CAN 2019: Le Cameroun menace de saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS). La CAF s’explique et indique que son verdict est sans appel.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 01-Dec-2018 - 16h58   11107                      
41
Le président Ahmad Ahmad s'exprimant devant la 40e assemblée générale de la CAF à Casablanca, le 2 février 2018 AFP/Archives/FADEL SENNA
La décision historique du Comité exécutif de la Confédération africaine de football de retirer l’organisation de la phase finale de la CAN 2019 au Cameroun pourrait déclencher un contentieux tout aussi historique

Ahmad, le président de la Confédération africaine de football et ses pairs du Comité exécutif de l’instance étaient encore en réunion hier vendredi 30 novembre 2018 à Accra au Ghana quand les informations non officielles ont circulé sur le retrait de la CAN 2019 au Cameroun.

Interrogé sur ce qui est juridiquement prévu en cas de confirmation de ce retrait, Felix Zogo, secrétaire général du Ministère de la Communication et président de la Commission communication du Comité local en charge de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations, a indiqué que le gouvernement camerounais a la possibilité de contester la décision du Comité exécutif de la CAF au Tribunal arbitral du sport

« Au final, si le Cameroun estime que la décision qui lui est opposée est injustifiée, on saisit le Tribunal arbitral du sport et une telle saisine a un effet suspensif. Tant qu’une décision du TAS n’est pas intervenue, aucune nouvelle attribution n’est possible. Et ça, la CAF le sait. Voilà pourquoi elle prend toutes les précautions avant de décider d’un retrait unilatéral ».

S’exprimant devant la presse après la réunion du Comité exécutif, le président Ahmad a confirmé la disqualification du Cameroun, et puis il a fait publier un communiqué pour expliquer les raisons du retrait

« Après en avoir longuement débattu, passé en revue les synthèses des rapports de mission effectuées depuis près de 18 mois au Cameroun, constaté que toutes les conditions de conformité n’ont pas été respectées, entendu les représentants des autorités gouvernementales et sportives du Cameroun, visionné les dernières images de l’avancée des travaux et préparatifs,  analysé et évalué l’écart existant entre les exigences et obligations du Cahier des charges de la CAN et la réalité du terrain, constaté de visu l’état des différents chantiers ouverts, entendu les conclusions des membres de la mission sécurité lors de sa toute dernière visite, estimé qu’un événement de la dimension d’une Coupe d’Afrique des Nations exige une organisation irréprochable, après avoir enfin considéré qu’un simple report n’est pas envisageable en raison des impératifs de contrats engageant la CAF dans le maintien de ses dates, pour toutes ces raisons, la Confédération Africaine de Football a décidé que la prochaine édition de la Coupe d’Afrique des nations 2019 ne peut se tenir au Cameroun. Cette décision sans appel, conduit donc la CAF à engager et ouvrir un appel urgent à de nouvelles candidatures de pays afin d’assurer le déroulement normal de la CAN aux lieux et places calendaires prévus en été 2019… Dans une telle situation, déjà vécue par le passé sur le continent africain, la CAF entend préciser que le Cameroun reste un candidat sérieux à l’organisation d’une CAN. La CAF salue les efforts du Cameroun pour la conduite des projets infrastructurels en cours.  Elle l’encourage à poursuivre dans cette voie pour une reconquête de son statut d’organisateur. En respectant ses obligations statutaires, en conformité avec un cahier de charges, en prenant ses responsabilités premières que lui confère ses instances exécutives, la CAF considère avoir agi dans la transparence, l’équité et la légitimité de ses textes »

A la lecture de ce communiqué de la CAF, Felix Zogo a été désagréable avec Ahmad « “Vous voyez que cette crapule d’Ahmad recule déjà. Il sait qu’advenant un recours judicaire ou arbitral, il sera au tapis et la CAF avec ». A en croire nos sources, le gouvernement camerounais cogite depuis hier sur l’option d’une contrattaque au TAS.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique