Afrique - Gabon: Les dessous du procès de Marie Madeleine Mborantsuo en France

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 05-Apr-2017   33161 16
Username:
Password:
Oceane    22017-04-06 15:53
#1
Dr, ma "fragilité psychologique" serait donc en cause et non mes arguments. Bebela, laisse donc ma santé mentale qui n'a besoin d'aucun docta en paix.
Qui t'a dit, moane nya wom, qu'il s'agit de nying enying o koba ?
Ambitionnerais-tu de me nommer présidente du Cameroun ou simplement ministre de l'éducation ? Parce que, à ma connaissance, ce sont les deux - et surtout le premier - qui sont à même de réorienter les politiques de l'Education nationale et non un particulier, que je suis. Tu diras encore que j'élude ? Nomme moi présidente, mais en attendant, retire mes oeillères.
      0
Ossas Nanga   22017-04-06 10:26
#2
Et te voilà en train de faire ce que tu aimes le plus, ma sœur. Tu entretiens tes œillères.

J'attends toujours que tu rentres éduquer tes frères et sœurs au pays. Rentre t'épanouir dans ta "mère-patrie". C'est ce décalage permanent chez toi qui est en train de te faire autant de mal. Il y a de la lâcheté dans ton attitude, mis à part la fragilité psychologique d'un voyage que tu as mal supporté. Sois courageuse, dugena a dzang, o ke nying inying be tara ya okoba!
      0
Oceane    32017-04-06 09:18
#3
L'éducation étant une option sur le futur prise par les "educateurs" dans la transmission des "évidences" des nouvelles générations - je mets évidence entre guillemets parce ce qui est "évident" pour l'un ne l'est pas forcément pour l'autre ou pour tous -, pourquoi s'etonner des effets attendus de celle-ci sur les "éduqués" ? " Faites comme nous pour devenir aussi riches que nous" : voilà à quoi se limitent beaucoup de "Sauvages ", ces candidats à la "civilisation", qui se plaignent ensuite des "prédateurs à la tête de nos institutions".
      0
Oceane 11    172017-04-06 08:52
#4
Dlapikin,
Pourquoi s'en prendre à elle maintenant, ne savaient-ils pas depuis des années qu'elle possédait des biens en France ? Attendaient-ils le bon moment?
Les pays européens - et comme il doit des États colonisateurs - sont la "Mère-Patrie " pour de nombreux "évolués " éduqués par eux. Il n'est donc pas illogique que nos "mensonges vivants" répètent encore et toujours les mêmes aberrations. Celui qui éduque le sait, sauf l'"éduqué", du moins la majorité qui produit les effets de cette manipulation de la "raison", cette prise en otage de l'éducation.

Jean Ziegler, dans un de ses livres, raconte l'histoire d'un couple de nigérians "evolué " - l'epoux est banquier - qui dans l'avion en direction de Londres, disait leur bonheur de rentrer enfin "at home". Qu'est-ce qui doit ou devrait être remis en cause : l'identification de l'Angleterre comme le "home" de Nigérians "arrivés" ou l'éducation qui leur a appris à s'identifier aux Anglo-Saxons et à leur pays comme étant des/les leurs ?
Cs
      0
Yoyo5   52017-04-06 06:27
#5
N'oubliez pas que le salaire minimun au Gabon est de 100 000cfa et ceci depuis plus de 17 ans.
Je ne suis pas entrain de la defendre ou de l'impliquer dans un qulconque detournement.
Paul biya a longtemps laisse' les kmers dans la misere que lorsqu'on parle de millions ils sont tres surpris pour certains et par reflexe pensent au detournement, au vol etc..
Tous les travailleurs gabonnais du tres bas echelons gagnent au moins 1 200 000fca par an alors qu au pays de Biya , on est encore a environ 400 000cfa.
Evaluez son salaire annuel + le fait qu elle soit d'une famille presidentielle + sa carriere d'enseignante a l'universite'...
Pourquoi les africains ne peuvent pas etre riches aussi...
      0
Dlapikin   192017-04-06 00:37
#6
Je crois qu'on ne peut pas utiliser l'argument anticolonialiste pour justifier ou défendre des gens qui volent en Afrique pour aller cacher leur forfait en Occident. C'est une fourberie que les panafricons de la cemac ont réussi à inculquer à la masse.
Pour ceux qui ne le savent toujours pas plusieurs sinon la plupart des pays occidentaux ont des lois qui permettent à leurs pays de conserver les biens issus the transactions criminelles. Donc ne blâmez pas les blancs de mettre en place des systèmes qui les enrichissent, blâmez vous de continuer à tolérer des prédateurs à la tête de nos institutions.
      0
Oceane    202017-04-05 19:49
#7
Goodman,

depuis quand les faits t'intéressent ? A te lire, on te croirait en mission pour défendre ta "Mère-Patrie ".

Après l'esclavage, la colonisation, la France néocoloniale se mettrait aux côtés des peuples africains ? L'esclave de maison aime son maître plus que lui-même. C'est connu.

"L'incompréhension du passé du présent naît fatalement de l'ignorance du passé ; mais il n'est peut-être pas moins vain de s'épuiser à comprendre le passé, si l'on ne sait rien du présent". Marc Bloch.

Que cette charge serve de leçon à Mme la présidente et à tous ces gens qui croient que les nouveaux compatriotes de Goodman ont une once de respect pour "l'Homme africain". On leur confisque biens immobiliers et comptes bancaires, c'est plus fort qu'eux, il leur faut reproduire les mêmes bévues.

Au fait, Goodman, votre Tracfin a déjà trouvé l'argent planqué à l'étranger par celui que ton ex président a enfermé en Europe pour installer à sa place son "esclave llibéré, mais malheureux de l'être" ?
      0
Diboukimesse   232017-04-05 18:29
#8
Nous allons nous étriper ici pour rien. Que l'on m'explique comment cette dame a réussi à se constituer ce pactole et pourquoi elle le plaque en France alors qu'il pouvait servir dans son pays
      0
Michel Mezo'o   172017-04-05 18:03
#9
Je n'ai qu'une seule Question a qui profite ces biens immobiliers saisis au Trésor gabonais ou Français ? et puis de 2 quand nos dirigeants pilleurs de la fortune Public vont 'ils tjrs investir en Europe ça c'est kel méchanceté même ça !!!!!!!
      0
Ivyleague   242017-04-05 17:29
#10
@OtricNgonCIN

Monsieur Otric,

Tu es journaliste ou bien analyste politique? Ton boulot est de nous fournir les informations et non de nous fournir tes analyses personnelles.
Si c'est un publi reportage fait nous le savoir sinon garde tes analyses pour toi.
Merci de ta bonne comprehension.
      0
Goodman29    232017-04-05 17:27
#11
Des âneries écrites par l auteur... Comme tout bon macaque...Au lieu de démonter l innocence de l accusée.. avec sa longue queue il s attaque à la France...Seuls les faits nous intéresse... a t elle ou pas fait ce qui lui est reproché ? Si elle est coupable il faut la châtier correctement sans pitié...ON en a marre des guenons qui font honte à l Afrique...On disait de cette femme qu elle était très pieuse... Fille de démon.pendant que les gabonais meurent dans la misère elle amassé.. La religiosité de l africain c'est de croire que celui que a béni marche sur les autres pille pour amasser beaucoup d argent. Enseignement satanique
      0
Africain232    132017-04-05 15:58
#12
@District_attorney,

Vous faites honte à l'Afrique !
Croyez vous vraiment que les occidentaux sont bien placés pour faire la morale au monde?
S'ils sont aussi "saints" comme vous le prétendez, pourquoi une Afrique "riche" doit se contenter de 5% des parts tandis qu'ils ont 90% dans tous les contrats d'exploitation minières sur le continent? C'est eux les riches ou c'est nous ???

A ma connaissance, le Président d'une cour constitutionnelle ne gère pas de budget, à moins de réussir à démontrer qu'elle a détourné les jetons de fonctionnement de cette cour, ce serait une grosse maladresse de votre part, en faisant fi d'ignorer les avantages directs et indirects dont peut jouir de telles autorités. Comme pour dire qu'une autorité institutionnelle de ce rang(en Afrique) ne mérite pas de décaisser de tels montants dans une banque. C'est une grosse injure à l'Afrique!..Et cette injure vous atteint également.
      0
EvinaZe25    102017-04-05 15:49
#13
@District_attorney

Ton requisitoire est biaisé. Décidemment les africains talentieux n'ont aucun mérite. Il faut a tous prix les mettre dans toutes les sauces. C'est ridicule. N'etant pas avocat, je trouve injuste de ta part de deinigrer cette dame.
      0
OZAZIP11    172017-04-05 15:43
#14
Otric NGON | Cameroon-Info.Net

C'est quelle con.nerie couverte de merrde que tu écris comme ça ?
      0
District_attorney   482017-04-05 15:25
#15
Cela justifie t il plusieurs centaines de milliers d € que Tractfin a decouvert sur ses comptes ? Un magistrat donc un fonctionnaire qui demande un retrait de 150000 € soit 100 million de CFA....!!!! Pour rappel un fonctionnaire A2 qui fait 30 ans de services gagnera 90 millions CFA au cours de sa carriere....De plus le fonctionnnaire ne debute pas sa carriere au plafond des echelons..les vraies raisons sont connues
1) c etait la maitresse d Omar Bongo avec qui elle a eu 2 enfants...Omar arrosait ses maitresse d argent c est connu
2) cet argent ne peut être son salaire donc cette dame est de toute evidence corrompue, pas etonnant qu elle prenne des decisions a chaque fois en faveur de Bongo fils. ( son beau fils)

3) Avant le verdict de la presidentielle 2016 madame choisi de donner une interview a JA. En se permettant de denigrer le candidat vainqueur ( parti pris) Quel melange des genres Imaginez vous John Roberts president de la cour supreme USA donner une interview au new york times ou washington post 2 jours avant la publication des resultats ? Ou Laurent Fabius allant se repandre dans le monde ou le figaro a 3 jours de la proclamation des resultats avec des propos tendancieux
il fallait lire cette interview entre les lignes et comprendre qu elle fait partie de la caste corrompue qui a confisque les pouvoir et les richesses au gabon......
Triste
Au lieu d accuser l occident a tord et a travers, une simple enquête impartiale demontrera que cette dame est corrompue et a detourné tout cet argent ( cf cas de Teodorin obiang )
      0
Goodman14    52017-04-05 15:25
#16
LA FRANCE AUJOURD'HUI A INTERET D'ETRE DU COTE DU PEUPLE AFRICAIN QUI VA PRENDRE LE POUVOIR c'est sûr et certain...En depit de tout ce qu'on raconte il faut craindre les chinois extrêmement racistes qui seront très dangereux dans le futur
      0
Marie Madeleine Mborantsuo Archives
La présidente de la Cour constitutionnelle gabonaise est soupçonnée de recel de détournements, soustraction et destruction de fonds publics et blanchiment en bande organisée.

Après avoir été couverte d’honneurs en novembre 2016 par la Cour de cassation de Paris, Marie-Madeleine Mborantsuo fera-t-elle bientôt face à la phase du déshonneur, alors que certains de ses avoirs en France et à Monaco ont déjà été saisis ? Les semaines qui viennent pourraient être décisives pour la présidente de la Cour constitutionnelle gabonaise.

Seulement, l’acharnement des médias français sur sa personne laisse pantois plus d’un, et sur la scène politique gabonaise, l’on indique que le problème est ailleurs. Pourquoi avoir attendu sa récente élévation au firmament (une de trop ?), pour faire un tapage médiatique au sujet d’une affaire qui date de trois ans ? s’interroge-t-on de ce côté.

Selon Afric Telegraph, aux yeux de tous les observateurs avertis, l’élévation de Marie Madeleine Mborantsuo à la tête de la Conférence mondiale de la justice constitutionnelle (WCCJS) - une prestigieuse organisation mondiale qui regroupe en son sein 105 Cours et conseils constitutionnels et Cours suprêmes d’Afrique, d’Asie, d’Amérique et d’Europe -  donne à tirer plusieurs enseignements.

C’est un cinglant démenti qui vient remettre en cause les attaques de la Mission d’observation électorale de l’Union européenne contre la Cour constitutionnelle gabonaise qu’elle accuse, sans arguments juridiques, de n’avoir pas dit le droit lors du contentieux électoral né de la contestation des résultats ayant donné Ali Bongo Ondimba Président élu du Gabon. C’est également par ricochet une marque de reconnaissance du bon travail fourni par les membres de cette Institution et sa présidente.

Le bonheur des uns faisant le malheur des autres, ils sont tombés du haut, ces réseaux des prédateurs impérialistes et nostalgiques de leur mythe de supériorité. Ils ont été désabusés de n’avoir pas pu réussir à imposer à la tête du Gabon une marionnette à leur solde pour poursuivre leur entreprise de prédation de ce riche pays d’Afrique centrale.

Gabon: la Cour Constitutionnelle (c) AFP

Ne s’étant pas avoués vaincus, ce sont eux qui font la mue par presse interposée, et qui s’adaptent et changent des stratégies. La recette est bien connue. C’est le lynchage médiatique en guise de représailles contre l’Institution, Gardienne des lois, madame la présidente en tête, dont le rendu du contentieux électoral n’a pas donné vainqueur le cheval de leur écurie.

C’est à cet exercice qu’ils se livrent actuellement, pour faire tourner la manivelle, jeter l’opprobre, le mépris en plus d’étaler le venin de leur racisme primaire. Les articles parus dans la presse française (Canard enchaîné) relayée par RFI et sur le plan local faisant état d’une enquête en France qui mettrait en évidence des propriétés immobilières appartenant à la présidente de la Cour constitutionnelle et des mouvements financiers suspects au niveau de ses comptes n’ont rien à avoir avec des faits avérés comme tels.

En plus, peut-on parler d’une condamnation sans jugement en droit ? Voilà autant d’éléments qui laissent établir qu’il s’agit ni plus ni moins d’une vaste campagne qui participe d’une logique de dénigrement et de diabolisation doublée d’une connotation punitive contre tous ceux qui sont le symbole et les porte-étendard d’une Afrique fière de se construire ses propres voies de développement selon un modèle qui prend en compte sa culture et respectueuse de ses lois. Et Marie Madeleine Mborantsuo en fait partie.

A en croire les éléments dont le site panafricain dit être en possession, des amalgames sont versés et injectés à dessein dans la presse pour créditer ce qui s’apparente visiblement à de la manipulation pure et simple proche d’une cabale.

Cour constitutionnelle gabonaise (c) Archives

Marie Madeleine Mborantsuo est une dame discrète au brillant parcours académique. Diplômée de la Faculté de Droit de l’université Omar Bongo de Libreville, elle a poursuivi son cursus à la Sorbonne avant de soutenir une thèse à la faculté d’Aix-en-Provence (France). Son parcours professionnel riche en lauriers à l’image de son profil scolaire fait d’elle une des personnalités de premier plan sur la scène politique nationale gabonaise depuis environ trois décennies et l’évocation de son nom impose respect et autorité.

Avant la Cour constitutionnelle qu’elle dirige avec brio depuis 1990, elle a présidé la Chambre des Comptes de la Cour suprême gabonaise. Du reste, et au-delà de ses charges contraignantes, elle a rang de consultant et d’expert auprès de nombreuses organisations régionales et mondiales en plus d’avoir des charges comme enseignante à l’université.

Depuis le début du mois de mars 2017, elle a été portée à la tête de la Conférence mondiale de la justice constitutionnelle (WCCJS), une prestigieuse organisation mondiale qui regroupe en son sein 105 Cours et conseils constitutionnels et Cours suprêmes d’Afrique, d’Asie, d’Amérique et d’Europe : ce qui représente un nouveau palier franchi.

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez