Cameroun – Témoignage: Félicité Oyono, l’épouse de l’ancien député RDPC Martin Martin Oyono raconte les malheurs de l’homme politique dans un livre

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 26-Dec-2020 - 08h12   24570                      
7
Martin Oyono, Député RDPC Archives
La journaliste de la CRTV croit que l’accident vasculaire cérébral dont son mari a été victime résulte d’une attaque mystique orchestrée par des adversaires de l’ancien parlementaire.

Voilà un bon moment que Martin Oyono n’est pas apparu en public. Le député -connu pour sa propension à ramer à contre-courant des consignes et des positions de son parti le RDPC  est malade. Ces jours-ci son épouse, la journaliste de la CRTV Félicité Kédy Oyono, raconte ses moments les plus difficiles et les souffrances endurées par sa famille dans le livre intitulé « J’ai vu la détresse, quand la maladie frappe ».

Le livre de Félicité Oyono (c) Facebook

Après la présentation-dédicace de l’œuvre le 21 Décembre 2020 au  cercle municipal, à Yaoundé, la présentatrice du Poste National a de nouveau parlé de son ouvrage le matin du 23 Décembre 2020 dans le programme Cameroon Feeling diffusée sur la première chaîne de la CRTV-Télé.  Elle a expliqué avoir décidé d’écrire à cause de la maladie de son époux, victime d’un accident vasculaire cérébral. « Je me suis dit : « j’ai vu des choses inimaginables, impensables, que je n’aurais pas cru vivre. Je me suis dit : «  et si moi je vis ça, il faut que je puisse parler, témoigner, écrire. Parce que quand on écrit ça reste. Ecrire, comme j’aime à le dire pour reprendre la citation de Marguerite Duras c’est « parler sans être interrompu ». Eh bien je vais écrire afin que mon témoignage serve. Afin que je sois la voix des sans voix de ceux qui souffrent dans les huis clos des maisons. Et de ces dames, de ces messieurs, de ces enfants également, de ces frères, de ces sœurs, de ces parents qui vivent le diktat, la souffrance de la maladie, sans pouvoir en parler à personne ». Pour elle, c’est aussi « un livre-miroir » qui montre la position peu inconfortable des garde-malades comme elle.

Félicité Kedy Oyono, chrétienne pentecôtiste comme son mari, parle aussi d’une « motivation divine ».  « J’ai écrit parce que le Seigneur m’a dit écris, parle aux gens ». Madame Oyono qui totalise 32 ans de mariage avec l’ex député de l’Océan raconte qu’il a été  frappé par l’AVC un samedi matin, un heureux hasard puisque c’est un jour où elle ne travaille pas. S’étant réveillée la première, elle dit bonjour à Martin, mais constate qu’il ne répond pas. Elle va se rendre compte qu’il a « tous les signes révélateurs de l’AVC ». Elle le transporte en urgence dans une clinque de Yaoundé. Dédicacé le 21 Novembre 2020 au Cercle Municipal, à Yaoundé

La narratrice confie que c’est Dieu qui a maintenu son époux en vie. « N’eût été le Seigneur, l’Honorable serait décédé. Déjà,  sur le tarmac de l’aéroport à Paris, il failli l’âme dans l’ambulance ».  Elle croit que ce sont les prières des hommes de Dieu qui avaient « ramené l’âme » de son époux. Félicité Oyono attribue sa maladie à une attaque mystique. « Je dénonce le mysticisme dans le livre. Avant que je reçoive un coup de téléphone d’un tradipraticien, marabout, appelez-le comme vous voulez, notre père spirituel Julius Ekié a d’abord reçu en vision ce qui avait été fait à l’honorable. Il l’a dit. Nous avons prié ensemble. Il nous a fait la révélation que  le Seigneur lui a montré  ce qui s’était passé. Des adversaires ont envoyé des flèches à l’honorable Oyono Martin. Il a fait dix jours dans une convention pentecôtiste à Chicago, aux Etats-Unis où il  a passé le temps à prier. Beaucoup de prophéties ont été  sorties sur lui, puis dans l’avion il s’est mis à se sentir mal », se souvient-elle.

Notre consoeur ajoute que l’organisateur de la convention à laquelle il venait de prendre part l’a prévenu qu’il allait être attaqué à son retour en représailles aux prières, véritables bombes pour  « le monde des ténèbres ». Elle fait savoir qu’une semaine avant l’AVC  il souffrait. Elle raconte encore qu’un homme, pour soulager sa conscience, l’a appelée, lui confiant que son AVC « n’ était pas naturel » et que l’attaque mystique s’était passée sur une route d’un village du Sud. Selon son interlocuteur,  ceux qui en voulaient à la vie de Martin Oyono étaient allés voir un tradipraticien avec sa photo pour qu’il soit tué.  

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique