Cameroun/France - Réprobation: Le journaliste de Jeune Afrique Georges Dougueli critique la sortie d’Albert Dzongang sur Equinoxe télévision le 12 janvier 2020

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Jan-2020 - 17h23   11635                      
34
Georges Dougueli, Journaliste Jeune Afrique G. Dougueli
Notre confrère décrie un homme politique incapable de garder le moindre secret. Il l’accuse de « jeter en pâture » Vincent Bolloré, « un investisseur qui emploie 5000 Camerounais ».

Georges Dougueli n’a pas aimé le passage d’Albert Dzongang sur Equinoxe télévision dans la soirée du 12 janvier 2020. Le journaliste de l’hebdomadaire Jeune Afrique estime que l’homme politique en a trop dit.  « Ce n’est pas une carpe. C’est un perroquet. On reproche aux politiques de ne pas en dire assez ? Lui nous en bouche un coin par sa capacité à toujours trop en dire. Il a vu Untel, patron de la police, puis Untel, ministre sans portefeuille, qui lui ont dit ceci ou cela … La politique, chez Ndzongang, n’a pas de coulisses. Tout est sur la table. Avis à ses amis politiques du pouvoir comme de l'opposition : un jour ou l’autre, il finit par vider son sac », met-il en garde dans la réaction qu’il vient de publier sur Facebook.

Pour lui, le conseiller du président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) est de la même catégorie que l’autre volubile Paul Eric Kingue. Il en arrive à plaindre le « pauvre Maurice Kamto » avec qui ils ont mené la bataille de la présidentielle 2018. « Curieux, cet entourage qui court les plateaux télé comme on fréquente les lieux d’aisance. Ils ne s'arrêtent que lorsqu'ils ont absolument tout révélé ! », constate avec rage et étonnement Georges Dougueli. Le journaliste camerounais prend la défense de l’homme d’affaires français Vincent Bolloré en passe de perdre le contrôle du Terminal à conteneurs du port de Douala. Face à ce qu’il considère comme un « dérapage » d’Albert Dzongang, Georges Dougueli déclare qu’ « il faut être particulièrement irresponsable pour jeter en pâture un investisseur qui emploie 5000 Camerounais. Il est temps de rappeler certains hommes politiques à leur devoir de responsabilité lorsqu’ils prennent la parole en public ».

 

 

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique