Burundi - Le président Pierre Nkurunziza: «Au Cameroun, Paul Biya en est à 50 ans de présidence. La question du mandat n'est pas le problème principal des Burundais»

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
DOUALA - 02-Jan-2017   52642 17
Username:
Password:
Gamob   02017-01-05 22:20
#1
"Professor Emeritus/Hors Hierarchie" Fame Ndongo would say of the Biya Presidency "The transmogrification of the intuitu personae Presidency of Paul Biya is antidemocratic and consequently null and void in the absence of casus belli "
When Ndongo sleeps, he dreams about drafting "motions de soutiens". He has elevated his art into a science. Good for him!!
      0
Nyambarindon   32017-01-04 15:03
#2
@Afro Juvenis

#Faut pas nous faire croire que Nkurunziza et Kabila sont de bons saints qui n'ont rien a se reprocher et subissent l'acharnement occidental#

En parlant des SAINTS :
lequel parmi les 11 cites par @Rosy aurait été mentionne comme tel?..

Cependant, qu'y aurait-il comme différence fondamentale,entre les situation de Sassou Nguesso et celle des Kabila /Nkurunziza ?

Pour que dans un cas on laisse faire,et dans l'autre on s'acharne a faire partir?
Si c'est pas la règle du 2 poids 2 mesures...
      0
Afro Juvenis   52017-01-04 02:57
#3
@Nyambarindon

Faut pas nous faire croire que Nkurunziza et Kabila sont de bons saints qui n'ont rien a se reprocher et subissent l'acharnement occidental. Ca ne passe plus!
      0
Nyambarindon   22017-01-03 18:06
#4
" L'Afrique est le continent doté du plus grand nombre d'hommes providentiels (Pô Mbiya, Mobutu, Sassou Nguesso, Bongo et fils, Gniassimbé Eyadéma et fils, Idriss Déby, Bokassa, Issen Habré, Amadou Ahidjo etc "(@Rosy)

TRES BIEN!

Et maintenant retrouvons dans cette liste:

a- Ceux qui ne sont pas arrivés au pouvoir par coup d’état.
b-Ceux qui ne sont pas arrivés au pouvoir parce que choisis par la France et ses alliés prédateurs.
c-Ceux qui ne restent pas au pouvoir,parce que la France et ses alliés prédateurs veulent que ce soit ainsi.

En RDC et au Burundi,les prédateurs ne veulent plus de Nkurunziza et de Kabila.D’où tout le tapage politico médiatique que l'on observe autour de ces 2 pays.Des questions liées aux intérêts des occidentaux.
Témoin le cas Sasou Nguesso le voisin,arrivé au pouvoir par coup d’état sanglant n'est nullement inquiété,bien qu'ayant emprisonné tous ses opposants..
      0
BAMS   152017-01-03 10:19
#5
Le cameroun est devenu une des pires dictatures reconnu dans le monde entier
Voilà ou le tyran a mené le pays de nos ancêtres
Un point c'est tout
      0
Stoph   02017-01-03 08:32
#6
I notice the absence of Po Mbia Kamluuun's choir boys here. Is it in shame?? Why not come out to prove how right you always are and how stupid Nziza is in making reference to the god of Etoudi? Where are those who are so angry when someone with constitutional rights complain? Wouldn't this have been your chance to defend "your country" because it is under foreign attack?
Nyamfukahs!
      0
Afro Juvenis   242017-01-03 02:10
#7
Les Messanga Nyamding et autres diront que ca c'est une "reconnaissance internationale du rayonnement de la politique visionnaire du President de la Republique Son Excellence Paul Biya" ou un truc du genre... Lol!
      0
Bernardint   192017-01-02 21:29
#8
Yassum

@nyambaridon a très bien compris l'astuce. C'est juste un calembour qu'il fait.

Nkuruziza se trompe aussi, mais de bonne foi. Il voit Biya depuis qu'il est tout petit et il pense que celui-ci est au pouvoir depuis 50 ans.

Adama

"C´est Horrible !!!

Ces dictateurs n´ont même plus honte."


Quelle honte ! Quand l'exemple de Biya parle.
      0
Yassum   212017-01-02 20:15
#9
@nyambaridon
Tu fait un mauvais calcul. Les 50 ans compte le temps mis par Biya aux plus hautes fonctions de l'état.
1968 Ministre secrétaire général à la présidence (au Cameroun c'est un vrai vice-président)
1975 premier ministre
1982 Président de la république
En fin de compte il gouverne le pays directement ou indirectement depuis 50 ans.
      0
Rosy10    202017-01-02 19:55
#10
L'Afrique est le continent doté du plus grand nombre d'hommes providentiels (Pô Mbiya, Mobutu, Sassou Nguesso, Bongo et fils, Gniassimbé Eyadéma et fils, Idriss Déby, Bokassa, Issen Habré, Amadou Ahidjo etc..., mais c'est aussi le continent le plus pauvre, le moins développé. Cherchez l'erreur.
      0
Goodman   202017-01-02 17:55
#11
Les petites âmes ont toujours une mentalité
      0
Goodman   212017-01-02 16:50
#12
Oui mr Nziza c est vrai et vous savez comment on appelle ça ? L africanitude, cette espèce qui n évolue pas et ne change pas malgré les lois naturelles, un imbécile c est comme ça on l appelle
      0
Nyambarindon   292017-01-02 16:38
#13
«Au Cameroun, Paul Biya en est à 50 ans de présidence.."

En clair,Paul Biya en aurait encore pour 16 ans de présidence (50= 34+16)

Donc,Rendez-vous en l'an 2033 après Jésus-Christ..
      0
Blizzard   292017-01-02 15:13
#14
(...)Vous vous rappelez que j'avais annoncé que je ne me représenterais pas en 2020. C’est vrai, je l'avais annoncé conformément à une décision de justice. Mais les tribunaux ne sont pas au-dessus du peuple ni au-dessus de la Constitution. Si le peuple autorise quelqu’un à se représenter, si le peuple le demande, alors je ne trahirai pas sa confiance(...), dixit un bon élève du "vieux sénile".

Apparemment, cet apprenti autoritarien n'a jamais appris que les tribunaux sont une extension du pouvoir, QUI lui même appartient au peuple. Et qu'en d'autres termes, c'est le peuple qui, à travers cette constitution, limite le nombre de mandats à DEUX.

En somme, voici un autre exemple de l'entrave à la démocratie et au développement en Afrique Centrale, causée par cet servant de Lucifer, qu'est Biya.
      0
Adama   322017-01-02 14:33
#15
C´est Horrible !!!

Ces dictateurs n´ont même plus honte.
      0
Man Tara12    162017-01-02 13:30
#16
Les africains se ressemblent Comme des gouttes d'eau. Il n'y à que les excuses qui changent.
Je suis la, j'y reste.
Mêmes nos "critiques" restent les memes.
Africa, such a boring and monotonous continent
      0
Bernardint11    652017-01-02 12:31
#17
Oui ! J'ai écouté cette interview traduite de la langue locale vendredi dernier.

Les dictateurs du monde prennent Paul BIYA en exemple.

C'est tout dire.
      0
Le Président Burundi avec en face le Président camerounais qu'il cite en exemple Archives
Ceux qui en doutaient encore ont sans aucun doute eu la confirmation, il y a quatre jours, que le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza a l’intention de s’éterniser au pouvoir.

Il en a donné les signes le vendredi 30 décembre 2016, lors d’une conférence publique tenue à Rutana, dans la partie Sud-Est du Burundi. À cette occasion, il y a eu un long échange à bâtons rompus avec les journalistes. Ces derniers ont posé des questions sur tous les sujets d’actualité dans ce pays d’Afrique de l’Est.

Le Chef de l’État y a apporté des réponses dans une ambiance détendue. Répondant à une question relative à sa succession lors de la prochaine présidentielle en 2020, Pierre Nkurunziza a clairement fait savoir qu’il n’excluait pas la possibilité d’être candidat à sa propre succession même si la constitution actuelle du Burundi le met hors course pour un autre mandat.

«Vous vous rappelez que j'avais annoncé que je ne me représenterais pas en 2020. C’est vrai, je l'avais annoncé conformément à une décision de justiceMais les tribunaux ne sont pas au-dessus du peuple ni au-dessus de la Constitution. Si le peuple autorise quelqu’un à se représenter, si le peuple le demande, alors je ne trahirai pas sa confiance… 

Au Cameroun, Paul Biya en est à 50 ans de présidence, et au Rwanda voisin, on change les mandats comme on veutLa question du mandat n'est pas le problème principal des Burundais. Vous, le peuple, vous pouvez décider de changer la Constitution, pour faire sauter le verrou des deux mandatsMais si vous décidez que je ne dois pas commencer à faire cela, alors je ne m'imposerai pas». Tels sont les propos du président Pierre Nkurunziza rapportés par nos confrères de Rfi.

Devenu Président de la République du Burundi en 2005 pour un mandat de cinq ans rééligible une seule fois, Pierre Nkurunziza devait se retirer après son second mandat expiré en 2015. Mais, sa décision de ne pas partir a plongé son pays dans une grave crise sociale et politique. La contestation de l’opposition a déjà causé à ce jour plusieurs centaines de morts.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez