Cameroun - Commission Nationale pour la Promotion du Bilinguisme: David Abouem A Tchoyi au pied du mur ?

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 15-Mar-2017   41561 17
Username:
Password:
Oceane    02017-03-22 10:15
#1
Lennemi dans la maison,

Selon Robert Mugabe, les Africains n'ont aucune idéologie et accepteraient n'importe quoi pour de l'argent. Et pour des postes. Abouem A Tchoyi n'est ni le premier et encore moins le dernier d'une longue lignée de sans idéologie à par celle de l'ethnicisme.

Les clones des Anglo-Saxons préféraient des postes à une réelle indépendance, tout comme les clones des Latins.
Aujourd'hui encore, pour des postes à obtenir ici et là, les premiers se sentent "discriminés " par les seconds. Et aucun des deux groupes ne considère comme telle la discrimination des non-locuteurs des langues coloniales qui sont exclus de tout dans leur propre pays. Car seule la connaissance et la maîtrise des langues coloniales donnent accès à un emploi, au prestige social.
      0
Oceane    12017-03-22 09:43
#2
La colonie anglaise n'avait aucun autre choix que celui d'intégrer la colonie anglaise du Nigéria ou celle de la France voisine. Il n'a jamais été envisagé par les Anglais de faire de ce territoire un pays indépendant.
Mola avait dit dans un autre débat que les Européens décideront entre eux de ce conviendra de faire dans ce "problème anglophone ". Je l'avais moi aussi souligné au regard de la première entente entre les deux colons lors des "indépendances " et de la reunification ou plutôt de l'adjonction du territoire colonisé par les Anglais - qui contestait son intégration à la colonie du Nigéria - à celui colonisé par les Français.

Certains Camerounais de cette époque - comme Mr Abouem a Tchoyi - refusent de replacer cette adjonction dans le cadre global des décolonisations à celui de la geostrategie des puissances impérialistes face à leurs "luttes contre le communisme", du refus par d'autres Etats africains des sécessions.
Ce "territoire anglais" n'étant pas vraiment important pour les Anglais autant que le Nigéria ou le "Gold-Coast", les Anglo-Saxons ne voyaient aucun inconvénient que "leur" territoire intègre celui mitoyen d'un partenaire en impérialisme face au bloc communiste, cette peste contre laquelle il fallait protéger leurs clones.
Dans cette affaire des deux Camerouns, Anglais et Français montrent que sur ces terres lointaines, la présence de l'un garanti et protège les intérêts de l'autre.
Les clones des Anglo-Saxons auraient dû rejoindre leurs semblables du Nigéria. Sauf que, déjà à cette époque, ils revendiquaient déjà une identité distincte de celle des clones du Nigéria, alors qu'ils partageaient le même "héritage" linguistique. Et comme allant de soi, ils se sentaient discriminés dans les postes comme aujourd'hui.
      0
L,enemi Dans La Maison   02017-03-19 08:39
#3
@ lericheameriafricain, tu a bien decrit cette situation entre le nomme David A et la commission de bilinguisme. lui meme avait propose les possible solutions, maintenant on va voir s, il va accepter manger comme avant ou bien il va rester dans sa possition pour une meilleure resolution. le problem avec les camerounais c,est qu,ils critiquent le system seulement quand on les mis dehors. raison pour laquel Biya continuera de nommer les meme person pour etouffer tout forme de la realite
      0
FirstOctober1961   32017-03-17 00:48
#4
Every problem has two main causes: (1) Immediate causes and (2) Remote causes.

To successfully solve the problem you have to address both causes.
The problem will not go away unless you address both causes.

The problem of Southern Cameroons will not go away unless the terms of the 1961 union
are addressed.

The "Commission Nationale pour la Promotion du Bilinguisme" is therefore a distraction and a waste of time and
resources.
      0
Rosy   102017-03-16 20:49
#5
Monsieur Abouem à Tchoyi, c'est un piège. Moi toi je refuse. Les conditions ne sont pas réunies pour résoudre ce problème vieux de 56 ans. Les accords de 1961 n'ont jamais été appliqués. Toi même tu l'as dit.
      0
Lericheamerifricain   82017-03-16 17:01
#6
C' est bien de nommer quelqu'un qui connait bien le probleme pour rechercher la solution.

Toutefois s'il faut un bateau pour traverser la sanaga et on vous nomme chauffeur de la meilleure voiture disponible pour tenter la traversee, vous n'allez pas reussir non pas parce que vous n'etes pas un chauffeur competent mais parce que la voiture n'est pas adequate pour traverser la Sanaga.

La commission ressemble A la voiture alors qu'on a besoin du bateau ( le federalisme) pour traverser la sanaga.
      0
Sphere   72017-03-16 14:28
#7
Cette commission est une fois de plus de la diversion. Si nous respections notre constitution, si nous respectons nos lois , point besoin d'une commission sur le bilin... machin.

C'est à croire que notre constitution qui est la loi fondamentale est facultative.

une application stricto sinsu de celle ci nous aurai ou mieux nous evitera la plus part des recriminations.

jai bien peur que la personne garante du respect de la constitution soit la premiere à prendre des libertes avec celle-ci .
      0
Moh Manyu   82017-03-16 13:10
#8
@Man Tara Cameroon is a bilingual country so this Commission is useless !
      0
Stoph12    142017-03-16 09:39
#9
Gov. Abouem a Tchoyi should have manned this commision. Musonge is the mouth-piece of the President and has not got the guts to speak out against wrong. Whatever we expect this commission to bring to appease the striking youths, I sincerely believe that the only persons with a profile to see things change for the better are this Governor (I love to call him this way out of love for what he did in the NW not that I do not know he later had a higher job as minister),and Mwalimu George Ngwane. These are the only two I personally know who are not praise-singers. I am not condemning the rest in a bulk for they might be some with the same resolve, but Ama Tutu, Musonge and Itoe are failures and crumb beggers.
      0
Sergydukamer   82017-03-16 09:21
#10
Encore un gâteau de plus dans la mangeoire.

Bon appetit messieurs et dames.
      0
Mfangmott 13    182017-03-16 08:43
#11
Becareful Mr President when injustice becomes law résistance becomes a duty
Don't mess fith cameroonian people
      0
District_attorney   372017-03-16 05:19
#12
Abouem a tchoyi, Ama Tutu Muna, Peter Mafany cette comission est un cimetiere pour des elephants......un mausolee pour des dinosaures
      0
Ndokoti 19    252017-03-16 04:33
#13
Biya Paul, mes sources disent que tu lis CIN et ta femme regarde l'émission de Dipita Tongo sur STV2.
Cher vieillard, libere la chaise
      0
Anglofou Is Back27    222017-03-16 02:32
#14
Mes Chers Froggies Malhonnetes,

I weep for you COWARDS and your poor country La Republique Colonie Francaise du Cameroun (you too Abouem A Tchoyi).

Always remember this:
WHEN INJUSTICE BECOMES LAW, RESISTANCE BECOMES A DUTY.

I guarantee you:
THE SOUTHERN CAMEROONS SHALL BE FREE.

A+

Anatyp (Anglofou Atypique)
THE SOUTHERN CAMEROONS SHALL BE LIBERATED BY ANY MEANS NECESSARY
      0
FirstOctober196132    382017-03-16 00:56
#15
Man Tara wrote: "That's what i have been saying all along.
Nothing can solve your problem.
Your elusive "core" problem. "

I am afraid you are wrong. This problem can be solved easily.

As you very well know, Cameroon is the birth child of the union between La Republique du Cameroun and Southern Cameroons. Since La Republique du Cameroun has unilaterally seceded from the union, Southern Cameroons is left with no other option than to fend for itself.
Even though Southern Cameroons voluntarily voted to join La Republique, she cannot and should not continue to behave like a jilted lover suffering from battered wife syndrome.

The solution to the problem is the immediate and unconditional Restoration Of The Independence Of Southern Cameroons.
      0
Man Tara42    332017-03-16 00:23
#16
@Moh Manyu

"Abouem A Tchoyi is well respected by the Anglophones mmission is not necessary and cannot solve the core of our grievances: Education and Judicial bottle necks!"

That's what i have been saying all along.
Nothing can solve your problem.
Your elusive "core" problem.

We would have thought someone writing about it would know what it is.
Now you say it cannot be solved.
That will teach Biya to attempt to solve terrorists fake problem, by "negociation" and appeasement.
You people want the oil, and nothing else will do.
That's your core problem
      0
Moh Manyu23    552017-03-15 21:43
#17
Paul Biya has got a very bad habit to appoint competent people for useless post!Minister Abouem A Tchoyi is well respected by the Anglophones but this Commission is not necessary and cannot solve the core of our grievances: Education and Judicial bottle necks!
      0
David Abouem a Tchoyi David Abouem a Tchoyi
L’ancien ministre qui a récemment commis un article pour dénoncer le non-respect du bilinguisme dans le secteur public comme l’une des facettes du problème anglophone devient un des responsables de sa promotion.

David Abouem A Tchoyi a été nommé membre de la Commission Nationale pour la Promotion du Bilinguisme par décret présidentiel signé ce mercredi par le Président de la République, Paul Biya.

L’ancien Secrétaire général à la Présidence de la République et ancien Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a récemment commis un article pour présenter les «six facettes» de la crise qui paralyse depuis novembre 2016 les deux Régions anglophones du pays.

Il indiquait clairement que «le non-respect du bilinguisme dans le secteur public, bien que la Constitution fasse du français et de l’anglais deux langues officielles d’égale valeur», constituait l’une des facettes de la crise anglophone.

Trois mois après sa publication (titrée: Le problème anglophone pourrait devenir le nouveau Boko Haram), David Abouem A Tchoyi devra désormais œuvrer pour la promotion du bilinguisme au Cameroun.

Depuis l’annonce de cette nomination, d’aucuns pensent que l’ancien ministre a désormais une meilleure tribune d’expression et devra mettre ses connaissances à contribution pour la résolution de la crise anglophone dont il a disséqué les méandres.

Relire l’article de David Abouem A Tchoyi sur le problème anglophone ICI.

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez