Reconnaissance : Jean Michel Nitcheu, homme politique 2007

Par Eugène Dipanda | Mutations
- 14-May-2008 - 08h30   52743                      
45
Le député Sdf du Wouri a présenté son prix hier à Douala.
Il dit avoir été surpris par le choix porté sur sa "modeste" personne au cours de la 25ème édition de la nuit des récompenses du Comité de l’excellence africaine présidé par Dr Jethro Diderot Bochac, et qui s’est réuni samedi, 10 mai dernier à l’hôtel Mont Febe de Yaoundé. Mais, M. Jean Michel Nitcheu n’en est pas peu fier. Aussi, le député du Social Democratic Front (Sdf), par ailleurs Coordonnateur des activités de ce parti dans la province du Littoral, a tenu à présenter solennellement le trophée qui fait de lui l’homme politique de l’année 2007 au Cameroun. C’était face à la presse hier, mardi 13 mai 2008, dans les bureaux de sa permanence parlementaire à Douala. A propos des critères qui ont conduit le jury présidé par M. Lucien Wantou Siantou à jeter son dévolu sur lui, le député estime qu’il s’agit simplement d’une reconnaissance de son action, de son courage et de son engagement politique, manifestés notamment contre la modification de la Constitution du 18 janvier 1996. "Cette distinction est aussi un appel à plus d’engagement dans l’avenir. Ce trophée m’impose davantage de détermination, car j’estime que ce que je fais est apprécié à sa juste valeur...", commente M. Jean Michel Nitcheu. Tout au long de l’année 2007, ce dernier a, en effet, été au cœur de l’actualité politique du Cameroun. Hormis les marches pacifiques populaires organisées dans les rues de Douala pour contrer "la tentative de hold-up constitutionnel" du régime Rdpc, M. Jean Michel Nitcheu a fait parler de lui au cours du double scrutin (municipales – législatives) de l’année dernière. Avec, notamment, une bataille électorale farouche imposée à Mme Françoise Foning dans la circonscription de Wouri-Est jusque-là "acquise" au Rdpc. Laquelle, on s’en souvient, avait conduit à la reprise partielle des élections législatives dans la capitale économique ; et avait permis au Sdf d’obtenir un nombre de députés supplémentaires, qui permettra ensuite au parti de former un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale. Alternance Rien que pour ce fait, M. Jean Michel Nitcheu avait déjà marqué les esprits au sein de l’opinion. Le député Sdf, qui succède à l’ancien ministre Augustin Frédéric Kodock au titre de "L’homme politique de l’année", a profité de sa rencontre avec les journalistes hier, pour indiquer que son prix est dédié "à toutes les victimes de la répression des événements de février dernier, ainsi qu’à tous les autres martyrs du changement". A ces derniers d’ailleurs, le lauréat du Comité de l’excellence africaine fait savoir que "La lutte va continuer…". Surtout que, le trophée de l’homme politique de l’année lui est décerné dans un contexte marqué par la confiscation de son passeport par la Délégation générale de la recherche extérieure (Dgre). Depuis le 02 mars 2008 en effet, et malgré l’immunité dont il jouit, le député Jean Michel Nitcheu est, pour ainsi dire, interdit de sortir du pays. On lui reprocherait ses accointances supposées avec les émeutiers qui ont paralysé une partie du Cameroun à la fin du mois de février dernier. Toutes les tentatives de retrait du document, indique-t-il, sont restées infructueuses jusque-là. Aux dernières nouvelles, le président de l’Assemblée nationale, M. Cavaye Yeguié Djibril, qui a été saisi pour intervention le 28 avril 2008, au même titre que le ministre délégué à la Présidence chargé des Relations avec les Assemblées, M. Grégoire Owona, se serait néanmoins engagé à retirer le passeport de M. Jean Michel Nitcheu auprès de la Dgre. Dès que cela sera fait, le député annonce la poursuite de son combat, "pour préparer l’alternance au sommet de l’Etat, que ce soit en 2011 ou avant…".
  • E-mail 3
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique