Cameroun - Téléphonie mobile: Les actionnaires de l’opérateur NEXTTEL se déchirent

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 23-Oct-2018 - 12h34   5517                      
7
Une agence Nexttell Cameroun Archives
Viettel Global investment company, la maison-mère accuse son partenaire camerounais de vouloir prendre le contrôle de sa filiale locale par des moyens déloyaux.

Rien ne va plus entre les partenaires de la compagnie de téléphonie mobile Nexttel installée au Cameroun depuis septembre 2014. Ses principaux actionnaires s’affrontent de nouveau depuis plusieurs semaines. Dans une récente lettre adressée au président de la République du Cameroun, Do Manh Hung le directeur général de Viettel global investment company  S. A., la maison mère installée au Vietnam et qui détient 70% des parts du capital de sa filiale Viettel Cameroun S.A. accuse le président du conseil d’administration Ahmadou Baba Danpullo  de modifier par voie de justice les règles de gestion de l’entreprise, d’utiliser des services diplomatiques à des fins de trafic d’influence. L’actionnaire camerounais est aussi accusé de refuser de se prêter à la discussion.  Les responsables de Viettel disent que leur investissement est menacé au Cameroun par l’attitude jugée belliqueuse de leur partenaire.   

Dans un communiqué daté du 1er octobre 2018, le partenaire vietnamien indique que « Viettel Global Investment S.A. et sa filiale Viettel Cameroun S.A. travaillent avec ardeur et sans relâche pour le bien de la nation et du peuple camerounais ». Il déplore le fait que « toutes les tentatives visant à diffamer l’investisseur vietnamien, à mettre en péril le présent partenariat et à menacer l'investissement de Viettel Global Investment S.A. ne font que piétiner les efforts déployés par le gouvernement camerounais pour attirer les capacités étrangères, en particulier les investissements en provenance d'Asie, pour la reprise économique et la relance sociale. Ceci porte également atteinte de façon dangereuse aux avantages nationaux du Cameroun ». Dans son communiqué Do Manh Hung tente de démonter ce qu’il appelle « des informations mensongères actuellement diffusées sur le groupe et sa coentreprise basée au Cameroun ». Il met en avant l’appréciation du ministre camerounais des relations extérieures Lejeune Mbella Mbella qui avait déclaré  Viettel Cameroun S.A était un symbole du succès de la coopération bilatérale.

 La nouvelle querelle entre actionnaires de Nexttel est née après  qui'Ahmadou Danpullo ait réclamé à ses partenaires 98 milliards de Francs CFA, somme qu’il dit avoir  dépensé en procédures et divers pour l’attribution des licences 2G et 3G à Viettel. Un peu plus tôt, les Vietnamiens n’avaient pas apprécié le fait qu’un Tribunal de Douala accorde le pouvoir de signature au Président du conseil d’administration Ahmadou Danpullo alors que, selon ses partenaires, celui-ci revenait aux directeur général  et directeur général adjoint. Dans le même temps, l’hebdomadaire Jeune Afrique, faisait savoir que « les deux directeurs généraux adjoints camerounais, Moïse Bayi et Haman Oumar, accusent leur patron, le Vietnamien Vu Khanh Duy, de verrouiller la gestion» de Viettel Cameroun S.A. Celui-ci refusait d’instaurer le principe de double signature pour les dépenses de l’entreprise. L’on lui reprochait aussi d’utiliser environ 500 Vietnamiens à des postes préalablement réservés aux Camerounais.

La crise prenant de l’ampleur, il a fallu que le Premier ministre camerounais, Philémon Yang, vienne jouer les médiateurs entre les patrons de Viettel Cameroun. Comme on le voit son initiative n’est pas couronnée de succès. Loin de là.

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique