Cameroun - Terrorisme: Cinq personnes tuées et un poste militaire incendié dans plusieurs attaques de Boko Haram à l’Extrême-Nord

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Jan-2020 - 13h07   2551                      
3
Un village incendié par Boko Haram Archives
Le groupe terroriste a multiplié les incursions meurtrières ces derniers jours en territoire camerounais.

Boko Haram a peut-être été affaibli, mais le groupe terroriste garde une certaine capacité de nuisance. La preuve avec les attaques enregistrées ces derniers jours dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun où la secte sévit depuis 2014.

Dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 janvier 2020, des hommes armés, présentés comme des éléments de Boko Haram, ont fait irruption dans la localité de Gancé, située dans le département du Mayo Sava.

Ils ont décidé de s’attaquer aux chefs de famille trouvés sur place. Ainsi cinq paysans ont été tués. Il s’agit des nommés Sababa Thomas, Yerima Ousmane Gazawa, Moura et Esechiel, a-t-on appris de sources sécuritaires.

Deux autres personnes ont été blessées, ajoutent les mêmes sources. Ce sont les nommés Tidjani Moddou et Djime Mataba. Les insurgés ont aussi emporté d’importantes quantités de denrées alimentaires et d’autres biens matériels.

L’attaque a été confirmée par les autorités, dont le gouverneur de la région, Midjiyawa Bakary et le commandant de la Force Multinationale Mixte (FMM), le général Bouba Dobekréo. Ce dernier, selon la presse locale, a déclaré que les populations attaquées sont sorties des zones protégées par l’armée.

Dans la nuit du 17 au 18 janvier, soit 24 heures seulement avant cette incursion, c’est un poste militaire situé dans la même région qui a été attaqué, sans faire de victime.

Dans un rapport publié le 14 janvier 2020, Human Rights Watch renseigne que «le groupe armé Boko Haram a lancé plus d’une centaine d’attaques dans la région de l’Extrême-Nord depuis janvier 2019, tuant plus de cent civils».

Depuis 2014, souligne l’ONG, «le conflit entre les forces gouvernementales et Boko Haram a provoqué la mort de milliers de Camerounais et le déplacement de plus de 270 000 autres».

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique