Cameroun - Comité de normalisation: Dieudonné Happi ne veut pas trainer à la FECAFOOT comme Joseph Owona.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Sep-2017   2665
Dieudonne Happi accueilli par Blaise Moussa, SG de la FECAFOOT FECAFOOT
Pendant la première réunion de prise de contact avec le personnel de la Fédération camerounaise de football ce lundi 11 septembre 2017 matin au siège de l’instance à Yaoundé, le président du nouveau comité de normalisation a placé son règne sous le signe du travail, de l’efficacité et de la solidarité.

72 heures après leur nomination, les membres du Comité de normalisation de la FECAFOOT se sont rendus pour la première fois au siège de l’instance à Yaoundé ce lundi 11 septembre 2017.

Pendant la première réunion de prise de contact avec le personnel, le président du nouveau Comité de normalisation, Dieudonné Happi, a prononcé un discours plein d’humilité et de motivation.

Il a insisté sur le travail en équipe et l’efficacité, des maitres-mots qui donnent le ton de sa politique et de sa volonté d’atteindre les objectifs. Le quintet que préside Dieudonné Happi, a reçu de la FIFA un mandat de six mois pour toiletter les textes et organiser de nouvelles élections de la base au sommet de la Fédération camerounaise de football.

Le nouveau Comité de normalisation veut remplir ses missions dans le délai imparti. « Je ne voudrais pas entendre parler de prorogation ici. Vous avez des personnes devant vous qui vont abandonner leur travail pendant six (06) mois » a déclaré Dieudonné Happi.

En attendant de voir au soir du 28 février 2018 si cette échéance sera respectée, rappelons qu’en 2013, le premier Comite de normalisation de l’histoire du football camerounais présidé par le professeur Joseph Owona avait passé deux ans à la tête de la FECAFOOT au lieu de six mois comme initialement fixé.

Ci- dessous, le discours de Dieudonné Happi publié par la FECAFOOT sur son site.

Mot de Me Dieudonné HAPPI, Président du Comité de Normalisation aux responsables de l’administration de la FECAFOOT, Lundi 11 septembre 2017

« Aujourd’hui, nous avons tous ensemble une très lourde responsabilité qui nécessite des sacrifices incommensurables de la part de tout le monde. Notre pays nous regarde. Je devrais dire, le monde entier nous regarde. Si nous nous sentons véritablement camerounais, si nous aimons vraiment le Cameroun, il n’y a rien que nous ne puissions pas faire. Ce n’est pas le travail d’une personne. Certes, c’est le Comité de Normalisation qui en a la responsabilité mais c’est le travail de tous. Personne au monde ne peut faire ce travail seul. C’est la raison pour laquelle je voudrais exhorter les uns et les autres au travail.

Nous aurons l’occasion de voir de manière un peu plus large comment nous organiserons le travail. Mais sachons que nous n’avons pas droit à l’erreur. L’équipe qui vient se joindre à vous aujourd’hui, a, avec vous, une obligation de résultat. Je suis un avocat. Les obligations auxquelles j’ai été habituées depuis que je travaille sont des obligations de moyens. Je suis aujourd’hui confronté à une situation où nous avons une obligation de résultat. Faisons tout ce qui est en notre possible. Allons au-delà de nous-mêmes pour réussir notre mission.

Je ne voudrais pas entendre parler de prorogation ici. Vous avez des personnes devant vous qui vont abandonner leur travail pendant six (06) mois.

Merci beaucoup pour cet accueil, nous comptons énormément sur vous. Nous sommes des personnes extrêmement ouvertes, et n’hésitez pas à nous approcher. On n’est jamais grand pour un conseil. »

Auteur:
Adeline ATANGANA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez