Cameroun - Yaoundé: Les transports urbains à l'épreuve de la distanciation sociale

Par Alain G. KANGA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 08-May-2020 - 05h13   3933                      
0
Des passagers dans un car de transport à Yaoundé Capture d'écran
Cette mesure barrière contre le Covid-19 n'est plus respectée dans les taxis et les bus à cause des mesures d'assouplissement du gouvernement.

La distanciation sociale ne s'applique plus dans le secteur des transports. Les mesures d'assouplissement du gouvernement sont la principale cause. Ce qui pourrait favoriser davantage l'augmentation des cas de contamination au Coronavirus.

Dans les taxis, seuls les passagers avant (deux) ont un minimum d'écart. Mais à la banquette arrière, on cohabite désormais à trois, au mépris de la distanciation sociale. Les mototaximen ne sont pas en reste. La plupart d'entre eux continue à surcharger, notamment trois passagers y compris le conducteur. Mais même à deux, l'application est difficile.

«Le client doit s'approcher du conducteur pour avoir l'équilibre sur la moto. Dire qu'on doit garder la distance prescrite, je pense que c'est difficile», indique Ilassou Ngakoupa, mototaximan.

Au lieu-dit CAMAIR à Yaoundé, dans les cars de transport, les passagers cohabitent désormais 4 par rangée. Avant d'y avoir accès, obligation de se laver les mains et de porter son masque. Mais pour essayer de respecter la distanciation sociale, certains décident de payer le prix fort.

«Quand j'entre dans un car comme celui, si c'est un compartiment de deux places, je demande à payer pour que je sois au moins en sécurité. Parce que le chauffeur et moi, ce n’est pas un mètre. Mais. J'essaye quand même de respecter cela», indique Jean Marcel Nloga, passager.

Voici le reportage diffusé sur Canal 2 International:

Reportage sur la distanciation sociale dans les transports (c) Canal 2 International
Auteur:
Alain G. KANGA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique