Politique: Les visages des premiers sénateurs élus au Cameroun (Suite et fin)

Par Donat SUFFO | Le Messager
Douala - 01-May-2013   52170
Old fox en anglais, soit « vieux renard » dans la langue de Molière, c’est le nom que lui collent ses camarades, militants du Rdpc de la région du Nord-Ouest. Et il l’accepte volontiers.
Nord-Ouest: Achidi Achu Simon: le vieux renard de retour Old fox en anglais, soit « vieux renard » dans la langue de Molière, c’est le nom que lui collent ses camarades, militants du Rdpc de la région du Nord-Ouest. Et il l’accepte volontiers. Tête de liste Rdpc aux sénatoriales du 14 avril dernier, ce fils de l’arrondissement de Santa est connu pour sa théorie «politic na njangui, you scratch my back, I scratch your own». Traduction : la politique c’est comme une tontine, du donnant-donnant. Le poste de sénateur est le dernier échelon qu’il vient ainsi de gravir dans sa vie. A 83 ans révolus, Achidi Achu a été tour à tour député de la nation, ministre de la Justice et Premier ministre,ministre de la Justice. La legislation camerounaise lui doit les fameuses ordonnances de 72 qui répriment sévèrement, entre autres le délit d’outrage sur mineur et le grand banditisme. Il est propulsé à la primature en 1992 avec pour mission principale, neutraliser les velléités frontistes de son frère du village John Fru Ndi qui venait de gagner une aura nationale en défiant le pouvoir en place en lançant les activités d’un nouveau parti, le Sdf, en 1990. Il quitte la primature en 1996 et se consacre à l’agriculture dans son village où il a crée un ranch appelé Rock Farm. Il y pratique l’agriculture mécanisée et l’élevage des bovins, caprins et la volaille. Paul Biya n’oubliant pas ses amis d’hier a fait de lui Pca de la Société nationale d’investissement (Sni), il y a quelques années. Poste qu’il continue d’occuper jusqu’à son élection comme sénateur de la toute nouvelle chambre haute du parlement le 14 avril dernier. Awanga Zacharia: des affaires d’abord Cet homme d’affaires doit son investiture au Rdpc-qui l’a propulsé aujourd’hui au tout premier sénat de l’histoire du Cameroun-, non seulement pour son loyalisme au parti au flambeau mais aussi et surtout pour sa généreuse contribution financière à la campagne présidentielle de 2011. Il avait personnellement versé un montant de 32 millions Fcfa pour cette campagne. Fils du département de la Momo, il s’est forgé un nom dans le landerneau de la banque en mettant sur pied en 1990 la National financial credit bank (Nfc-Bank). Aussi fait-il dans le secteur de l’assurance avec Samaritan Insurance Inc.), tout comme il a engagé la création d’une unité de montage de bus et tracteurs.Très réservé comme l’argent qui n’aime pas du bruit, Awanga Zacharia veut transposer au sénat l’expérience qu’il a acquise dans le milieu des affaires. Wanlo Chiamua John: un dynamisme à tout-va Ce bonhomme à lui seul a pu convaincre 12 conseillers municipaux Sdf de son département, le Boyo, à voter pour la liste Rdpc, lors des sénatoriales du 14 avril. Il est maire de l’unique commune Rdpc de ce département. La commune de Fonfuka en l’occurrence dans l’arrondissement de Bum. Il est le plus jeune sénateur sur la liste que conduisait Simon Achidi Achu. Il a roulé sa bosse au sein de la douane camerounaise avant de prendre sa retraite, il y a moins de deux ans. Il assumait si bien cette fonction à Douala parallèlement à celle de premier magistrat municipal de la commune de Fonfuka. Il est même adulé dans cette municipalité non seulement pour ses réalisations en termes de développement mais aussi et surtout pour son caractère humble et son respect vis-à-vis des jeunes, moins jeunes et autres. Mme Eno Lafon Emma Vergele: une femme de cœur Cette native du département du Bui est la seule femme titulaire de la liste que conduisait le «vieux renard». Elle doit son investiture à son loyalisme au parti du 24 mars 1985. Elle sait mettre son sens maternel en exergue au sein de son parti à toute occasion quand elle prend la parole. Militante de première heure du Rassemblement démocratique du peuple Camerounais (Rdpc), elle a résisté contre vents et marrées au basculement dans les rangs du Sdf comme l’ont fait certains fils et filles de son département depuis 1990. Enseignante de formation, elle occupait jusqu’au 14 avril dernier le poste de directrice au ministère l’Enseignement supérieur. Dinga Ignatius Bayin: prudent avec les espèces sonnantes Ce fils du village Balikumbat a vu son rêve, celui de devenir sénateur, devenir réalité le 14 avril dernier, lorsque les résultats des urnes ont donné l’avantage au parti du flambeau. Président de l’organisation du développement de Balikumbat (Bado), il a passé le témoin le 30 mars dernier à un autre fils de ce village, après avoir dirigé cette organisation pendant 14 ans. Il cumulait cette fonction avec celle de président de l’association du développement du département du Ngoketunjia (Ngodeca). Il est également le président de la section Rdpc de Balikumbat. Toujours est-il que s’il a pu convaincre six grands électeurs Sdf dans son département, à voter la liste du Rdpc aux sénatoriales, il a également essuyé le revers de la médaille en voyant sept conseillers municipaux Rdpc accorder leur suffrage à la liste du Sdf. Cet inspecteur des impôts a été tour à tour trésorier-payeur général à Maroua, Nkongsamba et Bamenda. Il officie présentement au ministère des Finances à Yaoundé. Jikong Stephen Yeriwa: un traditionaliste pur Pendant la campagne dans son département d’origine du Donga Mantung, ce chef du village Jator né le 2 février 1945 disait à qui voulait l’entendre que c’est la première fois qu’il est candidat à un poste électif. Professeur de langue anglaise, il a roulé sa bosse comme enseignant à l’Université fédérale du Cameroun aujourd’hui Université de Yaoundé I de 1973 jusqu’en 2011. Titulaire d’un doctorat 3e cycle en 1979, il décroche avec brio le doctorat d’Etat es Lettres en 1995. Il a enseigné et supervisé les travaux de recherche des étudiants doctorants jusqu’en 2011, année à laquelle il prend sa retraite. Il a été également secrétaire général au ministère de la Fonction publique, attaché à la Primature. Wallang David Akuo: l’activisme dans le sang La population de son Wum natal garde de lui le souvenir d’un « bagarreur », un pétitionnaire hors pair. N’eût-été la consigne de vote, il aurait eu a chaud dans le département de la Menchum. Son investiture a été une surprise dans le landerneau politique de ce département. Mais il a fait amende honorable auprès des grands électeurs et par extension à la population. Lors du congrès du Rdpc le 15 septembre 2011, il est rentré dans le giron des membres du Comité central du parti du flambeau. Ancien délégué départemental du ministère du commerce pour la Menchum, il bénéficiait d’une retraite dans sa ville natale, Wum. Son élection le 14 avril comme pionnier sénateur de la Menchum, lui a redonné de la vigueur. Il est par ailleurs président de la commission de passation des marchés publics dans le département de la Menchum. Donat SUFFO
  • E-mail 1
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez