Cameroun – Yaoundé: Le sénateur RDPC Obam Assam accusé dans une opération de déguerpissement forcé de plusieurs familles au quartier Awae-Escalier

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 03-Aug-2021 - 07h35   10940                      
16
Déguerpissement à Yaoundé Capture d'écran
En raison de ces casses, une vingtaine de familles se retrouvent désormais sans-abri.

La toile a été alertée par une vidéo désormais virale. Dans la courte capsule, on entend une voix de femme qui présente une zone d’habitations complètement détruite. On peut voir des maisons démolies et des meubles et autres matériels de cuisine laissés en plein air. L’auteure de la vidéo accuse le sénateur RDPC de la Valée du Ntem, Samuel Obam Assam d’être à l’origine d’une opération de déguerpissement forcé de plusieurs familles.

Après les premiers recoupements, Cameroon-Info.Net est à mesure de dire que la scène s’est produite le 30 juillet 2021 au quartier Awae-Escalier, situé dans l’arrondissement de Yaoundé IV.

En fin de matinée, plusieurs hommes, munis du matériel de démolition, ont investi un terrain de quelques 2500 m2 où étaient construites des maisons depuis plusieurs années. Ils ont procédé à la destruction desdites habitations, mettant ainsi dans la rue une vingtaine de famille.

Nos sources indiquent que le sénateur Obam Assam aurait acheté le terrain en 2019 lors d’une opération de vente aux enchères conduite par la Société de Recouvrement des Créances (SRC). Il aurait acquis cet espace contre un chèque de 32 millions de FCFA, apprend-on.

«Depuis deux ans qu’il est propriétaire du terrain, il a plusieurs fois invité les familles à quitter les lieux. Mais ces dernières ont à chaque fois refusé de s’exécuter, invectivant M. Obam Assam», explique une source proche du sénateur pour expliquer ce déguerpissement inattendu. Notre interlocuteur ajoute que le parlementaire est en possession du titre foncier de l’espace.

«Nous occupons ce terrain depuis 2002. Du jour au lendemain, on vient nous demander de partir. Pour aller où ?», s’interroge l’une des victimes de cette situation.

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique