Cameroun: Une amende de 50.000 FCFA et un retrait de la circulation pour les véhicules sans visite technique

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 26-Jul-2018 - 12h26   3030                      
4
Centre de visite technique Archives
Face à la recrudescence des accidents de la route causant des morts, le ministère des Transports annonce des mesures braconnières.

Au Cameroun, les accidents de la route constitue une cause non négligeable de la mortalité. En effet, entre janvier et août 2017, le gouvernement a dénombré 4 190 accidents de la route, dont 179 mortels, 784 corporels et 3227 matériels.

Les causes de la recrudescence de ce bilan macabre sont de trois ordres. D’abord, les causes humaines. On note la responsabilité des conducteurs due à l’excès de vitesse, à de mauvais dépassements, aux surcharges des passagers et/ou des marchandises, à la conduite en état d’ébriété, aux mauvais stationnements…

Ensuite, les causes matérielles. Elles sont directement liées à l’état technique des véhicules majoritairement caractérisé par l’usure des pneus, la défaillance des systèmes de freinage, la complaisance coupable des agents chargés d’assurer la visite technique des véhicules.

Enfin, il y a les causes infrastructurelles. Elles concernent d’une manière générale le mauvais état des routes avec la fréquence de nids de poules, les défaillances dues à l’envahissement des accotements par la broussaille et donc, le défaut de cartonnage des abords de chaussée…

Le ministère des Transports vient de s’attaquer aux causes matérielles. Dans une interview accordée à Cameroon Tribune du Jeudi 26 Juillet 2018, Divine Mbamome, directeur des Transports routiers au MINT, rassure que des sanctions vont suivre.

«Dans les centres de visites techniques, on procèdera au licenciement du contrôleur fautif sans préjudice des poursuites pénales ainsi qu’à la suspension provisoire de l’agrément du centre ou au retrait de l’agrément. Pour les usagers, le véhicule sera retiré de la circulation, et une amende de 50 000 F infligée pour défaut de visite technique», explique-t-il.

Selon ce dernier, le ministère est en train de mettre sur pied à travers les technologies de l’information et de la communication une application de contrôle fixe et mobile des vignettes sécurisées pour se rassurer que les documents délivrés par les centres de visite technique reflètent l’état réel du véhicule. Cette application mobile sera mise à la disposition des équipes mixtes de contrôle routier.

«C’est une nouvelle dynamique impulsée par le ministre des Transports pour assainir ce secteur. Au regard de la recrudescence des accidents de la circulation, la responsabilité des centres de contrôle technique dans l’état des véhicules impliqués dans ces accidents et la vision de la réduction des accidents de la circulation à 50% d’ici 2020, le ministre des Transports a sonné la fin de la récréation», explique Divine Mbamome.

Bon à savoir: la période de validité du document délivré par les centres de visite technique dépend du type de véhicule. S’il s’agit des véhicules écoles, ceux servant au transport public des personnes ou des véhicules de transport en commun des personnes, la validité est de trois mois. Pour les véhicules de transport des marchandises: six mois.

Les voitures de tourisme et véhicules spéciaux (engins mécaniques, agricoles et de travaux publics) doivent passer la visite technique tous les 12 mois. Cette durée est due au fait que ces véhicules ne sont pas toujours en circulation.

Auteur:
Otric NGON
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique