Javascript Tabs Menu by Deluxe-Tabs.com
Dernière mise à jour: 22-Oct-2014 - 00h44
Recherche:    Web CIN      By
743 visiteurs en ligne
Fête du travail : Le secteur informel, plus gros employeur au Cameroun
Click to jump to 'Mutations'
YAOUNDE - 28 AVRIL 2009
© Monique Ngo Mayag | Mutations
 2 Réactions
D'après l'Institut national de la statistique, 90% des travailleurs opèrent dans ce secteur.
 E-Mail  Imprimer  Réagir Bookmark and Share
Votre Réaction (Max.: 3000 caractères)
CIN_Id * (max. 20 carac.)
Register HERE !
Mot de passe *
I forgot my password
Localité * (max. 20 carac.)
E-mail *
( * ) : Champs obligatoires
Louboutin Sale
-
  0
05-May-2011 09:49 EDT
,Louboutin outlets
The real excess here is that of the Big Lie. This is the devil¡¯s deal of providing a chic face for a regime of terror ¡ª the Syrian regime dolled up with fashion shoots, lectures in Paris, and a Facebook page. With her many languages, London education, continental travels, and modern tastes,Christian Louboutin, does she ever go online to sift through the human rights reports on the atrocities and disappearances that are routine under her husband¡¯s regime? Does she find it odd that in hallmark totalitarian style, Syrians are obliged to live among endless statues and pictures of her husband and his father? Did she find it peculiar that in 2007 her husband was ¡°reelected¡± with an official 98% of the vote? Has she worked out a philosophy in which even the classiest of first ladies must sometimes put up with having a husband who butchers fellow citizens so that he and his family may continue enjoying his palace? As Syrians prepare for a Day of Rage on Friday, has Asma picked out just the right chunky Chanel necklace and pair of Louboutins for the occasion? What does a fashion-plate of the totalitarian world wear to the revolution?
Long ago and far away, when the dictatorship of Ferdinand Marcos fell in the Philippines, the dictator¡¯s wife, Imelda,2011 christian louboutin, became an object of global ridicule for her extravagant wardrobe ¡ª especially her shoes. She had 2,700 pairs of shoes. When the Marcoses fled Manila for refuge in Hawaii,louboutin on sale, in February of 1986, Imelda left her shoes. They ended up on display in Malacanang Palace, symbols of the excess with which dictators live the high life while beggaring their people.
But please ¡ª given a choice between Imelda Marcos and Asma al-Assad,louboutin, I¡¯d take Imelda any day. Bad as it was,Christian louboutin wholesale, the Marcos dictatorship was a puny affair compared to the 40-year totalitarian depravities of Syria¡¯s terror-sponsoring Assads. Asma al-Assad has chosen a form of excess that is all the more awful for masquerading as taste and class. It¡¯s not simply the cost of those luxuriously simple outfits ¡ª though in Syria¡¯s vat of repression and corruption, it¡¯s worth asking where she thinks the money comes from for her Vogue lifestyle and well-clad patronage of all those common folk who live with none of the freedoms that would allow them to help themselves.
Plus, in at least four languages she¡¯s capable of producing an endless stream of multicultural psychobabble about art, culture, politics,
Lericheamerifricain
Usa
  0
28-Apr-2009 21:03 EDT
"Le secteur informel compte, d'après ces chiffres, 90,4% des personnes actives du Cameroun. "

Et le gouvernement parle du partenariat secteur prive-secteur public en se limitant au GICAM?
Fête du travail : Le secteur informel, plus gros employeur au Cameroun
Click to jump to 'Mutations'
YAOUNDE - 28 AVRIL 2009
© Monique Ngo Mayag | Mutations
 2 Réactions
D'après l'Institut national de la statistique, 90% des travailleurs opèrent dans ce secteur.
En prélude à la célébration de la journée internationale du travail, le 1er mai prochain, le "Cercle de réflexion Kièlè" s'est attardé dimanche, 26 avril dernier, sur la problématique du travail au Cameroun. L'exposé de Mme Kah Walla, coordonnatrice de "Kièlè", s'est basé sur les données 2006 de l'Institut national de la statistique (Ins). D'après un recensement datant de 2007, en effet, la population du Cameroun s'élève à plus de 18 millions d'habitants.
L'effectif des travailleurs est, quant à lui, évalué à près de 7 millions ; et dans lequel l'emploi précaire se taille la part du lion. Le secteur informel compte, d'après ces chiffres, 90,4% des personnes actives du Cameroun.

Les secteurs public et privé formels se départagent le reste du pourcentage. 60% du Produit intérieur brut (Pib) national provient ainsi de l'activité des commerçants, des "bendskineurs", des pêcheurs, entre autres. Cette montée de l'informel semble enliser le climat de pauvreté et de misère qui prévaut dans le pays, étant donné que les opérateurs de ce secteur d'activité ont un revenu mensuel en dessous du salaire minimum interprofessionnel de croissance, qui est de 28.000 francs Cfa au Cameroun. A titre d'exemple, un travailleur agricole perçoit en moyenne 11.000 francs Cfa par mois, soit 370 francs Cfa par jour. 3 travailleurs sur 4 sont ainsi en situation de sous emploi, "le marché de l'emploi et la politique gouvernementale n'étant guère favorables à l'insertion professionnelle", constate Mme Kah Walla, par ailleurs conseillère municipale du Social Democratic Front (Sdf) à Douala 1er.

Grilles salariales

En guise d'esquisse de solution, cette dernière propose que les politiques œuvrent "à convertir progressivement les travailleurs de l'informel vers le cadre formel. La plupart de ces personnes manquent de financements", déplore-t-elle. Me Jean Paul Nguemnang, expert agréé en droit du travail, lui, penche plutôt pour "la défiscalisation des petites et moyennes entreprises (Pme)". Ceci, pense t-il, aura pour but d'encourager les entrepreneurs. En outre, affirme Paul Ningini du Bureau international du travail (Bit), "il doit exister des référentiels de formation au Cameroun, ce qui, pour l'instant fait défaut", confie-t-il.

La situation n'est cependant pas reluisante pour les employés du secteur formel. "Seulement 10% (des 4,7%) des travailleurs de ce secteur seraient immatriculés à la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps)", regrette Me Jean Paul Nguemnang. Ce dernier remarque que l'absence de congés et de grilles salariales font partie de la liste des droits spoliés par les employeurs. Des structures telles le Fonds national de l'emploi peinerait encore à hausser le taux de salarisation qui est de 18%. Dans ce contexte, "la journée internationale du travail a-t-elle encore un sens au Cameroun ?", se demande Mme Kah Walla.

Rédaction de Cameroon-Info.Net
© 2000-2014 Cameroon-Info.Net [ Hits: 8972 Réactions: 2 Transferts: 7 ]
Publicite

 2 Réactions
 E-Mail  Imprimer  Réagir Bookmark and Share
Featured Stories...



P U B L I C I T E


P U B L I C I T E
Copyright  ©  2000 - 2013  Cameroon-Info.Net. Tous Droits Réservés.