Cameroun - Vente illicite de devises: Le ministre des Finances Louis Paul Motaze invite les opérateurs clandestins à se conformer à la nouvelle réglementation de changes

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 24-May-2021 - 13h00   5108                      
2
Billets de banque archives
C’est la quintessence du communiqué qu’il a signé le 21 mai 2021.

Le ministre des Finances (MINFI) Louis Paul Motaze invite les opérateurs clandestins à se conformer à la nouvelle réglementation de changes. C’est ce qui ressort du communiqué qu’il a signé le 21 mai 2021. Dans ce communiqué, le ministre «interpelle sur cette activité qui porte préjudice non seulement aux structures agréées, mais aussi au climat des affaires et à l’image de marque de notre pays», rapporte le quotidien d’Etat Cameroon Tribune en kiosque ce 24 mai 2021.

Malgré les campagnes de sensibilisation effectuées auprès des changeurs clandestins, ils continuent d’envahir les espaces publics dans les grandes villes. Le communiqué du MINFI «invite donc ces opérateurs à se rapprocher des services compétents de son département ministériel pour solliciter soit un agrément, soit un statut d’agent mandaté auprès des bureaux de change agréés», relève le journal.

D’après un responsable à la direction de la coopération financière et monétaire (DCFM) au ministère des Finances: «le change clandestin baisse l’activité de change formel et, en réduisant le régime des opérations de ce côté, il réduit le développement de l’activité de change de manière générale. Il y a également un impact sur la fiscalité que l’Etat est en mesure de collecter dans ce secteur. De manière insidieuse aussi, la clandestinité réduit de manière considérable le nombre d’emplois qui aurait pu être enregistrés dans ce secteur si cette concurrence déloyale n’avait pas cours», peut-on lire.

A côté de cela, écrit notre confrère, le change clandestin est un terreau fertile pour le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme du fait justement de la non maîtrise de la circulation des devises. «Si par exemple, un fonctionnaire détourne 500 millions de FCFA, il ne pourra pas aller les déposer à la banque parce que celle-ci va faire une déclaration de soupçons à l’ANIF, mais aussi le questionner sur l’origine des fonds. Il va plutôt aller vers les acteurs du change clandestin acheter des devises, qu’il va déposer chez lui. Et quand il introduit cet argent dans le circuit monétaire, on ne voit pas la traçabilité. Donc c’est considéré comme de l’argent blanchi», poursuit la source du journal

Après ce communiqué du MINFI, les gouverneurs de régions ont été saisis et devraient mettre en application l’instruction relative aux conditions et modalités d’exercice de l’activité de change manuel dans la CEMAC. «Celle-ci précise notamment que le change manuel sans agrément est formellement interdit et constitue une infraction punie par des peines privatives de liberté et une amende de 5 millions de FCFA, assortie de la cession immédiate des devises», lit-on.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique