Guinée-Bissau: démission du Premier ministre

Par Agence France Presse | AFP
Bissau - 14-Jan-2018 - 14h07   3060                      
1
Le président de Guinée Bissau José Mario Vaz, à Abidjan le 2 mai 2017 AFP/ISSOUF SANOGO
Le Premier ministre bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo a proposé au président José Mario Vaz sa démission, réclamée par le parti au pouvoir pour sortir de la crise politique, a-t-on appris

Le Premier ministre bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo a proposé au président José Mario Vaz sa démission, réclamée par le parti au pouvoir pour sortir de la crise politique, a-t-on appris samedi de sources concordantes.

La Guinée-Bissau, petit Etat d'Afrique de l'Ouest, traverse des turbulences politiques depuis la destitution en août 2015 par le président Vaz de son Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, chef du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir), auquel M. Vaz appartient également.

M. Embalo, qui a pris ses fonctions en décembre 2016, a récemment remis sa lettre de démission au chef de l'Etat, selon une source à la présidence.

"Depuis la semaine dernière, j'ai envoyé une lettre en ce sens au président de la République", a indiqué le Premier ministre samedi soir, interrogé par l'AFP à ce sujet.

"Je ne suis pas quelqu'un qui s'accroche au pouvoir. Si le président ne me fait pas confiance, je n'attendrai pas d'être limogé, je partirai", a-t-il expliqué.

Lors de son dernier sommet, le 16 décembre, la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a de nouveau sommé les protagonistes de parvenir à une solution dans les deux prochains mois", sous peine de sanctions.

MM. Vaz et Pereira s'accusent mutuellement de faire obstacle à l'application de l'accord conclu à Conakry en octobre 2016, sous l'égide du président guinéen Alpha Condé dans le cadre d'une médiation de la Cédéao.

Cet accord prévoit une "procédure consensuelle" pour choisir un Premier ministre "ayant la confiance du président" et devant rester en place jusqu'aux élections législatives prévues en 2018.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé en septembre aux protagonistes de la crise de "lancer un véritable dialogue", notamment sur une révision de la Constitution.

En vertu de la Constitution, le choix du Premier ministre revient au parti majoritaire.

Or, le PAIGC ayant perdu la majorité absolue de 57 sièges sur 102 à la suite de la fronde de 15 députés, M. Vaz veut s'appuyer sur une majorité alternative, constituée des 41 députés du Parti de la rénovation sociale (PRS), deuxième formation parlementaire, et de 15 frondeurs.



| AFP

Auteur:
Agence France Presse
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique