Cameroun - USA/Double homicide d’un couple camerounais: L’artiste Lady Ponce tire à boulets rouges sur les femmes qui se réjouissent du décès de leur congénère

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 16-Jun-2020 - 14h59   11863                      
26
Lady Ponce Facebook
Pour cette dernière, cette attitude prouve une fois de plus que le véritable ennemi de la femme est la femme.

Le crime passionnel perpétré par Christophe Takam, qui a assassiné son ex-femme et s’est ensuite donné la mort le 14 juin 2020 à Cincinnati dans l’Etat de l’Ohio (USA), suscite un grand intérêt auprès du public camerounais. L’opinion nationale s’est scindée en deux camps distincts au gré des versions rendues publiques par les membres de la famille de Christophe et de son ex-compagne.

Mais pour l’artiste Lady Ponce, il n’est nullement question de choisir un camp, mais plutôt de condamner l’acte odieux perpétré par notre compatriote. A ceux, et surtout à celles qui dépeignent la défunte comme une femme méchante, qui a ruiné son mari, l’auteur de l’électrisant tube à succès «secoue secoue» leur rappelle qu’une femme divorcée a le droit de refaire sa vie.

«Le monde est diabolique et surtout certaines femmes sont d'une jalousie et d'une sorcellerie vis-à-vis de la vie et du bonheur des autres femmes. L'ennemie de la femme c'est la femme.  Se réjouir de l'assassinat d'une dame qui laisse derrière elle sa progéniture. Ses enfants qui ne verront plus jamais leur mère, à cause des biens  éphémères....Chères femmes inconscientes !».

«La femme a le droit de dire que c'est fini et de recommencer une nouvelle vie. Et c'est la femme qui a le droit de jouir du domicile familial, parce que, c’est elle qui s'occupe des enfants oui ! Nos mamans ont bâti des empires avec nos pères, qu’elles ont connus dans la misère. Et du jour au lendemain, certaines de nos mamans se sont retrouvées dans la rue avec les enfants. Parce qu'une autre avait pris place dans son cœur».

«Et ceci pour que la nouvelle maîtresse, entre dans le domicile qu'elle avait bâti avec son époux dans la misère. Nos mamans ont-elles commis des meurtres? Non. Alors comprenez que nous sommes au 21ième siècle et dans des pays modernes, la femme est considérée. Elle n'est pas méprisée et mérite d'être protégée ainsi que les enfants.Vous trouvez normal que c'est à la femme de libérer le domicile conjugal après le divorce? Et vivre dans la misère ou encore dans la rue  avec les enfants  sans domicile fixe ?», a-t-elle déclaré.

 Ci-dessous la déclaration de Lady Ponce

Le monde est diabolique et surtout certaines femmes sont d'une jalousie et d'une sorcellerie vis-à-vis de la vie et du bonheur des autres femmes.

L'ennemie de la femme c'est la femme.  Se réjouir de l'assassinat d'une dame qui laisse derrière elle sa progéniture.

Ses enfants qui ne verront plus jamais leur mère, à cause des biens  éphémères....

Chères femmes inconscientes! 

La femme a le droit de dire que c'est fini et de recommencer une nouvelle vie .Et c'est la femme qui a le droit de jouir du domicile familial, parce que, c’est elle qui s'occupe des enfants oui!

Nos mamans ont bâtis des empires avec nos pères, qu’elles ont connus dans la misère. Et du jour au lendemain, certaines de nos mamans se sont retrouvés dans la rue avec les enfants. Parce qu'une autre avait pris place dans son cœur.

Et ceci pour que la nouvelle maitresse, entre dans le domicile qu'elle avait bâti avec son époux dans la misère. Nos mamans ont-elles commis des meurtres? Non.

Alors comprenez que nous sommes au 21ième siècle et dans des pays modernes, la femme est considérée.

Elle n'est pas méprisée et mérite d'être protégée ainsi que les enfants.
Vous trouvez normal que c'est à la femme de libérer le domicile conjugal après le divorce? Et vivre dans la misère ou encore dans la rue  avec les enfants  sans domicile fixe?

Certaines femmes  devraient avoir honte de juger cette femme qui est morte à la fleur de l'âge.

Vous êtes devenus juges au point de  jubiler de l’assassinat, d’une sœur d'une mère, et d'une fille pour les biens éphémères ? 

Je ne condamne pas les réactions des hommes africains, parce que c’est de notre faute. Nous, les femmes les femmes africaines qui croyons que quand un homme, t’épouses, c'est une faveur qu'il te fait.

Et c'est pour cela que certains hommes africains se prennent, pour des dieux sur terre.

Et le plus impressionnant, ce sont les femmes qui se réjouissent le plus.

Avez-vous la version de la défunte ? Non.  Avez-vous les jugements de la justice? Avez-vous pensez à la famille de cette femme, qui meurt à la fleur de l'âge?

 Nos frères noirs certains se croient tout permis et pensent que la femme est un objet sans valeur. Ils pensent qu’ils peuvent faire d'elle ce qu'ils veulent.

Une femme  mérite le respect au même titre que l'homme et si ce respect n'est pas réciproque, elle a le droit  de reprendre sa vie en mains, elle a également le droit de divorcer et de recommencer une nouvelle vie. 

Ce qui me fait le plus mal, c'est que, lorsque  nos frères noirs sont mariés avec les blanches. Ils respectent les lois et respectent les décisions prises par la justice.

Alors chères femmes vous qui avez choisi, d'être les esclaves de certains de nos frères noirs, c’est votre choix.  Respectez les choix de celles qui refusent de vivre dans le mépris et le manque de respect total.

  Vous qui vous réjouissez de l'assassinat de cette dame, Dieu vous répondra .Car l'ennemie de la femme c'est la femme.

Et  c'est pour cette raison que, la femme dans la société africaine sera toujours traitée comme de la merde.

Mes condoléances les plus attristées vont à l'endroit de la famille de défunte .Ces pauvres enfants qui ne verront plus jamais leur maman.

Parce qu’un monstre d'égoïsme intéressé, par les  biens matériels éphémères a décidé de laisser ses enfants orphelins.

Pourquoi? La maison où ses enfants grandissaient? .Malheur à tous ceux qui se réjouissent de l'assassinat de cette dame. Dieu vous répondra. Quelle  méchanceté! Que ton Âme repose en paix ma sœur.

 

 

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique