux ordres de Mebe Ngo'o. Lui qui, de sa prison lui dicterait quoi faire et ne pas faire».

«Un postulat difficile à digérer quand on sait qu’il y’a peu, cette femme proclamait son indéfectible soutien au même Kamto qu’elle voue aujourd’hui aux gémonies, au motif qu’il traîne ’beaucoup de casseroles et des dessous très sales», lit-on.

Le plus intrigant, explique le journal, c’est que personne ne détaille avec précision, le procédé de ce prétendu financement. «Est-ce à travers la Brigade Antisardinards (BAS) ou par le truchement de toute autre association acquise à la cause de l’incriminé ?», s’interroge notre confrère.

D’après le journal, «après recoupements, le Messager a appris que ces membres du gouvernement et leurs complices tapis à l’ambassade du Cameroun à Paris, seraient tous dans le viseur de la Justice parce que leurs noms figurent dans des banques localisées en occident et aux Etats-Unis».

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique