Retrait de la CAN 2019: Selon le journaliste Jean-Baptiste Placca, «la déception du peuple camerounais est grande et ne sera pas sans conséquence»

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 01-Dec-2018 - 18h06   9200                      
34
Jean Baptiste Placca Archives
Dans sa chronique ce samedi sur les antennes de Radio France international (RFI), le chroniqueur Jean-Baptiste Placca s’est penché sur le retrait vendredi par la CAF de l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun.

Une nouvelle qui a plongé dans l’émoi tout le peuple camerounais. A juste titre, puisque «de toute l’histoire du football de l’Afrique indépendante, les exploits des Lions Indomptables (l’équipe nationale du Cameroun) sont ceux qui ont le plus fait vibrer le continent tout entier», estime Jean-Baptiste Placca.

Plongeant dans l’histoire de la sélection des Lions Indomptable, le chroniqueur rappelle que «tout a commencé à la Coupe du monde de 1982, en Espagne, d’où les Lions Indomptables sont sortis sans avoir perdu un seul match. Mieux, après avoir fait match nul face à l’Italie, futur vainqueur. Même avec une préparation calamiteuse, l’équipe du Cameroun, a plus souvent séduit que n’importe quelle autre».

Pour Placca, «c’est d’ailleurs sans doute pourquoi le président de la CAF, en toute élégance, a écrit au chef de l’Etat camerounais, pour lui annoncer la décision de l’institution, et en lui promettant de l’accompagner – enfin, d’accompagner son pays – dans la perspective de la CAN 2021. A condition, naturellement, que la Côte d’Ivoire, initialement retenue pour cette édition, accepte de décaler de deux ans, son tour. Et, bien évidemment, à condition, aussi, que le Cameroun surmonte son immense déception, pour se remettre en ordre, et se prépare pour arriver avec une organisation impeccable, en 2021».

Le journaliste rappelle toutefois que le retrait de l’organisation de la phase finale de la CAN a toujours été vécu comme un drame. «Le désarroi étalé à la face du monde, est plus ou moins fonction des raisons qui motivent ce retrait. L'organisation d'une CAN est une rare occasion de communion et de cohésion nationale, et la ferveur populaire varie en fonction de la progression du Onze national dans la compétition». 

Ceci d’autant que dans la plupart des Etats africains, «la sélection nationale de football est un bien meilleur ciment de l’unité nationale que tous les discours, que tous les slogans. Cela est aussi vrai, au demeurant, pour de nombreux autres peuples. Regardez comme la France jubile, comme elle resplendit, lorsque les Bleus remportent la Coupe du monde de football ! Alors, oui, perdre l’organisation d’un tel événement peut être source de chagrins pour les Camerounais. Les politiques le savent d’ailleurs bien, qui en font généralement une savante récupération…», conclut-il.

Auteur:
Otric NGON
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique