Cameroun/USA - Clash: Le colonel Didier Badjeck et Richard Bona s’affrontent sur Internet

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 28-May-2020 - 20h40   25776                      
49
Didier Badjeck archives
l’A origine de ce ping-pong épistolaire les récentes sorties du musicien pas toujours favorables au régime de Yaoundé. Et surtout la récente colère de l'artiste contre les organisateurs des Canal2'Or

Le colonel Didier Badjeck et Richard Bona se font ????????????? sur Internet depuis quelques jours.  C’est l’officier à la retraite qui a allumé la première mèche le 25 Mai 2020. Dans un message sur internet. L’ex porte-parole de l’armée camerounaise disait n’avoir désormais qu’un «profond mépris» pour le musicien à qui il reproche d’avoir jeté à la poubelle un trophée-récompense des Canal2’Or:

«Avec plusieurs amis, nous venons de brûler tout ce qui ressemble à vos productions dans nos discothèques.  Ainsi vous amuserez la galerie chez vos employeurs qui vous adulent au prorata des insultes proférées à l’endroit du pays qui vous a vu naître», déclarait le colonel Badjeck.

La riposte de Bona va intervenir deux jours plus tard. Le 27 Mai 2020, il poste sur son principal compte Facebook: 

«Non coronel irrationnel,  vous n’avez jamais été un fan
vous ne le serez jamais...vous n’avez pas la compétence de cette circonstance...
On le sait que toute opposition à Bona au 237 est un appel de balle au Roi Biya.
La retraite vous donnant du vertige vous voulez déjà vous replacer dans la nauséabonde...
Demande la recette à
Charlrs Ndongo de Crtv. De grâce allez-y sans le nom Bona. Votre bilan n’est pas du tout éloquent cher Coronel-19».

Ensuite le génie de la guitare basse rappelle les exactions de l’armée camerounaise contre des civils à l’Extrême-Nord et dans le Nord-Ouest. Il accuse Didier Badjeck et ceux que ce dernier présente comme d’anciens fans de l’artiste d’être restés «silencieux comme une sardine» lorsqu’il a été empêché de venir enterrer sa mère au Cameroun:

«Vous avez transformé une armée de protection en une milice de répression de votre population... », accuse encore le chanteur. Richard Bona n’hésite pas à se moquer du colonel à la retraite:

 «On vous a vu l’arme en main.

Imaginez une minute que je joue de la guitare comme vous maniez votre arme... Ce serait comme mettre le clignotant à gauche et tourner à droite... », compare-t-il. 

Voici la première partie de la réponse de Didier Badjeck sur Internet ce 28 Mai 2020:

«ouhlala, le grand Richard Bona sort des bois sauvages et se réduit à une caisse de résonnance stupide, essoufflée et incongrue. Il y a urgence médicale! Son responsable de communication ne l’a certainement pas convaincu d’user d’éléments de langage approprié à une circonstance intellectuelle. Au moment où nous faisions nos classes, Bona excellait dans l’école buissonnière, grattait des cordes et est allé quelque part, de l’autre côté de la mer où il a continué de s’améliorer dans les boîtes de nuit, devenant une virtuose de la guitare. Je le lui concède, il n y a pas de sot métier… Mais de là à devenir politologue, communiquant, objecteur de conscience, allons, allons, un peu de modestie»

Badjeck lui dénie «le droit d’insulter les Camerounais de tous les noms d’oiseaux au motif qu’on lui aurait refusé un visa» parce que musicien. Il dit le musicien rempli de haine et le présente comme un fumeur de chanvre qui aurait besoin  d’ «une thérapie médicale plus adaptée». Badjeck invite Bona à laisser le Cameroun et à s’intéresser aux Etats-Unis, pays dont il a la nationalité:

«Vous êtes américain, alors parlez de la gestion du Corona virus chez vous et fichez la paix aux Camerounais. C’est pour cela que j’ai osé vous parler, en d’autres auspices, nous n’avons rien à nous dire», ajoute-t-il.

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique