Lutte contre le paludisme: 94 millions de francs CFA pour détecter les parasites résistants en Afrique Centrale

Par Wiliam TCHANGO | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Sep-2017 - 02h17   708                      
0
Le projet pour le développement d’une méthodologie moléculaire financé par le Welcome Trust et le département du développement international du Royaume-Uni s’étale sur la période 2017-2020.

Financé par le Welcome Trust et le département du développement international du Royaume-Uni à hauteur de 94 millions de francs CFA, le projet pour le développement d’une méthodologie moléculaire vise à détecter et suivre les parasites du paludisme résistant aux médicaments. L’initiative couvre les sous-régions Afrique Centrale et occidentale. Il s’agit d’utiliser un processus de sélection en collectant des codes-barres sur des échantillons infectés par la maladie au sein de ménages des localités ciblées comme zone de paludisme à grande échelle. La cible de ce projet concerne les enfants dont l’âge est compris entre trois mois et cinq ans.

Le Cameroun à travers le Centre de biotechnologie de l'université de Yaoundé I et le Sénégal parla Faculté de médecine, pharmacie et odontostomatologie de l'université Cheick Anta Diop seront les seuls bénéficiaires de cette première expérience qui s’étend jusqu’à 2020, indique le journal Intégration, du lundi 11 septembre 2017. Ils recevront le soutien de l'École de médecine tropicale de Londres et du département d'immunologie et de microbiologie de l'université de Copenhague (Danemark). Les bénéficiaires de  l'initiative développement de l'excellence en leadership, formation et en initiative scientifique ( Deltas), porteur de ce projet devront  «veiller à ce que l'efficacité de l'intervention ne soit pas compromise par le développement de formes résistantes du parasite ou d'autres facteurs de l'écosystème, en mettant en œuvre une méthodologie moléculaire adaptable en Afrique centrale et de l'Ouest et les données sur la résistance aux médicaments dans les parasites du paludisme peuvent être fournies en temps opportun(…) Au fur et à mesure que nous aurons un meilleur contrôle et que nous passerons à l'élimination, il sera de plus en plus important de pouvoir suivre les parasites et le mouvement des gènes parasites à travers les populations».

Ils assurent par ailleurs que «les programmes de lutte contre le paludisme seront armés de preuves scientifiques pour soutenir les décisions rationnelles et stratégiques concernant les médicaments déployés, afin de s'assurer que l'objectif de l'élimination du paludisme est concret». Intégration rappelle que ce projet vient en appui au principal moyen de lutte contre le paludisme au Cameroun qui jusqu’ici est l’utilisation des moustiquaires imprégnées. Une méthode qu’André Mama Fouda, ministre de la santé publique présente comme l’une des plus efficaces dans la lutte contre le paludisme en Afrique Centrale.

Auteur:
Wiliam TCHANGO
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique