Cameroun - Terrorisme: Trois morts dans un attentat-suicide à Mora (Extrême-Nord)

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 19-May-2017 - 14h23   10548                      
0
Des secours lors d'un précédent attentat dans la Région de l'Extrême-Nord Archives
Deux kamikazes et un civil ont trouvé la mort ce vendredi matin dans un attentat dans la localité de Mora, plusieurs fois cible des actes terroristes de Boko Haram.

Selon plusieurs sources concordantes, peu avant 6h, ce vendredi 19 mai, deux femmes suspectes ont été repérées au quartier Wallande à Mora, dans la Région de l’Extrême-Nord. Des membres du comité de vigilance se sont aussitôt mis à leur poursuite. Pourchassées par les vigiles et la clameur publique, elles ont couru se réfugier dans le domicile de Baba Malla et y ont déclenché leurs bombes. Les terroristes sont mortes. La maîtresse de maison aussi. Deux enfants ont été blessés. La maison est partiellement détruite.

La ville de Mora fait régulièrement l’objet d’incursion de bombes humaines. En fin de semaine dernière, la ville était pourtant en alerte. Des informations sur une possible attaque avaient contraint les forces de défense et les autorités administratives à demander aux populations d’éviter les regroupements. Une situation qui avait contraint les commerçants à rester chez eux dimanche, pourtant jour de grand marché dans la ville.

Cette alerte découlait d’une attaque kamikaze survenue le vendredi 12 mai, soit une semaine avant celle de ce matin. Ce jour-là, peu après 5h20, deux femmes suspectes ont été repérées à Limani, dans l’Arrondissement de Mora. L’une d’elles s’est fait exploser sur place. L’autre a couru se réfugier dans une maison voisine. Suivie par un membre du comité de vigilance, elle s’est fait exploser, provoquant sa mort ainsi que celle du vigile. Cinq personnes avaient été blessées lors de cette attaque.

Le dernier attentat perpétré par les membres de la secte Boko Haram à Mora remonte à avril dernier. Deux femmes kamikazes, présumées membres de la secte islamiste Boko Haram, ont trouvé la mort le lundi 3 avril matin après avoir activé leur charge explosive qui n’a pas fait d’autres victimes.

Elles ont fini par se faire sauter alors que, rendues à l’entrée de la ville au lieu-dit «Derrière le lycée», elles venaient d’être repérées par des membres du comité de vigilance local qui a rapidement donné l’alerte. Dans un rapport publié en février dernier, Amnesty International révélait que Boko Haram a tué 260 civils en 150 attaques en 2016 essentiellement dans des localités de l’Extrême-Nord. 

Auteur:
Otric NGON
 @OtricNgonCIN
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique