Cameroun/France -  Saccage de l’Ambassade du Cameroun à Paris: Le commandant de la BAS, Calibri Calibro, condamné à 3 mois de prison avec sursis

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 05-Jul-2021 - 14h07   11634                      
38
Calibri Calibro Jacky Moiffo
Le tribunal de Paris a rendu son verdict dans cette affaire ce lundi 5 juillet 2021. En plus du commandant de la Brigade Anti-Sardinards, d’autres activistes ont également écopé de 3 et de 4 mois de prison avec sursis, outre des amendes financières.

Les activistes de la Brigade Anti-Sardinards (BAS) ont été finalement fixés sur leur sort à l’issue de l’audience tenue ce lundi 5 juillet 2021 au Tribunal de Paris, relative à l’affaire du « Saccage de l’Ambassade du Cameroun à Paris ». La justice française s’est plutôt montrée indulgente à l’endroit d’Abdoulaye Thiam, alias Calibri Calibro, et Cie, qui avaient été assignés en justice par l’Ambassade du Cameroun à Paris.

Le commandant de la BAS a écopé à cet effet de 3 mois de prison avec sursis, renseigne un communiqué rendu public ce jour par la BAS. Il en est de même du nommé Robert Wanto dit « Général Wanto ». Le sieur Nelson Azonsop Tchetchago s’en tire quant à lui avec 4 mois. L’on apprend par ailleurs que ces différentes peines d’emprisonnement ne sont pas portées sur le casier judiciaire des trois activistes, lesquels sont astreints chacun au paiement de 127 euros d’amende financière, outre des dommages et intérêts conjoints de 4500 euros.

La BAS perçoit ce verdict plutôt comme une victoire tant il est vrai que les personnes poursuivies n’ont pas été condamnés à des peines privatives de liberté tel que l’avait souhaité la partie civile. « Une petite victoire pour la résistance camerounaise de France étant donné que l’Etat du Cameroun a été débouté sur l’ensemble des demandes de leurs avocats », a réagi Calibri Calibro à l’issue de l’audience.

Rappelons que le 26 janvier 2019, des activistes de la BAS se réclamant de la société civile militante avait procédé au saccage de l’Ambassade du Cameroun  Paris, protestant contre ce qu’ils considéraient comme « la victoire volée de Maurice Kamto » à l’élection présidentielle du 7 octobre 2018. La BAS a toujours affiché son hostilité au régime de Yaoundé, tout en témoignant son soutien au Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC).

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique