Javascript Tabs Menu by Deluxe-Tabs.com
Dernière mise à jour: 21-Aug-2014 - 23h51
Recherche:    Web CIN      By
1138 visiteurs en ligne
ENS de Maroua: Le Grand-Nord réclame au moins 50% d'admis
Correspondance
YAOUNDE - 24 AOUT 2009
© Raoul Guivanda, L'oeil du Sahel | Correspondance
 31 Réactions
Les "nordistes" veulent bloquer une nouvelle manœuvre du MINESUP Jacques Fame Ndongo.
 E-Mail  Imprimer  Réagir Bookmark and Share
Votre Réaction (Max.: 3000 caractères)
CIN_Id * (max. 20 carac.)
Register HERE !
Mot de passe *
I forgot my password
Localité * (max. 20 carac.)
E-mail *
( * ) : Champs obligatoires
Chouflo
Paris
  0
26-Aug-2009 09:06 EDT
Wandafoot
Ton analyse pertinente m'emmene à exposer une interrogation qui me taraude depuis un moment: pourquoi nous les africains au sud sahara n'avons nous pas la notion de pérénité et d'eternité? comment des personnes qui ont été ou sont en possession de telle sommes n'ont pas penser une seule fois à batir une oeuvre legataire, comme tu le dis une route, un hopital une ecole ou n'importe quoi pour que les générations future puisse dire "ici il y avait un homme, il a detourner l'argent du pays mais cet hopital qu'il a construit, ou même la route qui mene à son village sont les meilleurs de tout le pays" . Sommes nous condamnés à ne vivre que d'ephémère, à user de tous les moyens possibles et imaginables pour entrer en possession de telles sommes pour ne s'offrir que la derniere beline à la mode ou les derniéres créations de grand couturier européens?
A mon avis ceci explique la situation dans laquelle se trouve un pays comme le Cameroun aujourd'hui. Quelqu'un l'a dit nous vivons "au rythme des saisons" dans tous les aspects de notre vie, nos dirigeant ne pense jamais au lendemain, ils ne pense pas a faire quoi que se soit pour une gloire posthume, ils sont ainsi condamnés à s'accrochés aux pouvoirs sans aucun moyen d'en sortir par la grande porte tout simplement parcequ'ils n'en ont édifier aucune.
Wahsih Ike
Somewhere
  0
26-Aug-2009 03:12 EDT
@Wandafoot

Epoustouflant !

Voilà le genre d’analyses qu’il nous faut ici sur CIN.

T’as tellement vu juste que j’ai plus rien à ajouter aux mots et chiffres que tu viens de présenter dans ton dernier post. Les chiffres présentés dans ta missive s'accordent avec ceux avancés par les autorités américaines et repris par CIN. Pour ceux qui ne veulent pas te croire, ils n'ont qu'à consulter la page web ci-après:
www.cameroon-info.net/cmForumNG/viewtopic.php?f=3&t=17240

Une fois de plus, merci, pour le travail de fond que t’as effectué.

Bonne journée à toi !
Wandafoot
Milan
  0
25-Aug-2009 19:58 EDT
Je sais que vous me demanderez de prouver ses chiffres, alors je vous dirait que toute chose n'a pas de preuve, mais est reelle, et je vous demanderai d'aller demontrer l'equation de la relativité de Einstein qui marche surement et betement mais n'admet aucune preuve. Je sais que ces chiffres sont effrayants mais c'est la realité du Cameroun et je parie meme que c'est plus. Donc qu'on cesse de distraire les gens, le Cameroun est l'un des pays ayant tous les atouts, et l'un des pays les plus riches du monde. Mais les gens sus cités, les ennemis de l'Etat l'ont pris en otage. C'est la realité du Cameroun, et tous nous le savons, si on avait des dirigeants responsables, je ne verrai pas en quoi on enviera un pays de l'Europe. Donc que le systeme en place arrete le theatre.
Wandafoot
Milan
  0
25-Aug-2009 19:50 EDT
Je vois que c'est du chaud debat par ici. Il y'a un OZAZIP qui est très souvent present dans les debats, pourvu que ceux ci ne concernent que le BIG CATICA dit KUKUMA d'Etoudi. Mais lorsqu'ils s'agit des problèmes liés à la vie sociales, ils plie sa queue et s'assoir dessus.
Concernant le problème qui est la regionalisation, je sais que ceci a été instauré par le feu president Ahidjo, mais demandez vous pourquoi? C'etait à la veille de la reunification du Cameroun et toutes les cultures et regions devraient etre representés. Cependant le système en place applique la regionalisation dans le but de separer, bref la règle de diviser pour mieux regner, et il fait la propagante de la non mericratie car avoir un imbeccille sous ses ordres est plus facile à gerer et corrompre. Quitte à conserver le pouvoir. Le grand nord est victime du sous developpement à cause des detournements massifs operés par le systeme en place, les autres provinces que certains considèrent developpée ne sont que les routes qui mènent aux champs de tresors et mines et on se doit de les nettoyer pour pouvoir mieux les exploiter. Le cameroun tout entier est pris en otage, des hopitaux qui passent 10 jours sans eau de pompe, et non potable.
Voilà où le Cameroun serait aujourdhui si on disposait ainsi:
- 50 milliards de ONDO NDONG pourrait construires 25 grands lycées hors du commun (en abregé HC)
- 100 milliards de Siyam Siwe aurait construit 50 cités d'au moins 50 appartements chacune pour loger les fonctionnaires du grand nord(pas de pb de regionalisation dans ce cas, c'est tjrs le cameroun)
- 150 milliards de ABAH ABAH aurait construit une auto route double sens reliant l'Adamaoua à Maroua (les fonctionnaires y iront avec joie car le pb de transport ne se poserait pas)
- L'argent des forets prises en otage par Plank Piya servirait pour construire au moins 3 autres auto routes reliant 4 provinces
- 100 milliards de Atangana Mebara servirait pour construire pas moins de 3 grands hopitaux HC dans trois autres provinces du cameroun
- 50 milliards de Mendozé aurait servi pour l'amenagement en eau potable d'au moins 50 localités du grand nord.
- les 2000 milliards du kukuma aurait construit pas moins d'une nouvelle capitale aux couleurs des villes europeennes.
Chers compatriote la liste est très longue, j'ai meme pas pensé à Chantoux, c'est de la honte pour notre cameroun. Mais Dieu triomphera. AMEN

-50 milliards de ABAH ABAH pour la
Wahsih Ike
Somewhere
  0
25-Aug-2009 17:57 EDT
Conscience09:
« Vous comprendriez donc qu’on ne puisse utiliser cet exemple pour corroborer ce qui se passe au Cameroun. Le système de quota, tel que défini au Cameroun, précède le mérite. Il n’y a donc plus égalité de chances, mais discrimination tribale et donc tribalisme comme l’a précédemment relevé Wandafoot. »

Wahsih Ike :
Dans mon tout dernier post, j’ai dit que :
« On ne peut pas faire du copier-coller chez nous. Il faut adapter les idées piochées ailleurs aux réalités et au contexte camerounais, d’où l’importance que j’attache à la représentativité en dessous des critères objectifs que sont le mérite et l’excellence dans un système hiérarchisé. »


Conscience09:

« Pour revenir au cas du grand nord, le problème c’est qu’il exige même plus du quota qui devrait être le leur. Ils veulent 50% et utilise le chantage et le marchandage politique. Face à cela, je dirai simplement à Gandhi que « pour défendre la paix, il vaut mieux préparer la guerre ».

Wahsih Ike :
T’as vu juste.

Je pense qu’on peut réviser ce chiffre de 50% à la baisse. Nos frères Nordistes ont dû en parlé avec leurs confrères Nigérians qui sont les champions de ce genre de marchandages et de négociations avec les autorités de l’administration fédérale à Abuja.

Les responsables du MINESP doivent dire clairement aux représentants du Grand Nord que le chiffre de 50% n’est pas recevable avec pour justification des critères transparents.
Wahsih Ike
Somewhere
  0
25-Aug-2009 17:53 EDT
Conscience09:
« Dans ces pays, un noir très compétent peut achever sa carrière comme ouvrier. C’est donc en fait un système pour essayer de préserver l’égalité des chances. C’est un système pour garantir le mérité et l’optimalité. »

Wahsih Ike :
Je n’en disconviens pas. Dans un post précédent, j’ai bel et bien dit que :
« Le concept d’égalité des chances a vu le jour aux USA avec la politique de discrimination à l’inverse (affirmative action). Au Royaume-Uni et au Canada – deux pays où j’ai vécu pendant plus de 15 ans, chaque organisme-recruteur est tenu à mettre le système de quota en place. En principe, le mérite et l’excellence doivent primer sur les autres critères. Appliquée à la lettre ce système est bon. Mais pour perpétuer le racisme, certains recruteurs donnent les postes-clés aux non-blancs incompétents tout en sachant qu’ils vont mouiller ! Il n’y pas donc de système parfait mais mieux vaut un modus vivendi qui tend à la perfection que de ne rien avoir du tout. »

Conscience09:
« Pour les concours d’Etat, vous me corrigerez si je me trompe, je ne pense pas qu’il existe des quota par région ou des quotas selon la couleur de la peau dans ces pays là. »

Wahsih Ike :
Dans les pays anglo-saxons et anglophones, il n’y a pas de concours centralisateurs en tant que tels. J’ai parlé des concours dans le Nigéria voisin. Voici en gros ce que j’ai écrit à cet effet.
« Une fois de plus, je vais citer le cas du Nigéria que je connais bien. Chaque état dans cette grande fédération a son Ecole Normale à lui. Quant aux Ecoles Normales Supérieures, elles sont réparties dans des aires culturelles bien définies. Les ressortissants de chaque aire culturelle ont la primauté quant à l’entrée dans les ENS de leurs zones de prédilection. Ce système n’est pas idéal pour notre pays car il encourage le régionalisme. »
Wahsih Ike
Somewhere
  0
25-Aug-2009 17:50 EDT
Conscience09(Emombo)
Je vais répondre à ton dernier post avec les détails qu’il faut à chaque fois. La communication se fera en 2 ou 3 tranches.

Conscience09:
« Le système des quota est une absurdité à tous les effets. C’est un frein au développement, un crime contre la méritocratie, une barrière contre l’efficacité et l’efficience. De plus, c’est pas logique dans un Etat. »

Wahsih Ike :
Voici ce que j’ai écrit dans un autre post sur le sujet dont nous discutons :
« Une fois de plus, je vais citer le cas du Nigéria que je connais bien. Chaque état dans cette grande fédération a son Ecole Normale à lui. Quant aux Ecoles Normales Supérieures, elles sont réparties dans des aires culturelles bien définies. Les ressortissants de chaque aire culturelle ont la primauté quant à l’entrée dans les ENS de leurs zones de prédilection. Ce système n’est pas idéal pour notre pays car il encourage le régionalisme. Les Nigérians y sommes habitués et ne se plaignent guère. En principe, après 49 ans d’indépendance l’importance du critère ethnique/tribal doit occuper une place moins importante que des critères tels que le mérite et l’excellence. »

Prenons l’exemple de l’Inde qui tout en employant le système de quota a réussi à se hisser comme l’une des puissances mondiale dans le domaine de l’informatique. Tu n’es sans savoir que la sous-traitance de pas mal de services du secteur secondaire et tertiaire tant au Canada qu’au Royaume-Uni se fait en Inde. Je peux multiple des exemples de ce type à l’infini. Il faut aussi comprendre que le modèle de développement basé sur la greffe jacobine ne répond pas aux réalités du terrain au Cameroun

Conscience09:
« Dans ces pays, un noir très compétent peut achever sa carrière comme ouvrier. C’est donc en fait un système pour essayer de préserver l’égalité des chances. C’est un système pour garantir le mérité et l’optimalité. »

Wahsih Ike :
Je n’en disconviens pas. Dans un post précédent, j’ai bel et bien dit que :
« Le concept d’égalité des chances a vu le jour aux USA avec la politique de discrimination à l’inverse (affirmative action). Au Royaume-Uni et au Canada – deux pays où j’ai vécu pendant plus de 15 ans, chaque organisme-recruteur est tenu à mettre le système de quota en place. En principe, le mérite et l’excellence doivent primer sur les autres critères. Appliquée à la lettre ce système est bon. Mais pour perpétuer le racisme, certains recruteurs donnent les postes-clés aux non-blancs incompétents tout en sachant qu’ils vont mouiller ! Il n’y pas donc de système parfait mais mieux vaut un modus vivendi qui tend à la perfection que de ne rien avoir du tout. »

Conscience09:
« Pour les concours d’Etat, vous me corrigerez si je me trompe, je ne pense pas qu’il existe des quota par région ou des quotas selon la couleur de la peau dans ces pays là. »

Wahsih Ike :
Dans les pays anglo-saxons et anglophones, il n’y a pas de con
Conscience09
Emombo
  0
25-Aug-2009 16:38 EDT
Wahsih Ike,

Le système des quota est une absurdité à tous les effets. C’est un frein au développement, un crime contre la méritocratie, une barrière contre l’efficacité et l’efficience. De plus, c’est pas logique dans un Etat.

Ne mélangeons et ne confondons pas de contexte et d’environnement pour nous constituer avocat de l’ignominie et de l’inertie. Vous citez l’exemple de la France, des USA et autres qui ont instauré un système de quota pour la représentativité des minorités et en particulier des noirs. Il est évident que le contexte est différent. Dans ces pays, on délaisse très souvent un noir méritant pour embaucher un blanc parfois déficient. Pourquoi ? parceque le racisme existe encore et il ne fait pas toujours bon d’être noir par exemple. Alors les gouvernants de ces pays ont trouvé comme alternative l’imposition du système de quota pour conjurer l’une des plus grosses bêtises de l’humanité : le racisme. Dans ces pays, un noir très compétent peut achever sa carrière comme ouvrier. C’est donc en fait un système pour essayer de préserver l’égalité des chances. C’est un système pour garantir le mérité et l’optimalité. Pour les concours d’Etat, vous me corrigerez si je me trompe, je ne pense pas qu’il existe des quota par région ou des quota selon la couleur de la peau dans ces pays là.
Vous comprendriez donc qu’on ne puisse utiliser cet exemple pour corroborer ce qui se passe au Cameroun. Le système de quota, tel que défini au Cameroun, précède le mérite. Il n’ya donc plus égalité de chance, mais discrimination tribale et donc tribalisme comme l’a précédemment relevé Wandafoot.
Les logiques sont parfaitement antagonistes même si l’objectif peut sembler être le même.
Si l’équilibre régional est utilisé comme critère de discrimination secondaire lors d’un concours, cela ne pose aucun problème. J’entends dire que : si un candidat C1 appartenant à la région X a la même moyenne qu’un autre candidat C2 appartenant à la région Y, et s‘il y’a déjà beaucoup d’admis de la région X par rapport à la région Y, alors on pourrait retenir le candidat C2 sur la base du critère régional.
Par contre si C1 a 13 de moyenne et C2 a 7 de moyenne, retenir C2 sur la base du critère régional est une incongruité et une messe dite en faveur de la médiocrité, de la bêtise et de l’ineptie.

Pour revenir au cas du grand nord, le problème c’est qu’il exige même plus du quota qui devrait être le leur. Il veulent 50% et utilise le chantage et le marchandage politique. Face à cela, je dirai simplement à Gandhi que « pour défendre la paix, il vaut mieux préparer la guerre ».
Wahsih Ike
Somewhere
  0
25-Aug-2009 16:22 EDT
@ John Pololo (München)
Les propos que tu viens de tenir me semblent tout à fait justes.

C’est pour cela j’ai terminé mon dernier post en disant qu’il faut un suivi pour les profs du secteur secondaire. On les contrôle à l’entrée de l’ENS, durant leur formation là-bas et en tant que professeurs pleins moyennant des primes de technicité. Celles-ci doivent avoir pour critères l’excellence dans les salles de classe et /ou les résultats des élèves en leur charge.
John Pololo
München
  0
25-Aug-2009 15:41 EDT
Wahsih Ike,je ne dis pas que les nordistes sont paresseux.mais force est de constater qu ils ont profité par le passé d un systeme avantageux qui mahleureusement et ca c est le dos de la medaille ne les a pas encourager a etudier.je suis d accord qu il faut elevé leur niveau mais je ne pense pas que elevé leur niveau en assombrissant l avenir des jeunes meritants des autres provinces est un crime.Ce Probleme n est pas seulement une affaire de nordistes mais il y a d autres peuples concernés,je me rappele il y a quelques années a Ngoa j ai vu des Mbami dire qu ils venaient de l Est,pour avoir une chance d etre pris en info
Wahsih Ike
Somewhere
  0
25-Aug-2009 13:55 EDT
@ JC1(USA)
Merci mon frère. Je pense de ma part que nous sommes sur la même longueur d’onde.

On ne peut pas faire du copier-coller chez nous. Il faut adapter les idées piochées ailleurs aux réalités et au contexte camerounais, d’où l’importance que j’attache à la représentativité en dessous des critères objectifs que sont le mérite et l’excellence dans un système hiérarchisé.

Bonne journée !
Wahsih Ike
Somewhere
  0
25-Aug-2009 13:25 EDT
@ JC1(USA)
Merci mon frère. Je pense de ma part que nous sommes sur la même longueur d’onde.

On ne peut pas faire du copier-coller chez nous. Il faut adapter les idées piochées ailleurs aux t réalités et contexte camerounais, d’où l’importance que j’attache à la représentativité en dessous des critères objectifs que sont le mérite et l’excellence dans un système hiérarchisé.

Bonne journée !
Wahsih Ike
Somewhere
  0
25-Aug-2009 13:01 EDT
John Pololo (München) - suite et fin

Je dis donc oui aux critères mérite et excellence pour les concours d’entrée à l’ENS, durant la formation des professeurs et dans leur vie professionnelle.
Wahsih Ike
Somewhere
  0
25-Aug-2009 12:58 EDT
John Pololo (München)
Je suis tout à fait d’accord avec ce que tu viens de dire en ce qui concerne les forces de répression que sont la police et l’armée et le nombre élevé des ressortissants Nordistes en leur sein dans les années 70 et 80. J’en avais parlé dans mon premier post.

C’est pas à moi de te dire si j’ai été major d’un quelconque concours par quota ou par compétences.

T’es assez intelligent pour te rendre à l’évidence. Voici ce que j’ai dit dans un post précédent :
« Certes, il existait le système de quotas pour le concours d’entrée à certaines grandes Ecoles, notamment l’ENAM et l’EMIA. Pour les autres grandes écoles comme l’Ecole Supérieure Internationale de Journalisme, L’ENSP et l’IRIC les critères de base furent le mérite et l’excellence. Ceux-ci avaient la primauté sur l’équilibre régional. »
La grande école dont il est question ici n’était ni l’ENAM ni l’EMIA. A toi de juger alors !

Il faut cependant comprendre qu’il n’y a pas de sot métier. Penses-tu que tous les Nordistes sont des paresseux ? Ma belle-sœur est de la Région de l’Extrême Nord. Tu ne trouveras pas mieux qu’elle en tant qu’intellectuelle ! Autant que je le sache, les Kirdi et Toupouri par exemple se défendent bien à l’école. Je crois savoir que le prochain Archevêque de Douala est d’origine Toupouri, non ?

Voici ce que j’ai écrit dans un autre post sur le sujet dont nous discutons :
« Une fois de plus, je vais citer le cas du Nigéria que je connais bien. Chaque état dans cette grande fédération a son Ecole Normale à lui. Quant aux Ecoles Normales Supérieures, elles sont réparties dans des aires culturelles bien définies. Les ressortissants de chaque aire culturelle ont la primauté quant à l’entrée dans les ENS de leurs zones de prédilection. Ce système n’est pas idéal pour notre pays car il encourage le régionalisme. Les Nigérians y sommes habitués et ne se plaignent guère. En principe, après 49 ans d’indépendance l’importance du critère ethnique/tribal doit occuper une place moins importante que des critères tels que le mérite et l’excellence. »

Tout compte fait je ne suis pas partisan du moindre effort. Tout ce que je dis c’est que chaque pays a ses particularités. Je vais terminer avec ce que le Grand Mahatma Ghandi avait dit quand il était Président de la République d’Inde dans les années 50 : « Mieux vaut avoir une paix injuste qu’une guerre juste !»
Vu le faible niveau d’instruction des ressortissants de certaines régions de notre pays, mieux vaut faire des simulacres de concessions aujourd’hui pour des lendemains certains. Si au fil des années, nous constatons que la qualité des cours que les profs donnent aux lycées et collèges est faible, il faudrait instaurer une prime de technicité pour les professeurs méritants et barrer la promotion à leurs collègues modestes ou faibles.
Je dis donc oui aux critères mérite et excellence pour les concours d’entrée à l’ENS, durant la formation des
Jc1
Usa
  0
25-Aug-2009 12:54 EDT
Wahsih Ike
Somewhere
"It is based on my own personal experiences or from reputable sources."

We should all recognize that, what is applicable in developed countries cannot be copied and passed in our banana land led by biya.

That was the missing part of your claim. that missing part led our understanding other way around. Thanks for correcting it.
Jc1
Usa
  0
25-Aug-2009 12:52 EDT
Wahsih Ike
Somewhere
"It is based on my own personal experiences or from reputable sources."

We should all recognize that, what is applicable in the developed countries cannot be copied and passed in our banana land led by biya.

That was the missing part of your claim. that missing part led our understanding other around. Thanks for correcting it.
John Pololo
München
  0
25-Aug-2009 11:38 EDT
Wahsih Ike bien dommage propos pour un major de promotion,je te pose la question as tu ete major du fait des quotta ou de part des competences.?Arretez de nous expliquer pourquoi le taux d analphabetisme est eleve laba,moi j ai la reponse et c est justement a cause de cette politique de favoritisme que Ahidjo a install'e qui les a amene a ne pas trop frequent'e et s arrete juste apres le CEPE,(conditions requies pour l armee et la police)
Wahsih Ike
Somewhere
  0
25-Aug-2009 11:36 EDT
@ JC1(USA) - Continued
Hence the lowering of academic and/or any other standards!
Wahsih Ike
Somewhere
  0
25-Aug-2009 11:33 EDT
@ JC1(USA)
Given that u live in the USA, I'll respond to you in English this time around. I've been criticised at least thrice here on CIN 'cos I put my points across in Shakespeare's language which some Cameroonians said they needed a dictionary in order to access what I was writing at the time.
The information I present in this forum is neither hearsay nor partial. It is based on my own personal experiences or from reputable sources.
Do you sincerely wish to say that appointments in the USA do not reflect its national character, which by default is a quota system? You'd recall me saying loud and clear that merit and excellence should under normal circumstances override regional / tribal considerations for middle management and top posts. The most recent addition to the American High Court is Sonia Satamayor, a Latino-American. Right ot wrong? Was her nomination and subsequent appointment as a High Court Judge based above all on her ethnic origin? Of course, not!

I referred to good practice in countries like the UK and Canada amongst others where ethnic monitoring takes place at the workplace. If everything boiled down to merit and excellence without reflecting the national character of any given country, then prepare yourself for civil strife. What happened in Apartheid South Africa where pseudo scientific criteria were used to oppress the Majority Black population?
Maybe you need a thorugh induction on nation building to come to terms with the fact that people identify with those they can relate to. Until such a time as we attain the level of political maturity witnessed in the West and other effective democracies, merit and excellence alone or in tandem cannot constitute the yardstick for performance measures.

I have relations in one form or the other in 6 of the 10 Regions in Cameroon. Even with a robust political agenda, are you sure that I can stand as a candidate for Parliament in those regions where I have no affinity by blood or marriage and win there?
The Labour Gov't in the UK decided to appoint Paul Boateng as its High Commissioner to South Africa not just because he's competent but because he's a Black Man.
I agree with you that in terms of economic development market forces via merit and excellence should override everything else in shaping any given Government's policy. But do market forces or competition always achieve their desired aims? If that was the case then we won't be in a recession today.
Give me concrete or worked examples of a truly meritocracy in the world and I'd subscribe to the central message in your last outing here. I did my first degree in Cameroon and found it relatively easy to pursue post graduate studies overseas because of the quality of teachers I had at the secondary school and university phases of education. These days, the sons,daughters or acquaintance of highly-placed officials are given pride of preference into professional schools in Cameroon. Hence
John Pololo
München
  0
25-Aug-2009 11:26 EDT
ce genre de truc ne doit plus durer,nous ne sommes pas qu en meme dans une republique federale,je ne voies pas pourquoi on doit parler de quotta dans un concour.A qui la faute si le taux d alphabetisation est bas labas? Sans doute pas aux camerounais des autres regions.S il n ont pas de niveaux qu il fassent des concours ou il y a moin de concurence, le cameroun appartient a tous les camerounais,comment peut nous permettre a cause des arguments aussi bidons de sacrifier tant de matieres grise.
Jc1
Usa
  0
25-Aug-2009 10:46 EDT
Wahsih Ike
Je ne sait pas d'ou tu puises tes info approximatifs mais sache qu'aucun pays au monde ne peux se developper sur les crittere du quota. Partout dans le monde, il est question du merite et meme quand un groupe est priviligie, on ne prend que les meilleurs elements du groupe et cela est suivie des demission pour le bien de la nation en cas d'incompetance. Personne ne sera gener si les meilleurs venaient du Nord Cameroon. C'est l'elite qui devellope et non la tribus. la notion du quota telle que pratiquer au camer est plus politique que realiste en ceci que le roi vous ayant satisfait peut aller se coucher a l'hotel continental sans etre inquiete, laissant le soint a ses kamikaze de distraire le peuple. mais nous ne somme pas dupe. Un domaine sensible comme l'education a besoin des homme de vocation et non des plaisantins puisque l'education des jeune generation en depend, c'est pour cela que conscient de ses actes le roi a trouver meilleur d'envoyer les siens dans des ecoles suisse puisqu'il connais la qualite des enseignant du pays qu'il est senser guide.
Wahsih Ike
Somewhere
  0
25-Aug-2009 10:27 EDT
@Wandafoot(Milan)

« Comprenez donc que la régionalisation est une forme de tribalisme, et le tribalisme et une forme de racisme à petite échelle. C'est un concours des enseignants des Lycées et non un concours des enseignants d'une région. Arrêtez avec ce théâtre, et pensez aux lendemains du Cameroun. Les nordistes doivent comprendre qu'ils doivent étudier et non se cacher derrière leur sous scolarisation et leur région pour passer les concours frauduleusement. Si le gouvernement en place n'est pas expérimenté, alors qu'il demande conseil à DADIS président Guinéen »

Ma broda, Wondafoot. Na waha 4 u oho !
Je suppose que tu as vécu à Douala ou dans l’une des Régions limitrophes du Cameroun Anglophone où tout le monde se débrouille en pidgin. Si non, je m’excuse !

Le système des quotas s’applique dans le monde tout entier la France y compris. On note la présence des Noirs dans certains postes-clés en France, ne serait-ce que pour la politique du lèche-vitrine. N’en parlons pas des pays anglophones tels que les USA, le Royaume-Uni, le Canada, l’Inde, le Kenya où le concept de la représentativité fait partie intégrante de la vie socio politique et culturelle. Le concept d’égalité des chances a vu le jour aux USA avec la politique de discrimination à l’inverse (affirmative action). Au Royaume-Uni et au Canada – deux pays où j’ai vécu pendant plus de 15 ans, chaque organisme-recruteur est tenu à mettre le système de quota en place. En principe, le mérite et l’excellence doivent primer sur les autres critères. Appliquée à la lettre ce système est bon. Mais pour perpétuer le racisme, certains recruteurs donnent les postes-clés aux non-blancs incompétents tout en sachant qu’ils vont mouiller ! Il n’y pas donc de système parfait mais mieux vaut un modus vivendi qui tend à la perfection que de ne rien avoir du tout.

Ce qui se passe en Guinée ne calque pas avec les réalités du Cameroun. Pour commencer, le clivage anglophone-francophone n’y existe point.
On a plutôt affaire aux problèmes ci-après entre autres :
(i) Peulh-Mandingue (coexistence des communautés précoloniales)
(ii) Régionalisme Nord/Centre/Sud.

La création des centres universitaires au Cameroun devrait en principe résoudre cette fâcheuse question d’équilibre régional. Je note en passant que l’Administration Biya fait des efforts dans l’intégration des Camerounais. Regarde bien la nomination des Gouverneurs des Régions. Le Sudistes sont nommés au Grand Nord, les Francophones chez les Anglos et vice versa – des nominations qui n’auraient pas eues lieu 10 à 15 ans après l’indépendance politique nominale.
Wahsih Ike
Somewhere
  0
25-Aug-2009 10:25 EDT
Conscience09(Emombo) - suite et fin

Dans mon dernier post, j’avais fait allusion au système de mérite dans les années 70 en disant :

« Certes, il existait le système de quotas pour le concours d’entrée à certaines grandes, notamment l’ENAM et l’EMIA. Pour les autres grandes écoles comme l’Ecole Supérieure Internationale de Journalisme, L’ENSP et l’IRIC les critères de base furent le mérite et l’excellence. Ceux-ci avaient la primauté sur l’équilibre régional. »

Au lieu d’aller de l’avant, j’ai l’impression que nous reculons dans les quelques domaines où le mérite et l’excellence devraient être de mise.
Wahsih Ike
Somewhere
  0
25-Aug-2009 10:23 EDT
Conscience09(Emombo)
« Sauf erreur de compréhension de ma part, votre propos corrobore plus la thèse selon laquelle Ahidjo est l'instigateur du système de l'équilibre régional et non le contraire. »

T’as vu juste à une exception près.
Le taux de scolarisation varie d’une région à l’autre non seulement au Cameroun mais un peu partout dans le soi-disant Tiers-Monde. En général, il est plus élevé dans les parties centrale et méridionale de notre pays. Ce qui fait que le Grand-Nord et la région de l’Est accusent des retards par rapport aux six autres Régions du Cameroun. Le système éducatif au Cameroun est basé sur celui qui existe en France avec des forts consonants de la centralisation. En d’autres termes, nous avons affaire au système dit celui de la greffe jacobine. Je ne pense pas que ce système soit adapté aux réalités camerounaises. Une fois de plus, je vais citer le cas du Nigéria que je connais bien. Chaque état dans cette grande fédération a son Ecole Normale à lui. Quant aux Ecoles Normales Supérieures, elles sont réparties dans des aires culturelles bien définies. Les ressortissants de chaque aire culturelle ont la primauté quant à l’entrée dans les ENS de leurs zones de prédilection. Ce système n’est pas idéal pour notre pays car il encourage le régionalisme. Les Nigérians y sommes habitués et ne se plaignent guère. En principe, après 49 ans d’indépendance l’importance du critère ethnique/tribal doit occuper une place moins importante que les critères mérite et excellence. La problématique camerounaise est certes plus compliquée avec deux grandes communautés de langue. Dans un ETAT BILINGUE comme le Cameroun, comment se peut-il que les jeunes Anglophones boudent le français à telle enseigne que hormis ceux dont les parents travaillent et vivent dans la zone francophone, ils n’arrivent pas à suivre les informations à la télé en français ? Il en est de même de beaucoup de Francophones qui ont plus de 35 ans pour qui l’emploi de l’anglais est un faux problème. Force est de reconnaître cependant que les ressortissants des Régions du Littoral et de l’Ouest sont parmi les Camerounais les plus bilingues de nos jours. Selon la théorie des intelligences multiples, l’intelligence verbale - linguistique joue un rôle-clé dans la communication effective. Est-ce que les concours d’entrée aux Grandes Ecoles prennent les huit intelligences en compte au détriment de l’idée de quotient intellectuel ou des connaissances spécifiques et appliquées? Je n’en suis pas sûr.

Certains responsables du MINESP abusent un peu trop les pouvoirs qu’on leur donne. C’est là le véritable fond du problème dont nous avons affaire au Cameroun. Tout le monde s’accorde sur le fait que les ressortissants du Centre et du Sud sont sur représentés dans les échelons administratifs au Cameroun et que bon nombre de ces responsables ne sont pas forcément meilleurs que les autres Camerounais méritants. Dans mon dernier post, j’avais fait allusion au système
Bonana
Lexington
  0
25-Aug-2009 07:52 EDT
wandafoot,

lolll
Wandafoot
Milan
  0
25-Aug-2009 03:50 EDT
N'importe quoi, qu'est ce que vous appelez chaque fois stabilité regionale? IL y'a plusieurs camerouns? Où on est brave ou on ne l'est pas!!!! Il est hors de question qu'on fasse un concours unique et que des %%% qui n'ont meme pas eu la moyenne pour reussir soient retenus laissant des candidats qui ont reussi avec de la maniere sous pretexe qu'ils sont originaires d'une quelconque region. Qui a choisi sa region? Qui a choisi son pays? Qui a choisi son pays? Qui a choisi son continent? Qui a choisi sa race? Vous combattez le racisme et encouragez le tribalisme? Croyez vous qu'il y'a une difference? Si oui, alors donnez raison à ces blancs qui mattent les noirs. Comprenez donc que la regionalisation est une forme de tribalisme, et le tribalisme et une forme de racisme à petite echelle. C'est un concours des enseignants des Lycée et non un concours des enseignants d'une region. Arretez avec ce teatre, et pensez aux lendemains du cameroun. Les nordistes doivent comprendre qu'ils doivent etudier et non se cacher derriere leur sous scolarisation et leur region pour passer les concours frauduleusement. Si le gouvernement en place n'est pas experimenté, alors qu'il demande conseil à DADIS president Guinnéen.
Conscience09
Emombo
  0
24-Aug-2009 19:44 EDT
Wahsih Ike

Sauf erreur de compréhension de ma part, votre propos corrobore plus la thèse selon laquelle Ahidjo est l'instigateur du système de l'équilibre régional et non le contraire. Et meme de nos jours, certains chanceux réussissent à passer certains concours sans godasses. Surement moins qu'en 1979, mais il en existe.
Wahsih Ike
Somewhere
  0
24-Aug-2009 19:02 EDT
@Attiend44(UK)
Une fois de plus, salut.
Je ne suis pas du tout d’accord avec la phrase suivante :
« C'est Ahidjo qui a crée le déséquilibre régional, tout le monde le sait. »

Hormis le nombre élevé des ressortissants du Grand-Nord recruté dans l’armée de terre et à la gendarmerie nationale, les Nordistes ne jouissaient pas de faveurs durant le règne du Grand Camarades au Cameroun. Certes, il existait le système de quota pour le concours d’entrée à certaines grandes, notamment l’ENAM et l’EMIA. Pour les autres grandes écoles comme l’Ecole Supérieure Internationale de Journalisme, L’ENSP et l’IRIC les critères de base furent le mérite et l’excellence. Ceux-ci avaient la primauté sur l’équilibre régional.

Le Député Anglophone qui a contesté le bien-fondé de la reconduite de POPOL comme candidat aux présidentielles de 2011 par modification constitutionnelle interposée fut le major de l’un de tous premiers concours d’entrée à l’ENAM. Le Président Ahidjo a tenu à le féliciter en personne lui-même.

Je te cite un autre exemple dont j’ai moi-même fait l’objet en 1979. Ressortissant de Babadjou dans le Bamboutos mais ayant fait mes études secondaires chez nos frères anglophones, j’ai passé le concours d’entrée (pour le cycle supérieur) d'une grande école dont je préfère taire le nom ici. J’avais composé l’épreuve en anglais. A la séance orale de ce même concours, j’ai répondu aux questions posées par le Jury dans nos deux langues officielles. A la proclamation des résultats, je fus major dudit concours d’entrée. Fils d’un planteur, je n’ai pas été pistonné. Voilà le Cameroun du mérite et de l’excellence. Rien à voir avec les pratiques malhonnêtes de nos jours où le Centre et le Sud s’approprient souvent une proportion des candidats dépassant de loin celle pratiquée au nom de l’équilibre régional par le Grand-Nord au moment où Ahidjo fut Président de la République Unie du Cameroun. L’exemple de la liste supplémentaire des Francophones admis au concours d’entrée à l’Ecole de Médicine de l’Université de Buéa a crée un mauvais précédent pour la dichotomie revendication régionaliste / aire culturelle. Nos voisins Nigérians parlent souvent de réconcilier trois critères, à savoir, le mérite, l’excellence et l’équilibre régional (reflect the national character) pour les postes-clés dans leur pays qui est plus diversifié que le nôtre.

Il va falloir revoir de fond en comble le simulacre de système d’égalité mis en place les vingt dernières années par les responsables de l’enseignement supérieur au Cameroun afin d'éviter des soulèvements à caractère ethnique et/ou régional chez nous.
Attiend44
UK
  0
24-Aug-2009 13:51 EDT
JC1, didon toi-aussi... C'est Ahidjo qui a cree le desequilibre regional. tout le monde le sait.

C'est pas pour defendre qui que ce soit. Je veux juste retablir la verite. c'est tout/
Jc1
Usa
  0
24-Aug-2009 13:25 EDT
Il ne faut nullement s'emprendre aux gens du nord ils ne sont pas des createur de cet equillibre mais des simple consomateurs car meme quand ahidjo etait president l'entree dans une ecole etait par ordre de merite et si le rdpc et ses voyou ont creer cette voie qu'ils assume puisque apres cela ce serait les armes. Les voyoux ont crees le chemin de leur propre destruction et wait and see. Meme les pygmees qui n'ont meme pas d'ecole vont bientot revendique a juste titre un quota. c'est comme cela qu'evolu une bananerai avec son leader suisse.
Conscience09
Maroua
  0
24-Aug-2009 10:51 EDT
Le système des quota: équilibre régional ou marathon vers la république des %%% ?

Depuis l’année dernière, le chantage constant et oppressant des leaders politiques du grand nord interroge et insurge. S’il est vrai qu’il faille respecter un certain équilibre régional, il est tout aussi vrai qu’il faille préserver un maximum d’excellence. L’aspect de la représentativité devrait être subordonné à la question du mérite. C’est absolument scandaleux que des supposés ministres de la république(et pas du grand nord), des supposés leaders politiques et autres cadres d’administration aient créé cette chorale de la balkanisation, du sous développement et de l’ineptie. Pour eux, le mérite ne signifie rien. Leur unique leitmotiv est de voir leurs enfants et frères intégrer l’administration même s’ils sont des moutons. Rien à faire, ils réclament 50% des places au nom de l’équilibre régional. Quel paradoxe !

De toute façon, le prince d’étoudi a déjà démontré une fois qu’il est prêt à accepter tout compromis du moment où sont royaume n’est pas menacé. C’est simplement outrageant. On délaisse chaque année des Camerounais stakhanovistes et intelligents pour recruter de parfait %%% . Ceci au nom de cette infamie que des Camerounais paresseux ont élégamment baptisée équilibre régional.
On habitue une frange de la jeunesse à ne pas transpirer, parcequ’au nom de l’équilibre régional ils seront avantagés. Que c’est beau cet équilibre de la bêtise !!!!
ENS de Maroua: Le Grand-Nord réclame au moins 50% d'admis
Correspondance
YAOUNDE - 24 AOUT 2009
© Raoul Guivanda, L'oeil du Sahel | Correspondance
 31 Réactions
Les "nordistes" veulent bloquer une nouvelle manœuvre du MINESUP Jacques Fame Ndongo.
Les épreuves écrites du concours d'entrée à l'Ecole Normale Supérieure de Maroua sont terminées. Place désormais à l'angoisse et aux supputations. Combien de candidats seront en définitive admis aux premier et second cycles sur les quelque huit mille postulants ? Nul ne saurait le dire pour l'heure. En tout cas, Issa Saïbou, directeur de l'ENS de Maroua, confirme une information déjà connue: «Le nombre de places réservées aux admis à ce concours sera déterminé par le ministre de l'Enseignement supérieur. Il en est de même de l'Ecole Normale Supérieure de Yaoundé», confie-t-il. Quand ? «Je ne peux pas vous fournir une réponse précise», tranche le directeur de l'Ecole normale supérieure.

Au ministère de l'Enseignement Supérieur, difficile de se faire une idée. Joint au téléphone par notre confrère Le Messager, Jean Paul Mbia, le chef de la cellule de communication de ce département ministériel, a indiqué qu'il revenait au seul recteur de l'Université de Maroua, Edward Ako Oben, de proposer au ministre de l'Enseignement supérieur le nombre de places en fonction des ressources humaines, matérielles et financières disponibles. «En principe, 2000 places sont en jeu comme dans le cas de l’ENS de Yaoundé», a soutenu Jean Paul Mbia.

Pourtant, dans un entretien paru chez notre confrère Cameroon Tribune, le 10 août 2009, le directeur de l'Ecole Normale Supérieure de Maroua fournit de nouvelles pistes. «Ce qui est sûr, c'est que nous n'avons pas attendu que se déroule le concours d'entrée à l'Ecole Normale Supérieure de Maroua pour envisager l'année académique 2009-2010. Nous avions des bâtiments qui étaient disponibles déjà l'année dernière et que nous sommes en train de réhabiliter pour certains, réfectionner partiellement pour d'autres, de façon à accroître notre capacité d'accueil. Je puis vous assurer que les problèmes d'infrastructures pour l'accueil de la promotion 2009-2010 ne se posent pas. Ce problème est déjà résolu», précise-t-il.


Le Minesup Fame Ndongo.

A l'analyse, toutes ces informations tendent à confirmer la thèse selon laquelle la disponibilité des ressources humaines et matérielles à l'ENS de Maroua n'est pas le problème de fond à l'origine de l'option de «dissimuler» le nombre de places réservées aux admis à ce concours d'entrée à l’ENS de Maroua pour cette année 2009. Pourquoi alors le ministre de l'Enseignement Supérieur, Jacques Fame Ndongo, a-t-il pris cette décision pour le moins curieuse de ne pas communiquer le nombre d'admis alors qu'officieusement, lui-même avance le chiffre de 3000 ?

Les nordistes y voient de nouveau une manœuvre tendant à les flouer lors de la publication des résultats. «Je dois dire que cette démarche n'est pas normale. Toutefois, le ministre m'a rassuré sur le respect du quota réservé au Grand-Nord», indique le député RDPC Sali Daïrou et ancien ministre de la Fonction publique et de la reforme administrative. «Il faut se méfier de l'inhabituel, surtout que dans ce cas, les arguments avancés par mon collègue ne tiennent pas. Cela cache une manœuvre», croit savoir un ministre originaire du Grand-Nord, encore en fonction.

Cette suspicion est partagée par un grand nombre d'hommes politiques de cette partie du pays. Lesquels se méfient particulièrement de l'actuel ministre de l'Enseignement Supérieur qui lors de la publication des résultats de l'année dernière, n'avait octroyé que 23% de places aux candidats originaires des trois régions septentrionales. «Un concours d'entrée à une école donnant droit à une intégration à la Fonction publique est comme un appel d'offres. Il doit comporter tous les termes de références, autrement, il est biaisé. Il fait penser aux appels d'offres lancés alors même que les travaux de réalisation ont déjà commencé sur le terrain», s'amuse pour sa part, Garga Haman Adji, ex-ministre de la Fonction publique et président de l'Add.

Les enseignants de l'université scrutent aussi avec attention la démarche de Jacques Fame Ndongo. «Le nombre d'admis tournera autour de 2000. C'est la capacité maximale qu'offre l'Ecole normale supérieure de Maroua aujourd'hui. Personnellement, je pense que les places seront reparties en fonction des filières. Car le ministre souhaite sans doute éviter que certaines filières ne se retrouvent avec moins d'admis du fait du faible niveau des postulants. Il faudra alors équilibrer pour rester dans la fourchette», explique un enseignant de l'ENS de Maroua.

Soit ! Mais que cela n'affecte pas les quotas, précise-t-on dans le Grand-Nord. Car le vrai enjeu du débat actuel reste celui-là: le respect au moins des quotas. «Le respect de l'équilibre régional qui octroie légalement au Grand-Nord 30% des places réservées aux admis est un minimum», indique Garga Haman Adji.

D'autres politiques, notamment des députés, sont sur la lancée de l'année dernière. «Logiquement, compte tenu de notre taux de sous-scolarisation, nous sommes en droit de revendiquer encore cette année et peut-être même pour les trois prochains concours, un traitement de faveur au-delà des 30% qu'un décret présidentiel a bien voulu nous accorder. Mais je pense qu'il n'est pas de notre intérêt de réclamer cette fois-ci 80% d'admis, les autres Camerounais trouveraient cela prétentieux. 50% me semble acceptable», estime un des leaders de la contestation parlementaire de novembre 2008 qui avait abouti à l'admission de tous les candidats originaires du Grand-Nord.

Par Raoul Guivanda,
L'oeil du Sahel

Rédaction de Cameroon-Info.Net
© 2000-2014 Cameroon-Info.Net [ Hits: 8692 Réactions: 31 Transferts: 4 ]
Publicite

 31 Réactions
 E-Mail  Imprimer  Réagir Bookmark and Share
Featured Stories...



P U B L I C I T E


P U B L I C I T E
Copyright  ©  2000 - 2013  Cameroon-Info.Net. Tous Droits Réservés.