Le CPP n’exclut pas des poursuites judiciaires à l’encontre de son Vice-président qui n’approuve pas l’appel au boycott des festivités du 20 mai

Par Wiliam TCHANGO | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 17-May-2017 - 17h50   782                      
0
Kah Walla - CPP Archives
Franck Essi, Secrétaire général du parti estime que Gérard Roger Ndebi n’a pas le droit de faire défiler des gens au nom du Cameroon People Party.

Dans  un communiqué  daté du 11 mai 2017, le Cameroon People Party (CPP)  appelait ses militants et sympathisants à boycotter les festivités autour de la 45ème édition de la fête de l'Unité nationale. « Cette décision est une reconduction du mot d’ordre déjà donné en 2016 aux militants.es et sympathisants.es de notre formation politique. Elle se justifie par le fait que l’unité nationale suppose le rassemblement et non l’exclusion de certains groupes comme c’est actuellement le cas avec ce Gouvernement » indiquait le Cpp.

Cette position a été par la suite contestée par le Vice-président de ce parti, Gérard Roger Ndebi qui, dans un autre communiqué, le 16 mai, laisse entendre que cette décision, en plus d’être contraire à la vision du CPP a été prise de façon unilatérale par la présidente Edith Kah Walla. « Boycotter la fête nationale du Cameroun, c’est boycotter la nation dont on aspire à gouverner. Le 20 mai  loin d’être une fête du Rdpc, est la fête nationale du Cameroun et par conséquent, le peuple camerounais doit se mobiliser comme un seul homme pour célébrer cette fête avec faste et solennité, dans le stricte respect des institutions républicaines », a-t-il écrit dans cette annonce lue sur les antennes du Poste national de la Crtv.

Une sortie qui selon le CPP n’engage pas le parti dont les statuts « renseignent de la manière la plus explicite possible sur les personnes qui ont qualité à parler au nom du parti ». De plus, pour davantage discréditer ce contre-pied, Franck Essi, dans un entretien sur Radio Balafon présente son camarade comme un militant déconnecté des activités du parti. « A l’issue du congrès de décembre 2014, il avait été élu comme Vice-président du CPP. Seulement, voila quelqu’un qui n’a pas assisté aux 147 dernières réunions de planification hebdomadaire du parti ; il n’a assisté à aucune des 40 dernières réunions de réflexions stratégiques, aucune des 127 descentes sur le terrain effectuées par les camarades. Nous avons même été arrêtés tout au long de  l’année 2016 à Yaoundé, sa ville de résidence sept fois, près de 150 militants du CPP à différentes occasions sans sa présence », révèle le patron de l’administration du CPP.

Le parti n’exclut pas des poursuites judiciaires à l’encontre de son Vice-président si celui-ci s’entête à faire défiler des camerounais au nom du Cameroon People Party. « Il ne peut pas faire défiler des gens au nom du CPP parce que c’est moi le répondant administratif du parti. Déjà, il encoure des poursuites judiciaires », avertit Franck Essi. D’après ses propos, une opération visant à faire défiler les jeunes sous les couleurs des partis de l’opposition moyennant une somme de 15000 Francs serait en cours au quartier Carrière dans l’arrondissement de Yaoundé II. 

Auteur:
Wiliam TCHANGO
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Username:
Register   -   Forgot password
Password:
Dans la même Rubrique