Cameroun: Un expert propose une stratégie pour booster l'inclusion financière au Cameroun et dans toute la sous-région d’Afrique centrale

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Mar-2018 - 14h05   3018                      
0
L'auteur du livre DMS
Le spécialiste Aubin Martial Kengne, auteur de l'ouvrage "Monnaie électronique et inclusion financière : De la performance à la sécurité, cas de la Région CEMAC ", y suggère de créer un comité technique en charge de l'inclusion financière à la BEAC.  

 Le taux de pénétration de l'internet et du mobile en Région CEMAC se situe autour de 80 % de nos jours. À contrario, le taux de pénétration du compte dans la même zone est de l'ordre de 16.5% en 2014.

Cette dernière estimation est faite à partir des données brutes de la Banque mondiale sur l'inclusion financière à l'échelle mondiale. Si l'on ajoute que le taux de pénétration du compte mobile n'est que de 4.25%, il apparaît que le nombre de personnes exclues du système financier est encore bien élevé. À l'heure de la digitalisation des moyens de paiement, des services et produits financiers de base tels que l'accès au compte, le moyen de paiement, le transfert d'argent, le micro épargne, le micro crédit ou encore la micro assurance, Aubin Martial Kengne Assomo, auteur de l’ouvrage ”Monnaie électronique et inclusion financière: De la performance à la sécurité, Cas de la Région CEMAC" arrive à la conclusion que le paradoxe est énorme. Pour inverser la courbe et tirer profit de l'inclusion financière dans la Sous-région, l'auteur propose l'adoption d'une stratégie régionale d'inclusion avec des déclinaisons dans chaque État.

Soiree dedicace du livre au siege du GICAM a Douala (c) DMS

Précisément, le spécialiste suggère de créer un comité technique en charge de l'inclusion financière à la BEAC. L'instance aurait pour mission d'assurer le monitoring de l'implémentation des politiques décidées par les États à travers un reporting systématique et périodique pour mesurer l'évolution de l'inclusion. Pour mieux apprécier la courbe, l'expert ajoute l'institution d'un indice régional d'inclusion financière (IIFAC- Indice d'inclusion financière en Afrique centrale).

Sur le modèle d'élaboration de l'indice, Aubin Martial  Kengne propose une approche consensuelle. Outre cette stratégie, véritable boussole pour les États, l'auteur du livre pense qu'au plan institutionnel et politique, la CEMAC est interpellée car il s'agit d'accélérer le processus de réduction de la masse monétaire en circulation sous forme fiduciaire et encadrer le processus d'insertion des populations démunies ou à faible revenus dans le système financier global.  L'une des retombées des mesures sus évoquées serait de rendre effectif l'initiative "pour un accès universel aux services financiers rendre à l'horizon 2020" auquel les pays de la Sous-région ont souscrit. 

L'auteur de "Monnaie électronique et inclusion financière : De la performance à la sécurité, Cas de la Région CEMAC " parle par ailleurs de l'éducation financière, la sensibilisation et les politiques d'incitation comme des moyens d'accompagner les populations à faibles revenus dans différents modes d'appropriation des services et produits financiers de base. Il ne s'agit pas d'une mission à abandonner aux seules institutions financières. Les entreprises du secteur des communications électroniques et les Fintechs doivent contribuer à coordonner les actions loin des "joutes concurrentielles inutiles". L'enjeu pour ces entreprises est également de tirer profit du cadre réglementaire de la BEAC qui est favorable à l'émergence de nouveaux acteurs non bancaires pour accroître leur chiffre d'affaires et rentabiliser leurs activités.

L'ouvrage "Monnaie électronique et inclusion financière : De la performance à la sécurité, cas de la Région CEMAC " est paru le 1er février 2018 aux Éditions universitaires européennes et compte 196 pages 

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique