Cameroun/France - Manifestation du 3 Juillet à Paris: Calibri Calibro explique la présence des « Ambazoniens »

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Jul-2021 - 14h20   11427                      
28
Calibri Calibro Capture d'écran
Le « commandant en chef » de la Brigade anti sardinards (BAS) apporte son soutien aux insurgés du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Il attribue la responsabilité du conflit en cours depuis 2017 au président de la République, Paul Biya.

Abdoulaye Thiam alias « Calibri Calibro » a reparlé de la manifestation organisée le 3 Juillet 2021 à Paris par des opposants au régime de Paul Biya ce 7 Juillet sur ABK Radio.  « Nous voulons l’arrêt de la guerre au NOSO », a réclamé l’activiste politique d’entrée de jeu. Réagissant à une préoccupation de son intervieweur qui souhaitait comprendre la présence de personnes se réclamant de l’Ambazonie lors du rassemblement de samedi, il va indexer le président Paul Biya et son gouvernement. «  Ils sont impliqués dans un conflit qui a été ourdi et formaté par le gouvernement camerounais. Le gouvernement dictatorial de Paul Biya est le seul responsable  à ce que je sache. Ce sont des Camerounais qui expriment leur  ras-le-bol d’une autre manière. S’il y avait véritablement eu un dialogue inclusif, je crois qu’on n’en serait pas là. La faute est au gouvernement camerounais. Nous ne pouvons empêcher aucun être humain de manifester on ras-le-bol. Fût-il Ambazonien, anglophone  ou  quoi que ce soit », a-t-il dit.

Lorsque l’on lui demande si le fait que tous les chefs séparatistes se réjouissent de ce que la BAS et les autres opposants  soient en train de leur apporter du soutien,  ne lui pose pas de problème, il répond : « cela ne nous pose aucun problème. Nous sommes entre nous d’abord Camerounais. Je tiens à vous rappeler que pour le moment il n’y  a pas une République qui s’appelle  Ambazonie. Cela bien que nous voulions le fédéralisme au Cameroun.  Pour le moment, nous sommes entre frères camerounais. Nous n’avons pas  le droit d’interdire à un Camerounais ou à un citoyen du monde et même s’il y avait une République qui s’appelait Ambazonie, c’est avec beaucoup d’amour que nous allons nous mélanger avec ces personnes-là parce qu’ils sont  martyrisés, violés ».

Calibri Calibro dit comprendre la lutte des « Ambazoniens. « Nous ne pouvons pas avoir la prétention de demander à nos frères Ambazoniens d’arrêter leur lutte », explique-t-il tout en déplorant les exactions qui selon lui, sont propres à toute guerre. Bien qu’il se dise fédéraliste, Calibri Calibro affirme être prêt à soutenir l’option sécessionniste si le gouvernement ne change pas sa position dans le cadre de la crise anglophone.   

 

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique