Afrique - Franc CFA: Des économistes dénoncent «la servitude monétaire»

Par Géraldine IVAHA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 08-Oct-2017   4280 2
Username:
Password:
Nyambarindon   22017-10-09 11:12
#1
Des économistes dénoncent «la servitude monétaire»

Ils emboitent ainsi le pas au regretté TCHUNDJANG POUEMI ,3 décennies plus tôt.

Le franc des colonies française d’Afrique est un instrument de domination impérialiste,mis en place pour engraisser la "sangsue hexagonale".

La seule monnaie au monde regroupant 15 pays d'un continent(l’Afrique),et gérée par le gouvernement d'un autre continent (l’Europe,en l’occurrence le trésor français,sous la tutelle du ministère des finances .)
      0
Goodman10    82017-10-08 19:02
#2
Mais il y a des pays qui sont sortis de la zone CFA pour aller creer leur propre monnaie, il y a des pays qui ont brule leur propre monnaie pour adopter le FCFA, pour rien au monde Obiang Nguema malgre les problemes que rencontre son fils heritier en France, pour rien au monde n'abandonnera le FCFA pour reprendre son ancienne monnaie aujourd'hui le Nigeria et le Ghana pensent integrer la zone CFA, les gens sont tellement marques, par l'esclavage que meme apres plusieurs generations ils pensent toujours comme des esclaves...C'est simple comme disait le president Macron clairement QUI NE VEUT PAS PEUT ALLER CREER SA MONNAIE... ces soi -disant intellectuels ne sont que affabulateurs en quete de popularite, sinon chaque pays africain est entre lui-meme dans le CFA alors comment demander qu'ils se tiennent les mains pour y sortir ensemble? Quand on n'est pas content d'etre dans une maison on la quitte...
      0
Franc CFA Archives
Ébullition autour du franc CFA : alors qu'une réunion des ministres de la zone franc s’est tenue à Paris vendredi 5 octobre 2017, le secrétaire exécutif de la Commission économique pour l'Afrique (CEA) Carlos Lopes, qui s'apprête à démissionner, pointait du doigt mercredi "un mécanisme désuet".

Sur son site internet, le magazine Jeune Afrique(JA) publie des extraits d’un ouvrage inititulé, "Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ?".

Dirigé par quatre économistes aux parcours et aux horizons différents, Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ?, est paru le 3 octobre aux éditions La Dispute. Une publication qui tombe à pic. En effet, une réunion semestrielle des ministres de la zone franc s’est tenue vendredi 30 septembre à Paris. «L’efficacité de l’investissement public », « l’identification des obstacles au développement et à l’intégration du crédit » et la « convergence en zone franc » ont été au menu des débats, a indiqué une personnalité présente aux assises.

Tout d'abord, le Bissau-Guinéen Carlos Lopes, qui va quitter son poste de secrétaire général adjoint de l’ONU et secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique, a estimé que le franc CFA est «un mécanisme désuet», a-t-il indiqué.

«Il faut vraiment une discussion sur la zone franc», a-t-il déclaré ce 28 septembre lors d’une visite au siège de l’Unesco à Paris. «Aucun pays au monde ne peut avoir une politique monétaire immuable depuis trente ans. Cela existe dans la zone franc. Il y a donc quelque chose qui cloche», a expliqué Carlos Lopes.

Parmi les auteurs de Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ?, on compte entre autres le TogolaisKako Nubukpo, fervent opposant au franc CFA, qui réclamait, mi-septembre dans une interview à JA, «qu’on ne déconnecte pas le débat monétaire du débat sur l’émergence».

Après avoir été ministre au Togo pendant deux ans, cet agrégé en économie formé à l’université Lyon-II, a rejoint l’université d’Oxford en septembre 2015 d’où il entend peser sur le débat public, notamment au sujet du franc CFA. Kako Nubukpo a été macroéconomiste et chef de service au siège de la BCEAO à Dakar entre 2000 et 2003.

Au cours de conférences publiques sur l’économie tenues à Lomé en février et mars 2015, l’ancien ministre suggérait que de nouvelles mesures soient prises pour favoriser la croissance au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

De son côté, Bruno Tinel, maître de conférences à l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne est notamment l’auteur de Dette publique, sortir du catastrophisme. Il s’est particulièrement illustré en tant que principal opposant des politiques des banques centrales des pays de la zone franc CFA. Il est rejoint dans ce combat par le Sénégalais Demba Moussa Dembelé, autre co-auteur de l’ouvrage et directeur du Forum africain des alternatives et coordonnateur de l’Africaine de Recherche et de Coopération pour l’appui au développement endogène (Arcade).

Enfin, le Camerounais Martial Ze Belinga, économiste et sociologue, rédacteur en chef du site Afrikara.com. Il a publié en 2012 In-Dépendances, discours sur le colonialisme après la colonie.

Auteur:
Géraldine IVAHA
 contact@cameroon-info.net
 @givahaCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez