Cameroun/France - Réaction/Franklin Nyamsi: «Quand je regarde les images de la résidence du président Kamto encerclée dans Yaoundé où il a plus de 100 000 partisans, j’ai honte d’être Camerounais»

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 02-Oct-2020 - 14h30   19591                      
46
Franklin Nyamsi archives
L’universitaire installé en France pointe, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, l’abandon du leader du MRC par l’ensemble du peuple camerounais qui devait, selon lui, soutenir Maurice Kamto dans son combat contre le pouvoir de Paul Biya.

Déçu. Ainsi apparaît Franklin Nyamsi lorsqu’il évoque la situation politique dans son pays d’origine, le Cameroun. L’enseignant de l’université de Rouen a exprimé son sentiment dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux dès le 29 Septembre 2020. Le philosophe parle de «la destruction de l’humanité camerounaise qui se déroule dans la tranquillité de l’immense majorité de notre peuple». Revenant sur le sort réservé aux instigateurs des marches du 22 Septembre 2020 et leurs partisans, l’opposant dénonce l’attitude de certains partis politiques.

«Nous observons qu’un certain nombre de forces politiques prétendument de l’opposition croient que les Camerounais qu’on est en train de maltraiter, de tuer, d’appauvrir, de priver de leur dignité humaine, de déshumaniser, parce qu’ils ont manifesté pacifiquement, que ces Camerounais-là ce sont donc essentiellement des partisans de Maurice Kamto, ce ne sont pas des êtres humains», accuse le grand ami de l’ancien premier ministre ivoirien Guillaume Soro.

Pour lui, l’écrasante majorité de la population camerounaise «continue de croire que la répression qui est en train de se dérouler ne la concerne pas». Pourtant, poursuit-il, «ce que le président Maurice Kamto et tous ceux qui sont autour de lui demandent est dans l’intérêt de tous les Camerounais y compris même des partisans de Monsieur Biya». Franklin Nyamsi déclare que «nous avons laissé depuis 60 ans déshumaniser l’homme camerounais».

Il cite come exemples les upécistes surnommés «maquisards» alors qu’ils se battaient pour l’indépendance du Cameroun, Ni John Fru Ndi, principal opposant au régime Biya au début des années 1990 et au-delà «présenté comme un Anglo-Bami». Il ajoute à cette liste Maurice Kamto, vu comme «le Mpodol de ce temps (qui)  est encerclé par des chars de guerre», pour avoir demandé «notre liberté à tous».

Le héros de l’universitaire d’origine camerounaise  est «un homme debout, au coeur de Yaoundé, Maurice Kamto, debout, les mains nues, avec la force du droit, l’amour de la justice et de la vérité, l’amour de notre pays». Un héros qu’il croit malheureusement abandonné par les siens.  Par le peuple pour lequel il se bat, selon ce chaud partisan. «Cet homme est debout dans Yaoundé et, à travers le Cameroun, certains ont choisi de vaquer tranquillement à leurs occupations. Certains sont dans leurs bureaux, à Yaoundé pendant que Maurice Kamto est encerclé pour nous ! Certains vivent leur vie tranquillement à travers le Cameroun. Beaucoup se taisent ô Cameroun alors que Maurice Kamto est encerclé pour nous. Beaucoup rigolent au Cameroun et dans la diaspora alors que l’homme qui est encerclé à Yaoundé c’est toi, c’est moi, c’est nous tous, Camerounais et Camerounaises. Il y en a qui continuent leur vie, vivent leurs nominations, gèrent leurs familles. Ils s’occupent pour ainsi dire de leurs business».        

Nyamsi déplore un manque de volonté manifeste. Il en est littéralement outré. «Quand je regarde les images de la résidence du président Kamto encerclée dans Yaoundé où il a plus de 100 000 partisans, j’ai honte d’être Camerounais (…) Au Cameroun tout est possible. Parce que nous avons perdu beaucoup de notre humanité en 60 ans».  

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique