Cameroun – Travaux d’achèvement du Complexe sportif d’Olembe/Cyrille Ntolo (président du comité ad hoc des infrastructures au ministère des Sports) : «Les 55 milliards ne sont ni un projet de détournement de milliards encore moins une surfacturation»

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 23-Feb-2021 - 03h49   5927                      
8
Cyrille Ntolo SCREENSHOT
Il s’agit d’un extrait tiré de son intervention au 20H30 de la CRTV le lundi 22 février 2021

Dans un article mis en ligne sur Cameroon-Info.Net le 5 février 2021, votre journal en ligne révélait, grâce des informations provenant du journal L’Anecdote no1158, que le Cameroun était à la recherche de financements intérieurs et extérieurs pour l’achèvement des travaux du complexe sportif d’Olembe. Entamés il y a 5 ans, ces derniers connaissent de nombreux blocages ces derniers mois, en raison des tensions de trésorerie que rencontrent les canadiens de Magil (entreprise qui a repris le marché après le départ de Piccini). Le média appartenant à Jean Pierre Amougou Belinga révélait alors que le Cameroun avait besoin de 17 milliards de FCFA pour achever les travaux de construction de cette infrastructure majeure de la CAN 2021.

Près de deux semaines après la publication de cet article, le président de la République, Paul Biya a signé le mardi 16 février 2021, un décret autorisant   le ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire à signer avec la Standard Chartered de Londres et BPI Export Finance une convention de crédit d’un montant de 84 101 978, 98 euros, pour le financement du projet d’achèvement des travaux du complexe sportif d’Olembé.

«Le ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire est habilité avec faculté de délégation, à signer avec Standard Chartered de Londres et BPI Export Finance une convention de crédit d’un montant de 84 101 978, 98 euros, soit environ 55 166 693 111 de FCFA, pour le financement du projet d’achèvement des travaux du complexe sportif d’Olembé dans la ville de Yaoundé», peut-on lire  dans ce document.

Cette décision a provoqué un tollé général au sein de l’opinion nationale, certains camerounais voyant se dessiner en cette dernière, un lugubre projet de surfacturations et de détournements de fonds. Au ministère des Sports et de l’Éducation on assure pourtant qu’il n’en est rien. Interrogé par nos confrères de la Crtv le lundi 22 février 2021, Cyrille Ntolo, président du comité ad hoc chargé des infrastructures  au sein dudit ministère a tenté d’apporter quelques explications

«Ce qui se passe c’est que juste après le retrait de la CAN 2019 au Cameroun, l’entreprise Piccini décide d’arrêter les travaux. Magil qui vient d’achever les travaux du stade de la réunification de Douala, se propose alors avec l’appui du gouvernement canadien d’accompagner le gouvernement dans l’achèvement du complexe sportif d’Olembe. Magil décide d’achever l’ensemble des composantes du complexe dans les limites de l’enveloppe restante du marché initial de Piccini, c’est-à-dire 50 milliards de FCFA représentant des financements non mobilisés du premier  marché plus 5 milliards de frais supplémentaires. Les 50 milliards ne sont donc ni un projet de détournement de milliards, encore moins une surfacturation. La Standard Chartered Bank s’est rendue compte que les procédures d’attribution  du marché à Magil étaient tout à fait régulières, aussi bien par rapport aux lois nationales qu’internationales. Elle a donc décidé de poursuivre la négociation avec le gouvernement camerounais», a-t-il déclaré.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique