Cameroun - Bagangté (Ouest): Six trafiquants d’ossements humains interpellés par la police

Par Frédéric NONOS | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 21-Aug-2017   4484 3
Username:
Password:
LENOIR   12017-08-22 12:08
#1
Dites-moi, quelle substance ont les ossements humains pour qu'ils soient vendus. Que fait-on avec?

Je n'ai jamais compris. Pouvez vous m'expliquez, merci!

D'autre part, tout profanateur des tombes doit etre condamne a mort et fusille sur la place plubic.
      0
Pacman   02017-08-22 11:39
#2
Le genre ci, la peine de mort est même trop douce.
      0
Kaen20   22017-08-22 08:09
#3
Merde les gars sont courageux ,les gens partent porter leur malediction comme ca a cause de l argent facile
      0
Cellule Archives
Ces derniers possédaient trois crânes et deux sacs d’ossements lors de leur arrestation.

Ils sont désormais gardés dans les locaux de la division régionale de la police judiciaire de l’Ouest à Bafoussam. Six présumés trafiquants d’ossements humains ont été mis aux arrêts pour tentative de vente des ossements, a rapporté ce lundi après-midi la radio publique (CRTV). Les faits, apprend-on, remontent au 10 août dernier.

Selon des sources policières, un certain Aladji habitant la ville de Bagangté est approché par Daïrou Mohamadou, 26 ans et Ahmadou Abassi, 25 ans, disant être en possession des ossements humains à vendre. Surpris par cette offre, Aladji informe le commissaire de sécurité publique de la ville de Bagangté, qui tend avec son équipe, un guet-apens. Un policier se fait passer pour acheteur et les fameux commerçants sont pris dans la nasse.

Les deux infortunés sont immédiatement mis en exploitation. Toute chose qui conduira selon la police, à l’interpellation des quatre autres complices de cette bande de trafiquants, dont Mougni Touyaya, chez qui le reste des ossements a été retrouvé. Ces six  présumés dont le plus jeune, Mohamadou Adi, âgé de 19 ans et le plus âgé Mougni Touyaya, 36 ans, auraient profané trois tombeaux dans le village Mankom Djemoun dans l’arrondissement de Foumbot. Ils ont été déférés auprès du procureur de la république pour coaction de violation de tombeaux et de cadavres.

Auteur:
Frédéric NONOS
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez