Cameroun: Certains opérateurs économiques et experts ne trouvent plus d’intérêt à se rendre au Forum économique que préside chaque année le premier ministre.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Mar-2018   4078
Cameroon Business Forum SPM
« C'est surtout l'action (mettre en œuvre les résolutions) qui fait défaut. En ce qui concerne la parole, nous sommes imbattables » dénonce Toussaint Mboka Tongo, ancien secrétaire chargé de l’organisation du Cameroon business forum (CBF).

C’est un rendez-vous annuel: Le Cameron business forum (CBF). Depuis une dizaine d’année au mois de mars, les responsables des secteurs publics et ceux des secteurs privés se rencontrent pour dialoguer autour d’un thème avec pour objectif, le renforcement de la concertation entre les pouvoirs publics et le milieu des affaires, l’amélioration du climat des affaires et l’appui au développement du secteur privé.

Mais, depuis environ trois ans, l’on enregistre de plus en plus de plaintes de participants qui dénoncent la non application des résolutions adoptées au terme des différents forums économiques. Finalement, ils trouvent lassant les rencontres du CBF.

«Il est éprouvant de se rencontrer chaque année depuis neuf ans pour parler pratiquement des mêmes sujets, à savoir : 1- Coûts élevés des facteurs de production ; 2 - Prépondérance du secteur informel ; 3 - Faible organisation du tissu productif (absence de clusters, zones économiques) ; 4 - Base de production étroite, fragilisée et peu intégrée ; 5 - Faible valorisation de nos ressources naturelles ; 6 - Déficiences en matière d'infrastructures et d'accès au capital ; 7 - Faible marge de manœuvre en matière de politique monétaire due à l'appartenance à une zone monétaire ; 8 - Marché financier embryonnaire rendant difficile la mobilisation des financements pour l'investissement, principalement en ce qui concerne les PME ; 9 - Agriculture peu productive, peu diversifiée avec une très faible utilisation des méthodes modernes ; 10 - Faible attractivité des Investissements Directs Étrangers (IDE) concentrés principalement dans des secteurs d'extractions à faible effet d'entraînement sur le reste de l'économie notamment en matière d'emploi ; 11 - Faible efficacité de la dépense publique. Bon Courage à nos inlassables Forumistes du Business !» dénonce Toussaint Mboka Tongo, ancien secrétaire chargé de l’organisation du Cameroon business forum (CBF) et expert en développement du secteur privé.

Un autre expert, Nyounai Nyounai, enfonce le clou de la critique en affirmant que « Lundi, nous irons encore à la messe de la Cathédrale de Bonne Foi (CBF) pour suivre la liturgie composée ou recomposée sur les 11 points. Dieu est aux commandes ».

Reste à savoir si le gouvernement va prêter une oreille attentive à ces critiques émissent par des experts, principaux cibles de la Société financière internationale du Groupe de la Banque mondiale, marraine de la CBF aux côtés du gouvernement camerounais.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez