Cameroun - Voyage et Tourisme: Selon un rapport du World Economic Forum, le Cameroun est absent du top 10 des pays africains les plus compétitifs

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-Oct-2019 - 17h40   3409                      
6
Des girafes au Parc de Waza Archives
Le pays pointe à la 28e place du classement africain. L’île Maurice occupe la première place de ce classement.

Le World Economic Forum vient de publier  l’édition 2019 de son rapport sur la compétitivité du voyage et du tourisme. Cette année 140 pays, dont 37 sur le continent africain, ont été classés.

«Il faut descendre jusqu’à la 28e du classement africain pour voir poindre le Cameroun», indique le quotidien Le Jour dans son édition du 22 octobre 2019.  Le pays occupe le 128e rang mondial avec un score de 2.9.

Le classement africain est dominé par l’île Maurice (52ème à l’échelle mondiale). Le pays  enregistre «de bonnes performances au niveau de certains indicateurs tels que la digitalisation (6,1/10), la sécurité (5,8/10), la santé et l’hygiène (5,6/10)».

L’Afrique du Sud occupe la deuxième place (62ème à l’échelle mondiale). Viennent ensuite les Seychelles (62ème à l’échelle mondiale), l’Egypte occupe la quatrième place (65ème à l’échelle mondiale) et le Maroc arrive en cinquième position (66ème), suivi de la Namibie qui est sixième (81ème à l’échelle mondiale) et du Kenya (82ème). La Tunisie, Le Cap-Vert, Botswana referment le top 10 de ce classement.

Les pays  ont été classés sur la base de 14 indicateurs repartis en 4 catégories. «La première catégorie relative à l’environnement favorable regroupe 4 critères à savoir: l’environnement du travail, la sûreté et sécurité, la santé et l’hygiène, les ressources humaines et le marché du travail, le niveau de digitalisation. La deuxième catégorie concerne les politiques et conditions habilitantes qui se fondent sur les priorités accordés au voyage et au tourisme, l’ouverture internationale, la compétitivité des prix, la durabilité environnementale».

La troisième catégorie «s’intéresse aux infrastructures de transport aérien, terrestres et portuaires, ainsi qu’aux infrastructures de services touristiques. Enfin la quatrième catégorie axe ses critères sur les ressources naturelles et culturelles, et sur les voyages d’affaires», indique le journal.

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique